75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Entretien avec Pierre Grimbert

Publié il y a 8 ans par Vincent L.

L'auteur du cycle de Ji répond à nos questions...

Publié en 1996 aux Editions Mnémos, Six héritiers marquait le début d'une grande épopée littéraire : celle du Cycle de Ji. Aujourd'hui, les aventures des héritiers de Ji compte deux cycles complets et un troisième, Les Gardiens de Ji, a débuté en avril dernier avec la publication de La volonté du démon.
Pierre Grimbert, auteur de la saga, répond aujourd'hui à nos questions.


Vincent L. : Désolé de ne pas faire preuve d'originalité, mais je commencerai par les traditionnelles questions d'usages, à destination des lecteurs ne vous connaissant pas encore, qui êtes vous et quel est votre parcours professionnel ?
Pierre Grimbert : Eh bien, je suis Pierre Grimbert, donc, auteur de romans de fantasy et co-fondateur des éditions Octobre. Les différents emplois que j'ai occupé ont toujours tourné autour du livre : bibliothécaire, maquettiste PAO... Puis, en 1996, est sorti mon roman Six héritiers, premier tome de la tétralogie du Secret de Ji. En 1998, j'ai cessé toute activité salariale pour me consacrer entièrement à l'écriture. J'ai ainsi signé une dizaine de romans pour la jeunesse, et participé à l'élaboration de jeux vidéo. Puis, en 2004, ce fut la création des Editions Octobre avec mon épouse, l'écrivain Audrey Françaix. Depuis, je me consacre presque exclusivement à enrichir la collection, notamment par mes propres textes, les cycles de Ji et la série comique du Prophétionnel.
Vincent L. : Le secret de Ji a aujourd'hui plus de dix ans et se compose, à l'heure actuelle, de deux cycles achevés et d'un troisième qui débute. Pouvez-vous nous décrire ce qu'est le Cycle de Ji ?
Pierre Grimbert : L'intrigue repose sur un secret, une aventure mystérieuse vécue par une poignée d'hommes et de femmes une centaine d'années environ avant le début du premier cycle. Les descendants de ces personnages, qui ne connaissent pratiquement rien du passé de leurs ancêtres, se trouvent soudain pourchassés par des assassins. Très vite, les rescapés vont se réunir et tenter de découvrir pourquoi on les prend ainsi pour cible... ce qui les amènera à percer le secret de leurs aïeux. Les trois cycles mettent chacun en scène une génération différente, chaque personnage étant rattaché aux autres par des liens familiaux ou d'amitié.
Vincent L. : Quelles ont été vos influences pour créer et développer le monde et l'histoire du secret de Ji ?
Pierre Grimbert : Je n'ai aucune œuvre à citer en particulier. Je suppose que j'ai été influencé par tout ce que j'ai pu lire et voir en fantasy avant de m'installer au clavier... Le nom de Eddings est souvent revenu sur les quatrièmes de couverture du Secret de Ji, et j'ai effectivement beaucoup apprécié la Belgariade. Mais j'ai au moins autant d'admiration pour Vance, Leiber ou Moorcock, et une dizaine d'autres... Bref, je n'ai pas eu la prétention, en commençant à écrire, d'essayer de marcher dans les traces de l'un ou l'autre auteur de référence. Mon ambition était seulement de raconter une histoire.
Vincent L. : La fin du Secret de Ji était très ouverte, mais n'imposait pas nécessairement de suite. Les enfants de Ji et les Gardiens de Ji sont-ils des projets qui étaient prévus à l'origine, où ont t-il emmergés au fil des années ?
Pierre Grimbert : Un peu des deux. Le secret de Ji et Les enfants de Ji comportent chacun plus de deux millions de signes ; on ne peut écrire une telle quantité de texte sans imaginer en même temps des dizaines de pistes d'évolutions possibles. Les idées de suite viennent presque "malgré vous". C'est particulièrement vrai pour Les Gardiens de Ji, dont je n'envisageais pas la rédaction (du moins pas avant quelques années), mais l'envie de retourner dans cet univers et de mettre noir sur blanc les nouvelles images que j'en avais était devenue trop irrépressible.
Le secret de Ji, parus aux éditions Mnémos en 1996 et 1997

Vincent L. : J'en viens maintenant aux Gardiens de Ji, troisième partie du Cycle de Ji. Quel est son postulat de départ ?
Pierre Grimbert : Hum, difficile de l'évoquer sans dévoiler la fin des Enfants de Ji... Disons que la conclusion du deuxième cycle apportait un certain nombre de bouleversements dans le monde connu, et que j'étais très impatient de mettre cela en scène. Une vingtaine d'années a passé depuis les derniers événements marquants de l'histoire des héritiers de Ji. Les plus jeunes des héros ont grandi et ont eu des enfants, à leur tour. C'est l'histoire de ces derniers que je conte désormais. Ces personnages sont les premiers de la bande à être nés après les événements. Cela leur donne une nature particulière, voire surprenante, pour certains. Du moins, je m'y efforce !
Vincent L. : D'un point de vue de lecteur, la fin des Enfants de Ji m'avait énormément déçu en ce sens que ce qui faisait la grande spécificité du monde de Ji finissait par disparaître. Est-ce que, quelque part, cela ne vous a pas dérangé de mettre à mal ce monde que vous aviez créé et qui tournait, ma foi, plutôt bien ?
Pierre Grimbert : Non, au contraire, je tenais à conclure sur un bouleversement d'importance. C'était le moins que l'on pouvait attendre, après avoir suivi les personnages sur plusieurs générations, et mis en scène les plus grandes puissances régissant le monde connu. Enfin, l'avènement d'une nouvelle ère, bonne ou mauvaise pour les mortels, avait été annoncée dès les premiers volumes. Et puis, rassurez-vous : l'univers de Ji est bâti sur une base cyclique. Pour prendre une image, un arbre que l'on croit mort en automne peut pourtant refleurir au printemps suivant... Je n'en dirai pas plus.
Vincent L. : Combien de tomes ce nouveau cycle comprendra t-il au final ?
Pierre Grimbert : En principe, quatre tomes composeront les Gardiens de Ji, au rythme d'un tous les six mois environ. Ceci dit, être son propre éditeur me permet d'insérer un tome supplémentaire si j'estime qu'il servira le récit, mais je ne pourrai prendre cette décision avant d'avoir achevé le tome deux et eu une vision plus précise de la suite des événements, et du nombre de pages que j'aurai à leur consacrer.
Vincent L. : Aurons-nous là la fin du Cycle de Ji, ou une suite est-elle envisageable ?
Pierre Grimbert : Je n'ose plus répondre à cette question, de peur de me faire mentir dans quelques années... Ceci dit, en principe, je n'irai pas plus loin. Disons qu'à la fin des les Gardiens de Ji, la boucle entamée dans le premier cycle sera bouclée, et que je ne vois pas pour l'instant ce que je pourrais y ajouter qui soit assez intéressant pour justifier un nouveau cycle.
Les enfants de Ji, parus aux éditions Octobre entre 2004 et 2006

Vincent L. : Le passage du Secret de Ji aux Enfants de Ji m'avait rappelé ce qui avait été fait entre la Belgariade et la Mallorée de David Eddings, à savoir que certains personnages très populaires du premier cycle avaient été écartés au profit de nouveaux qui avaient globalement moins plu aux lecteurs. N'avez-vous pas eu peur que les lecteurs n'accrochent pas à ces nouveaux personnages ?
Pierre Grimbert : Si, et c'est à nouveau le cas avec les personnages des Gardiens de Ji. Je m'efforce de ne pas trop y penser, car ça me paralyserait dans toutes mes écritures... Je me contente de poursuivre la rédaction de mon histoire, telle qu'elle me plaît, et l'introduction d'une nouvelle génération de personnages est en adéquation avec l'idée générale que je me fais de l'univers. De toute manière, cela reste totalement subjectif... Tous les lecteurs sont différents et ont des préférences personnelles quant aux personnages ou aux cycles. Inutile d'essayer de satisfaire les attentes éventuelles de chacun : c'est impossible.
Vincent L. : Si vous deviez avoir un préféré parmi tous les personnages que vous avez crée pour le secret de Ji, quel serait-il ?
Pierre Grimbert : Joker ! J'aurais l'impression de devoir choisir entre mes enfants - toutes proportions gardées, bien entendu.
Vincent L. : Avez-vous déjà envisagé de mettre en place d'autres romans dans l'univers du Cycle de Ji, mais qui n'aient absolument rien à voir avec les Héritiers et leur quête ?
Pierre Grimbert : Hmm, non, j'ai quelques projets dans ce goût-là, mais il y serait au moins question des différents personnages des Héritiers. En gros, ce serait pour raconter les aventures parallèles de certains, ou leurs jeunes années, ce genre de choses... Peut-être en BD, d'ailleurs.
Vincent L. : Avez-vous déjà eu des propositions de créateurs ou d'éditeurs de jeu de rôle pour développer un jeu qui aurait comme cadre votre univers ?
Pierre Grimbert : Pas vraiment ; tout ce que j'ai pu avoir dans le genre relevait plutôt du fanzinat et de l'édition amateur. Bref, tout reste à faire là-dessus, à supposer que cela puisse intéresser des joueurs...
Premier tome des Gardiens de Ji, paru aux éditions Octobre en 2008

