Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de rôle : Starfinder [2018], par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le jeudi 5 décembre 2019 à 14h00

Dans une galaxie lointaine...

Pathfinder est l'un des gros blockbusters ludiques de ces dernières années. Publié par Païzo (aux États-Unis) et Black Book Éditions (en France), il ne s'agissait au départ que d'une énième déclinaison de Dungeons & Dragons 3ème édition. Son succès a explosé suite à la réception plutôt froide (pour le dire gentiment) de Dungeons & Dragons 4ème édition. Dès lors, Pathfinder est en effet devenu LA référence fantasy pour celles et ceux qui refusaient le virage pris par Wizard of the Coast. Aujourd'hui, fort de centaines de suppléments très divers, il est indéniable qu'il a marqué l'histoire du jeu de rôle, et malgré un petit essoufflement lié à la sortie plebiscitée de Dungeons & Dragons 5ème édition, il n'en demeure pas moins un incontournable du genre. Du coup, lorsque Païzo a proposé une déclinaison space-opéra de son hit, on s'est assis et on a bu frais en attendant d'avoir le bébé entre les mains.

Je dois bien avouer que sur le papier, la sortie de Starfinder m'a laissé quelque peu pantois. J'avais en effet, à la base, un gros a priori : le nom ne m'inspirait rien, le concept semblait tout pourri, j'avais l'impression qu'on essayait de me vendre un simple spin-off moisi. Rétrospectivement, cette première réaction me semble aujourd'hui très bizarre, parce que sur le principe, ce n'est pas la première fois qu'un éditeur propose une telle déclinaison, et avec succès en plus. Je pense bien évidemment à Warhammer/Warhammer 40K, mais aussi à Earthdawn/Shadowrun, deux gros exemples qui prouvent que de tels produits peuvent dépasser leur héritage et s'imposer comme des classiques. Comme quoi les préjugés sont bien souvent basés sur pas grand chose. Au final, me voici donc en train de rédiger un retour sur le test de Starfinder, et avec un certain plaisir en plus...

Il faut dire que je fais partie des gens qui kiffent Dungeons & Dragons 3ème édition (et qui n'avaient à l'époque pas franchement apprécié la 4ème édition). On en parle souvent comme d'une usine à gaz, mais je ne suis pas d'accord avec ça. Le coeur des règles, celui qui était proposé dans le Guide du Joueur, était à mon sens tout à fait fluide et digeste. Ce sont les tétrachiées de suppléments parus par la suite qui ont tout complexifié avec leur nombreux ajouts. La base reste, encore et toujours, une belle mécanique comme je les aime. Et c'est peut-ête bien ce que que j'ai peut-être le plus apprécié dans Starfinder : retrouver ces basiques qui m'ont procuré de très belles heures de jeu il y a quelques années. C'est aussi probablement à ce niveau que le jeu effraiera les néophytes. Mais si vous vous laissez tenter, vous verrez que tout cela n'est pas si complexe.

Bon, je reconnais que le livre de règle peut faire un peu peur. Avec ses 520 pages, nous avons là un très beau mastodonte. Un petit tour du côté du sommaire n'aide pas à calmer les craintes puisque seule une petite centaine de pages est dédiée à l'univers. 400 pages de système ? Oui et non. Oui, il y a effectivement 400 pages de système, mais tout n'est pas destiné à être lu. Les afficionados de Pathfinder le savent d'ores et déjà, de nombreux éléments sont découvert en cours de jeu (pendant la création de personnage notamment). Le coeur des règles, lui, n'occupe qu'une soixantaine de pages, et la création de personnage (avec les descriptions des races et des classes) à peine un tiers du livre. Le reste concerne donc des sections ne nécessitent pas d'être intégralement lues (équipement, magie, vaisseaux, etc.).

Races ? Classes ? Équipement ? Oui, vous l'aurez compris, Starfinder est un space-opéra pensé comme un jeu médiéval-fantastique (et en cela, on peut dire qu'il porte bien son nom). Et c'est logique, finalement, parce que la parenté Pathfinder/Starfinder n'est pas que rhétorique (comme Warhammer et Warhammer 40000) : Starfinder se situe bien dans le futur de Pathfinder, et entretient de fait des rapports logiques avec son aïeul. Je n'ai pas assez joué à Pathfinder pour affirmer de façon certaine que le travail d'adaptation est parfait, mais pour un bleu-bite comme moi, la lecture du livre de base s'avère très convaincante. L'évolution de l'univers de Golarion, par exemple, m'a paru très satisfaisante. Les races et les classes font également partie des éléments les plus convaincants du jeu, jouant à la fois sur les clichés tout en s'en éloignant pour trouver sa propre personnalité.

Malgré l'absence de scénarios (dommage, pour se faire la main sur le système, une aventure clé en main aurait été un gros plus), la lecture de Starfinder s'avère parsemée de très nombreuses idées de scénarios qui donnent envie de partir à la découverte de cette galaxie. On sent tout le potentiel qui se cache par delà les étoiles de cette galaxie, et l'inspiration des auteurs est palpable tout au long du livre. Toutefois, on sent égaleent que tout cela n'est qu'une base qui va être développée plus tard via nombre de suppléments. On connaît l'appétance de Païzo pour les gammes étendues (coucou Pathfinder), et il ne fait aucun doute que se lancer dans Starfinder, c'est s'engager dans une gamme longue. Toutefois, nous sommes au début de l'exploration. Nul besoin d'acheter des dizaines de suppléments pour rattraper son retard. Si on veut enclencher la Vitesse Démesurée, c'est maintenant ou jamais !

La conclusion de à propos du Jeu de rôle : Starfinder [2018]

Auteur Vincent L.
70

Starfinder est un bonne déclinaison de l'univers de Pathfinder à la sauce space-opéra. On trouve dans les quelques cinq cent pages du livre de base tout ce qui fait l'identité du classique de Païzo, mais pensé, réfléchi et adapté à un nouveau genre. Loin de n'être qu'un produit opportuniste, Starfinder trouve aisément son identité et promet des aventures trépidantes au sein d'un univers qui ne demande qu'à s'enrichir. Une bonne surprise, qui devrait (sans surprise) contenter tous les fans de l'OGL de D&D3.

On a aimé

  • L'OGL de D&D3,
  • Les rapports entre Pathfinder et Starfinder,
  • Le travail sur les races et les classes,
  • Un univers plein de potentialités,
  • Un très beau livre,

On a moins bien aimé

  • Pas de scénario(s),
  • Il ne faut pas être allergique à l'OGL de D&D3,
  • Un gros pavé qui peut sembler indigeste.
  • Une gamme qui s'annonce onéreuse.

Acheter le Jeu de rôle Pathfinder : Starfinder [2018] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Pathfinder : Starfinder [2018] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter