75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Wendigo
Wendigo >

Critique du Film : Wendigo

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 22 août 2005 à 0959

Pur produit pour insomniaque

Sorti à ma connaissance directement en vidéo dans notre hexagone, Wendigo narre l’histoire d’une banale famille américaine en vacance dans un bled paumé et qui se trouvant confrontée à un groupe de chasseurs dégénérés, se voit soudainement assisté par une créature surnaturelle, le Wendigo.
Wendigo se revendique plus comme un film d’ambiance que comme une fiction horrifique. La trame narrative est lente, plombée même. De nombreuses séquences nous décrivent la famille vivant de manière anodine ses vacances, avec les stéréotypes habituels ; le père n’arrive pas à oublier son travail et délaisse un peu son enfant et la mère, psychiatre de son métier, passe ses journées à cuisiner et à faire la morale à son mari un peu négligeant. Quand à Miles, leur enfant de sept ans, il est le personnage central de l’histoire. En effet, dés le début du film, il semble en contact avec une entité qui hante ses nuits et lui créé des hallucinations, comme dans une sorte de transe chamanique.
Sans apprendre les raisons qui motivent le Wendigo (avec ces bois de cerf, il a peut-être été pris pour cible par des chasseurs myopes, qui sait ?), on assiste à une amplification des interactions enfant-créature lorsque le gamin reçoit, en présent, une idole remis par un mystérieux chaman. Puis la créature fantasmagorique prend vraiment les choses en main (euh, dans ses pattes) lorsque le père de famille est grièvement blessé par le plus barge des chasseurs. Ce dernier payera son crime de sa vie.
Même si l’ambiance calme mais inquiétante de ce petit village montagnard plongé dans l’hiver est assez bien rendue, je dois admettre que je me suis ennuyé ferme à la vision de cette histoire surnaturelle où il ne se passe pas grand-chose. Les personnages, par manque de personnalité, ne sont pas attachants (la mère est même carrément agaçante dans son rôle, surjoué, de protectrice). Les effets spéciaux sont quasi inexistants, et cela vaut mieux car les rares apparitions du Wendigo sous la forme d’un cerf bipède ne sont pas convaincantes (conscient de cela, le réalisateur a même dissimulé ce ratage dans un brouillard bienvenu). Le tout bénéficiant d’un final bateau dans lequel le criminel, victime d’hallucination, meurt de manière minable.

La conclusion de

Petit film de série B sans réelle consistance, réalisé avec conscience professionnelle mais sans génie, ce produit de pure consommation peut à la rigueur vous occuper les soirs d’insomnie, voir réussir à vous endormir.

Que faut-il en retenir ?

  • Les décors naturels

Que faut-il oublier ?

  • Un scénario sans saveur et parfois mal construit
  • Des effets spéciaux ratés
  • Une interprétation sans conviction

Acheter Wendigo en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Wendigo sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+