Vincent L. : Après les quatre tomes du Secret de Ji et les cinq des Enfants de Ji, peut-on considérer cette œuvre comme un best-seller de la littérature médiévale-fantastique française ?
Pierre Grimbert : D'un pur point de vue économique, sans doute, puisque les cycles ont connu de gros tirages et restent largement diffusés, même plusieurs années après leur sortie. Je ne vais pas jouer les hypocrites : j'en suis bien sûr très satisfait. Quitte à écrire des romans, autant qu'ils soient lus par le plus grand nombre possible de personnes...
Vincent L. : Le Cycle de Ji est t-il traduit dans d'autres pays ?
Pierre Grimbert : Oui, en Allemagne et en République tchèque. D'autres traductions sont en projet, mais ce sont des choses assez longues à concrétiser, semble-t-il.
Vincent L. : J'en viens maintenant plus précisément aux Editions Octobre. Pourquoi avoir crée une maison d'édition ?
Pierre Grimbert : Un besoin d'indépendance et de liberté toujours plus grand... C'est une chance de pouvoir produire un livre de bout en bout, de l'écriture elle-même jusqu'au choix de la couverture, de la mise en page, etc. Les compétences réunies de mon épouse et moi-même nous permettaient de tenter l'aventure ; dans ce cas, pourquoi nous en priver ? Par ailleurs, cela me permet de diversifier un peu mon quotidien, de ne pas faire que de l'écriture. Ainsi, quand j'entame un nouveau roman, c'est avec un enthousiasme intact et l'esprit prêt à s'absorber complètement dans une seule histoire, plutôt qu'enchaîner les rédactions sur un mode plus ou moins alimentaire.
Vincent L. : Quelle est la ligne éditoriale des Editions Octobre ?
Pierre Grimbert : Nous éditons des romans de fantasy pour adultes/adolescents, mais notre collection comprend déjà plusieurs exceptions à cette règle. Par ailleurs, plus des deux tiers de nos titres sont signés de la main de mon épouse ou de la mienne... Bref, les Editions Octobre sont, avant tout, la prolongation de notre clavier.

Vincent L. : Vous précisez sur le site Internet que vous n'éditez pas de romans fantasy venant d'auteurs inconnus. Comment "recrutez"-vous les autres auteurs qui sont publiés par les Editions Octobre ?
Pierre Grimbert : Nous avons simplement procédé par "invitation", dans notre cercle d'amis et relations. Mais notre ambition n'a jamais été de partir à la conquête des rayonnages : nous préférons publier peu de textes et nous battre vraiment pour chacun d'entre eux. Malheureusement, cela a aussi ses inconvénients : en maintenant un rythme de parution assez bas, nous ne pouvons pas nous permettre de prendre trop de risques, en publiant de jeunes plumes, par exemple. Nos confrères aux collections bien établies sont mieux armés pour cela.
Vincent L. : Comment se portent les ventes des Editions Octobre ?
Pierre Grimbert : Ma foi, nous sommes bénéficiaires depuis la création de la collection : que demander de plus ? Octobre nous permet de nous maintenir dans un rythme de vie indépendant, en plus de nous laisser totalement libres dans nos écritures. Si, je regrette bien quelque chose : c'est de ne pas avoir tenté l'aventure plus tôt !

Plus d'information :
La fiche SFU du Cycle de Ji
Le site officiel des Editions Octobre

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de la science-fiction en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

  • Le Cycle de Ji est extraordinaire, vite vite que le second tome des Gardiens de Ji sort !!!

    Je suis fan et le resterais !!!
    Bendorak, le 8 août 2008 17:13
  • le cycle de ji est super
    fann, le 27 mars 2009 14:32
  • J'attend avec impatience le dernier tome des gardiens de ji, a quand la sortie?

    sygalline, le 19 janvier 2012 21:24