75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Apparences >

Critique du Film : Apparences

Avis critique rédigé par Nhaigraoo le mardi 25 mars 2003 à 11:25

Apparences trompeuses

Lourdingue
Alors qu’il attend tranquillement que Tom Hanks perdent 25 kilos pour reprendre le tournage de Cast Away, Robert Zemeckis en profite pour mettre en boîte le thriller boursouflé de l’été. Avec une affiche bien vendeuse : un couple de stars glamour (Ford – Pfeiffer) dans un thriller mâtiné de surnaturel, histoire de ne pas louper la vague fantomatique qui déferle au même moment. Dès la bande annonce, insoutenable, le ton est donné : ça bouffe à tous les râteliers et le trop gentil Harrisson riboule des yeux : m’étonnerait pas qu’il ait quelque chose à se reprocher, çui là. A trop vouloir en faire, Zemeckis livre un produit formaté et redondant, qui ne fera guère frémir que les habitués de l’inspecteur Derrick.
Un cran au-dessus de l’affligeant Hantise de Jan de Bont, Apparences n’en déballe pas moins son flot de clichés et d’invraisemblances, en prenant bien soin d’aller revisiter tous les classiques du genre : l’hommage hitckockien est donc bien appuyé, relevé d’une rasade de fantastique convenu et d’appels du pied à des films pourtant oubliables comme Liaison Fatale. Le film reste convenu alors qu'il aurait gagné à se placer dans une optique plus glauque ou plus sulfureuse.
Zemeckis, prudent, refuse au moins l’épate technologique à la Hantise (heureusement !), et lui préfère un classicisme soigné mais limite chichiteux.
Au final, il reste une première partie qui s’avère suffisamment bien traitée pour souffler un zeste d’inquiétude, grâce notamment à un beau travail sur la photo, joliment froide. Pas de bol, lorsque le film accélère enfin, c’est pour accumuler les rebondissements les plus invraisemblables et les effets « effrayants » les plus éculés, qui s’accumulent comme à la foire. Le film s’exténue lentement, nous avec, et Zemeckis nous conclut le tout par un fin bien grotesque.
Si Michelle Pfeiffer livre ici une jolie prestation, Harrison Ford, visiblement peu concerné, a plus de mal à convaincre. Dommage pour un rôle plus sombre qu’à l’accoutumé. Premier essai raté, mais on ne désespère pas de le voir enfin dans un vrai rôle flamboyant de méchant.
Typique du produit de studio tellement packagé qu’il en perd toute profondeur, Apparences n’est donc qu’une resucée bouffie et gavante, un fourre-tout indigeste.

30

Robert Zemeckis se lâche et nous pond un triller mou du genou, où Harrison Ford riboule des yeux pour effrayer Michelle Pfeiffer. Raté, même pas peur...

Critique de publiée le 25 mars 2003.

Acheter Apparences en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Apparences sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !