75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Beverly Hills Vamp
Beverly Hills Vamp >

Critique du Film : Beverly Hills Vamp

Avis critique rédigé par Nicolas L. le dimanche 28 août 2005 à 1346

Une comédie poussive

Cette histoire de trois jeunes nigauds qui se retrouve embarqués dans cette ridicule chasse aux vampires se veut être une comédie horrifique. Au final, on retrouve un produit de consommation qui se révèle être ni drôle, ni horrible..
Doté d’un rythme assez rapide pour faire passer la pilule, Beverly Hills Vamp contient tous les ingrédients du nanar qui aurait pu nous faire rire… pris au 32ième degré ; humour gras, expositions de nichons, séquence un peu graveleuse (mais pas trop), gags débiles. Oui, mais voilà, à cause de cet horrible acteur qu’est Deezen (un sous Jerry Lewis de pacotille qui a du, en son temps, être le maître à ‘’penser’’ de Michaël Youn), la vision devient parfois si insoutenable qu’il m’a fallu deux ou trois poses pour ingurgiter le tout.
Le film, réalisé par un spécialiste du bis américain (Fred Olen Ray) qui nous avait habitué à mieux, est doté d’un humour si ringard et si potache, que à coté, les répliques des frères Wayans passent pour des dialogues de Michel Audiard. Personnellement, je n’ai même pas souri une seule fois, et j’ai même été attristé de voir une ancienne égérie de la Hammer Films, Britt Ekland, traîner son porte-jarretelles dans cette ineptie.
Il s’améliore cependant un peu vers la fin (il ne pouvait pas, de toute façon, tomber plus bas) lorsque les trois imbéciles se lancent, accompagnés par le père Ferraro, dans une chasse exterminatrice. Les effets spéciaux, en effet, sont corrects et l’humour, comme par magie, décolle un peu. Mais cela ne suffit pas à sauver les meubles.

La conclusion de

Berverly Hills Vamp est une série B avec un humour à raz des pâquerettes servi par des acteurs nuls et agaçants. Les amateurs masochistes de comédie ringardes pourront peut-être s’accrocher mais les autres auront du mal à tenir jusqu’à la fin.

Que faut-il en retenir ?

  • Une fin moyenne
  • Des effets spéciaux corrects

Que faut-il oublier ?

  • Eddie Deezen: horripilant
  • Des gags nuls
  • Une histoire nase

Acheter Beverly Hills Vamp en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Beverly Hills Vamp sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+