75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Shadow Creature
Shadow Creature >

Critique du Film : Shadow Creature

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 2 décembre 2005 à 1157

Elle reste dans l'ombre, on la comprend!

Dans une banlieue de Cleveland, l’alerte est donnée. Et comme dans tous les bons films américains, une patrouille de police se rend immédiatement sur les lieux. Les policiers, un chippendale démesuré – dont l’occupation principale, on le verra, est de se désaper dans le commissariat - et un petit boudin noir s’approchent de la demeure en toute discrétion : la fille en marchant pliée en deux, le nez à raz du gazon, et le grand dadais fier comme un Artaban décérébré. Le tout ressemblant à une grotesque et affligeante reconstitution de Mulder et Scully. Trouvant la maison désertée – tu m’étonnes, même un aveugle les auraient repéré !-, les deux investigateurs font le tour du proprio et tombent justement sur lui, pendouillant comme un fruit mur à un arbre, et ayant apparemment passé un sale quart d’heure avant de trépasser.
L’action nous amène ensuite dans un laboratoire universitaire où un docteur Maboul essaye de convaincre un professeur Foldingue - sosie de Dennis Hopper, j’au même cru un moment que c’était lui !- de l’utilité d’une arme en plastique sensée envoyer des boules d’électricité. Bien entendu, Foldingue ne prend pas le jouet de Maboul très au sérieux. Comme on est futé, l’on se dit que cela va servir plus tard dans le film. Maboul, lui, bien entendu, s’éloigne, déçu.
Demeuré seul, après avoir roulé des yeux comme un ouf et secoué la tête comme un capucin hystérique, le professeur Foldingue se déguise et s’amuse à faire peur à une étudiante – on meurt de rire (sic) - qui vient lui annoncer la mort horrible de son collègue. On comprend que c’est l’homme suspendu par les pieds dans l’arbre. On nous dit aussi que les deux hommes travaillaient sur une lotion capillaire révolutionnaire.
Pendant ce temps, Mulder et Scully version Z enquêtent. Surtout le chippendale qui rend visite à l’employeur vachement secret des deux scientifiques, et il se trouve que c’est le maire chauve de Cleveland. Comme ce dernier n’est pas là – il coupe les cheveux en quatre avec la mafia locale – c’est une pétasse assez moche qui le reçoit, verbalement et froidement dans un premier temps, puis physiquement et beaucoup plus chaudement un peu plus tard. Entre temps, les deux nouveaux amis auront le temps de découvrir des nouveaux cadavres que laisse le monstre sur son passage. Car on sait depuis peu qu’il y a un monstre.
En effet, en plein milieu du métrage, pof, un panneau intertitre, et le réalisateur hyper-gonflé nous amène dans un flash back. Ce retour en arrière nous montre que la jeune étudiante, pas si jeune que ça en fait, a donné à un ami qui tient un drugstore des échantillons contenant des extraits de la potion capillaire sur laquelle travaillaient les deux scientifiques. Le commerçant, un peu débile, confond le produit expérimental avec de la bouffe pour poissons et en verse dans un bac de moules zébras. Surtout, ne me demandez pas ce que c’est, j’en sais fichtre rien, surtout qu’aucun plan ne les montre. Bref, le type fait tomber le produit dans les moules et il se fait mordre en essayant de le récupérer. Et voilà, le pot aux roses est découvert, la créature est un vendeur de drugstore mutée en moule zébra.
Bon, si on essayait de reprendre le fil. L’homme moule, qui ressemble à une espèce de Kermit géant voulant imiter Charlie Chaplin, a tué le premier scientifique, et hante les couloirs de la faculté à la recherche d’autres échantillons pour en donner à ses copines les moules qui attendent comme des… euh… moules… dans leur bassin. Rendus sur place, les deux enquêteurs finissent par tomber nez à museau avec la bestiole qui va réduire en bouillie la Scully en toc, alors que le maire chauve, voyant que la produit ne fonctionne pas sur sa personne – on en déduit qu’il n’est pas un mollusque car vu la mollesse de son jeu on doutait un peu – vise à nuire à l’intégrité physique et financière du scientifique.
Comme le métrage touche à sa fin, Professeur Foldingue, le Chippendale et la Pétasse ont une idée, ils vont attendre la créature dans son magasin afin de la détruire avec le fusil Playmobil. Et hop, on est content, on avait deviné ! Youpi, on ferait d’excellents scénaristes de nanars, n’est-ce pas ? Malheureusement, le beau gosse, con comme un balai, tire sur le premier quidam qui pénètre dans le magasin, en cette occasion, c’est l’un des gardes du corps du maire qui passait dans le coin – pour acheter des moules ? Tout le monde s’engueule et c’est à ce moment que survient la créature qui entreprend de décaniller toute cette joyeuse compagnie. S’en suit un onirique combat dont les gentils sortiront, bien évidemment, vainqueurs.

La conclusion de

Dialogue stupides, gags nases et mous du genou, comédiens nullissimes, sont les ingrédients vermoulus de cette comédie de SF qui se veut un hommage aux films cultes de Roger Corman. Bien évidemment , la tentative, qui essaye le passage en force, ne marche pas car tout est tellement artificiel – il n’y a pas la spontanéité des Troma par exemple - qu’on en a rapidement un peu marre, un gag marrant de temps en temps ne suffit pas à nous raccrocher au délire. Le seul truc à sauver dans cette ineptie est la qualité des effets spéciaux, un peu gore et assez réussis.

Que faut-il en retenir ?

  • Effets spéciaux sympathiques

Que faut-il oublier ?

  • Acteurs minables
  • Scénario minable
  • Gags minables
  • Dialogues minables

Acheter Shadow Creature en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Shadow Creature sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+