75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Big Bang Baby
Big Bang Baby >

Critique de la Bande Dessinée : Big Bang Baby

Avis critique rédigé par David Q. le lundi 13 mars 2006 à 0307

Un Big Bang qui ne sait pas trop où il va

K est une nouvelle série dans l'univers de Kookaburra. Alors qu'une immense vague déferlante rouge sang parcours l'univers détruisant planète après planète - dont la Terre - un groupe de jeunes rescapés et l'équipage hétéroclite du dernier vaisseau en marche, le K, va décider du sort de l'univers.
Décidément Crisse est très productif en ce moment chez Soleil, avec Ishanti, Luuna, Canari et maintenant K, sa nouvelle série de SF, on peut difficilement oublier ce scénariste bouillonnant d'idées. Pour K, il s'est associé à Hicks pour le scénario, à Ramos pour les dessins et à Leonardo Olea pour les couleurs. C'est donc un travail d'équipe qui a engendré cet album aux couleurs chatoyantes. En effet, Ramos a longtemps navigué du coté des comics et s'est fait une réputation mondiale avec ses séries Crimson et Out There, ainsi qu'en reprenant les exploits de Spider-Man. C'est donc un style proche des comics qu'on retrouve dans K, surtout visible dans les découpes, les couleurs et les personnages. Couleurs qui sont excellentes, comme le démontre la déferlante cosmique rouge, les fonds spatiaux ou encore les Aquiliens, ces sortes d'amibes géantes vertes se déplaçant en nombre et dévastant tout sur leur passage. Le style graphique de K peut être considéré comme épuré. Epuré des détails inutiles qui font parfois la richesse d'un monde, épuré grâce à ses ombres et reliefs souvent francs, épuré encore des décors qui s'effacent souvent au profit des personnages. L'ensemble est donc bien une alliance BD-Comics, surtout qu'un des personnages, Arkaeh, ressemble assez à Hellboy.
D'un point de vue scénaristique, la BD nous plonge dans le vif du sujet dès les premières pages, une tragédie pessimiste amorcée par cette mystérieuse vague sanglante, soulignée par un narrateur flegmatique. Plusieurs personnages sortent vivants de cette nuée mais la BD nous raconte leurs histoires indépendamment et sans lien apparent ce qui rend l'ensemble un peu confus et difficile à comprendre. Le final de ce tome 1 nous fait nous poser encore plus de questions sur cet univers lié incontestablement à la célèbre série Kookaburra. Dans tous les cas on est définitivement plongé dans un pur univers de science-fiction avec tous ses thèmes - apocalypse, survie de l'humanité, vaisseaux et appareils technologiques - thèmes qui raviront sans aucun doute les amateurs du genre. Reste à voir la suite, ce premier tome étant trop limité à la présentation de la situation et de ses survivants pour qu'on puisse se faire une idée plus claire des tenants et aboutissants de la série.

La conclusion de

L'alliance de la BD et du comics nous donne un album au visuel chatoyant et à la teinte pessimiste, centré sur un groupe de personnage hétéroclite qui décidera seul de l'avenir de l'humanité. Une série qui devra cependant valider son intérêt avec le tome suivant, ce premier volume étant parfois trop confus.

Que faut-il en retenir ?

  • Un découpage varié
  • De superbes couleurs
  • Un style un peu comics/ultimate

Que faut-il oublier ?

  • Des coupures trop franches qui rendent les scènes très confuses

Acheter Big Bang Baby en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Big Bang Baby sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Kookaburra

En savoir plus sur l'oeuvre Kookaburra