75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de cartes : Stupide vautour [2012], par Amaury L.

Avis critique rédigé par Amaury L. le lundi 30 juillet 2012 à 09h53

Les vautours valent le détour...

Quelques souris aventurières traversent un désert parsemé de cactus solitaires quand elles aperçoivent au dessus de leurs têtes grises une ombre inquiétante décrivant des circonvolutions étranges. L'une d'entre elles reconnaît la menace d'un stupide vautour. Se trouver un abri sûr et sans perte de temps devient une assurance recherchée.

Vautour en métal.

La collection métal de l'éditeur Gigamic grandit rapidement et voici dans ce format attractif un jeu contenant exclusivement des cartes, soixante-quinze cartes Série en cinq couleurs numérotées de un à quinze, quinze cartes Point (dix numérotées de un à dix, cinq de - 1 à -5). Les illustrations de Björn Pertoft apportent une dimension humoristique, des souris provoquant les vautours avec des grimaces, et un vautour aussi maladroit que stupide. On apprécie le tout et on se jette sur les règles impatiemment.

Une règle, un vautour est stupide.

Le but du jeu est d'obtenir le plus de points au terme des quinze manches.

Chaque joueur choisit une couleur, quinze cartes Série, et on place le paquet avec les points au centre de la table, face cachée et mélangé.

On retourne la première carte du paquet avec les points et simultanément, les joueurs choisissent une de leurs quinze cartes. On les révèle, le joueur avec la carte de valeur la plus forte, s'il s'agit de points positifs, remporte la manche. Si une carte Vautour est retournée, points négatifs, cette dernière est remportée par la carte la plus faible.

Important : si deux joueurs ou plus ont joué chacun la carte la plus élevée dans le case d'une carte Souris, ou la plus faible dans le cas d'une carte Vautour, les cartes ne sont plus prises en considération. La carte Point revient au joueur qui se trouve en seconde position.

La partie se poursuit en révélant une nouvelle carte Point. Le jeu s'arrête quand la pile des cartes Point est vide.

Loin d'être stupide, ce jeu !

Stupide vautour est de retour dans un format qui lui sied particulièrement, le métal et l'encombrement minimal. On retrouve quelques vestiges éditoriaux qui remontent en 1988, le jeu s’appelait alors Raj et se passait au pays des maharadjas. L'auteur de ce petit chef d’œuvre n'est autre que maître Alex Randolph, disparu en 2002, pourtant à l'honneur en ce printemps pluvieux avec des rééditions récentes, Fantômes contre fantômes (lire la critique ici) et Stupide vautour.

La première version de Stupide vautour, paru en 1988.

Stupide vautour s'articule autour de règles brillantes et très accessibles. On les explique en quelques instants sans aucune difficulté autant pour la transmission que la compréhension des auditeurs. De suite, on comprend la finesse et le talent de Alex Randolph pour proposer des jeux familiaux originaux et inventifs. En s'appuyant sur un système d'enchères classiques, l'auteur insère des éléments qui magnifie l'ensemble. On note le principe des égalités qui s'annule et ainsi profite au second placé, un système abondamment repris par d'autres créateurs dans de nombreux jeux d'enchères. Cette subtilité insuffle une dose psychologique, de bluff et de prise de risque. On observe les comportements des adversaires lors des tours précédents afin d'établir leur façon de jouer, leurs préférences.

Une analyse de cet environnement permet, avec un peu de chance, de réussir des coups de poker osés et souvent rémunérateurs. Si la déconvenue guette à chaque instant, l'étalonnage des cartes Point (entre – 5 et + 10) évite qu'un participant décroche complètement dans la course à la victoire. Il demeure possible de se refaire grâce au gain d'une ou deux cartes généreuses. Le suspense se préserve jusqu’au terme de la partie, celle-ci ne dépassant pas les dix minutes. Stupide vautour est un jeu dynamique, où les manches s'enchaînent sans temps mort et la place pour l'ennui semble totalement proscrite. On rit, on passe un excellent moment, et tout le monde adhère. Un vautour bien séduisant !

La conclusion de à propos du Jeu de cartes : Stupide vautour [2012]

Amaury L.
90

Stupide vautour est l’œuvre d'un auteur disparu en 2002 qui bénéficie d'un sursaut de popularité auprès des éditeurs actuellement. La raison est simple, ce créateur a inventé de véritables bijoux ludiques, proposant des mécanismes intelligents et novateurs, souvent repris par d'autres auteurs pour leurs propres ouvrages. Stupide vautour est une merveille dans les jeux d'enchères simples et familiaux. Ne pas l'avoir constituerait une offense à l'intelligence créatrice de ce grand monsieur que représentait Alex Randolph dans le monde du jeu !

Que faut-il en retenir ?

  • Simple et familial.
  • Iintelligent et rapide.
  • Dynamique.
  • Configuration à 4 et 5 joueurs.
  • Mécanismes précurseurs.

Que faut-il oublier ?

  • Configuration à deux joueurs insuffisante.

Acheter le Jeu de cartes Stupide vautour en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Stupide vautour sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+