75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Ayraak #6 [2019], par NURTHOR

Avis critique rédigé par NURTHOR le mardi 10 septembre 2019 à 09h00

La compagnie mercenaire du croc de fer en mission suicide

Alors que les Humains ont décidé d'une trêve et que les Elfes combattent les Gobelins, les orcs se retrouvent sans guerre à l'horizon... Or, le rejeton pourri gâté du chef gobelin Foi-Gorba a été fait prisonnier des Elfes. La compagnie mercenaire du Croc de Fer se voit confier la mission, contre une grosse récompense sonnante et trébuchante, de le libérer et le ramener sain et sauf. Ayraak le capitaine orc choisi sept compagnons pour l’accompagner : Picole un vétéran jamais à court de forts tord-boyaux ; Grimoire son frère à la forte intuition qui aurait pu devenir shaman ; Crapaud un gobelin astucieux, fidèle à la compagnie et assassin éclaireur ; Tambour orc pas très futé mais qui compense avec sa grande endurance ; Plume une orque shaman avec le plus beau cul à l’ouest du pays des vents ; Gratteur orc à grande gueule qui a troqué ses instruments à percussion contre une lyre ; et enfin Barbak une pure brute épaisse orque et violente. Toute cette compagnie se met en route pour l’île des Céliandes territoires des elfes où est retenu le rejeton gobelin de la tribu des Dumn. Les mercenaires seront les chasseurs, jusqu’au moment où ils retrouvent le prisonnier. A partir de là et du raffut causé par le rejeton gobelin, ils deviendront les proies des elfes les talonnant dans leur fuite. Ces derniers les pousseront à traverser une région maudite par une vieille présence malfaisante et immortelle qui ne manquera pas de se mettre en travers de leur route…

SFU-Orcs et Gobelins T6-p4

Le scénario de Nicolas Jarry est un grand plaisir avec cette aventure épique de cette mauvaise troupe qui pour survivre face aux adversités de la guerre et de ses missions n’a d’autre choix que de s’entraider pour survivre. Nicolas avec un texte très fourni, nous narre les détails des membres de la compagnie et de leur histoire. On devine la limitation en nombre de page de cette aventure, qui aurait méritée d’être réalisée sur deux tomes pour permettre l’expression complète de ses auteurs sans cette sensation de surcharge d’information causée par les textes nombreux dans la BD. La vision presque dramatique de la vie orque, donnée par Nicolas Jarry, est délicieuse à découvrir au fur et à mesure de la quête.

SFU-Orcs et Gobelins T6-p5

Au dessin Jesus Hervàs Millàn, ne déçoit pas avec un trait précis et expressif qui donne à chaque protagoniste un visage et une silhouette propre et reconnaissable dés le premier coup d’œil. Ses batailles sont rapides et illustrent bien la barbarie orque. Les détails foisonnent et en relisant et reliant la BD on remarque différents détails qui nous avaient échappés en première lecture.

SFU-Orcs et Gobelins T6-p6

Le coloriste J . Nanjan plonge l’histoire dans l’ombre dès le départ ce qui illustre parfaitement le mode de vie des orcs et les techniques des mercenaires mais cela rend plus difficile la perception de certains détails des dessins. Les onomatopées écrites en gras, issues des comics, ne m’ont pas plus mais restent malgré tout assez discrètes.

SFU-Orcs et Gobelins T6-p7

Les auteurs nous livrent un beau conte avec cette aventure épique et dramatique des orcs des Terres d’Arran. Une sorte de 7 Samouraï ou 12 salopards qui vivent une mission mortelle au but presque risible pour sauver un ingrat gobelin fils à papa. On partage avec les membres de la compagnie du Croc de Fer, toutes leurs émotions et leurs violences qui font parties d’eux-mêmes ainsi qu’une espèce de fatalité face à la mort qui leur rode autour perpétuellement. La profondeur et la richesse des personnalités bien différentes des huit anti-héros sont de véritables perles de la BD. La chute de l’histoire surprend et est un vrai délice.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Ayraak #6 [2019]

NURTHOR
69

Une belle BD au rythme soutenu avec des anti-héros traités en profondeur qui vivent une quête presque suicide aux rebondissements riches et nombreux. L’histoire est très dense et aurait dû être traitée sur deux tomes pour permettre un traitement en profondeur de l’intrigue et alléger les textes nombreux qui accompagne les dessins.

On a aimé

  • Une belle épopée avec une intrigue hâletante.
  • Des anti-héros en reliefs et fouillés.
  • Une aventure d'anti-héros qui restent unis et groupés pour réussir la mission.
  •  

On a moins bien aimé

  • Beaucoup de texte qui aurait pu être évité si 2 tomes pour cette histoire au lieu d'une seule BD.
  • Coleurs parfois trop sombres qui semble masquer les détails de certains dessins.
  • Les onomatopées en gras qui n'apportente rien et plus dignes des comics.

Acheter la Bande Dessinée Orcs & Gobelins : Ayraak #6 [2019] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Orcs & Gobelins : Ayraak #6 [2019] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+