75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Avatar #1 [2009], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le dimanche 16 janvier 2011 à 15h39

La nouvelle Gaïa

Sur Pandora, une lune orbitant autour d'une planète du système Alpha Centuri, les Na'vi sont assez semblables aux humains. Ils ont juste la peau bleue, une taille presque deux fois plus grande, le visage félin et une constitution qui leur permet d'être d'une agilité incomparable. Leur technologie quasi inexistante les réduit à chasser à l'arc. Mais ils ont aussi un lien unique avec la planète, la faune et la flore qui la peuplent. Ils vivent en totale harmonie avec Pandora. Lorsque les hommes sont arrivés sur la planète, ils ont bien entendu essayer de communiquer (et réussi) avec les Na'vi, mais leurs points de vue ont rapidement divergé quant à l'exploitation des ressources minières de la planète.
Jake Sully est appelé à rejoindre la délégation de scientifiques sur place qui tente encore de communiquer avec les autochtones et apaiser les tensions. Mais il est présent sur Pandora pour de mauvaises raisons: privé de l'usage de ses jambes, ce vétéran militaire n'est là que parce que son frère jumeau était impliqué dans le projet. Or, ce dernier étant mort, son patrimoine génétique identique seul lui donne ce ticket vers ce nouvel eden. L'équipe scientifique a besoin de sa compatibilité génétique pour contrôler un avatar en vue de rencontre le peuple de Pandora...

Avatar: Jake Sully (Sam Worthington)
Avatar: Jake Sully (Sam Worthington)

James Cameron a toujours été à la pointe du progrès en matière d'ingénierie audiovisuelle. Il fait un peu figure de chef de file dans ce domaine. Le résultat a toujours été un triomphe dans les salles de cinéma (on se souvient notamment de Terminator 2 et d'Abyss). Avec un budget de presque $250 millions, il a réussi à obtenir dix fois plus en revenus. Une sacrée performance.
Pour les premiers rôles, il avait choisi l'acteur montant du moment Sam Worthington (qui a aussi interprété un des rôles clés de Terminator Renaissance et le Persée du médiocre remake Le Choc des titans), Zoe Saldana (qui a interprété le rôle de Uhura dans le remake de Star Trek), Sigourney Weaver qu'on ne présente plus et Stephen Lang. Dans des rôles secondaires, notons la présence de Michelle Rodriguez et Giovanni Ribisi. Du beau monde, des têtes connues et des acteurs de tous horizons.


Avatar: Grace (Sigourney Weaver) et Norm Spellman (Joel Moore), Colonel Quaritch (Stephen Lang), Trudy Chacon (Michelle Rodriguez) et Norm Spellman (Joel Moore), Jake Sully (Sam Worthington) et Neytiri (Zoe Saldana)
Avatar: Grace (Sigourney Weaver) et Norm Spellman (Joel Moore), Colonel Quaritch (Stephen Lang), Trudy Chacon (Michelle Rodriguez) et Norm Spellman (Joel Moore), Jake Sully (Sam Worthington) et Neytiri (Zoe Saldana)

Le résultat est visuellement impressionnant. Les paysages sont magnifiques (en particulier les Halleluia moutains inspirées des montagnes de Huang Shang). Les couleurs sont aussi astucieusement choisies, en mélangeant bleu et vert avec d'autres assez chaudes, qui contrastent avec celles plutôt grises des bâtiments humains. Les passages de nuit donnent une coloration féerique au film, grâce à la flore bioluminescentes.
Pandora est aussi une espèce d'eden pour les écologistes (le message du film est assez explicite en soi) et on sent des influences cinématographiques (la forêt d'émeraude, par exemple). Techniquement, James Cameron a utilisé le motion capture pour créer ses Na'vi, ce qui rend ses créatures d'un réalisme jamais égalé jusqu'à présent.

Sur le fond, et c'est ce qui pêche le plus, le scénario est assez simple, pour ne pas dire simpliste. Les méchants, les humains exploiteurs, menacent les gentils, les sauvages qui vivent en communion avec l'esprit de la planète; lorsque les humains tentent de déloger les Na'vi, la planète elle-même vient donner un coup de main pour chasser les intrus. Voilà en résumé le film.
Pour ce qui est des performance des acteurs, la palme revient au plus méchant, Stephen Lang, et les gentils, dont Zoe Saldana. Sam Worthington s'en sort assez bien, offrant un contraste saisissant entre sa condition humaine et sa condition de Na'vi. Les autres sont assez fades.

Avatar: Neytiri (Zoe Saldana)
Avatar: Neytiri (Zoe Saldana)

Au final, Avatar n'est qu'un spectacle certes époustouflant mais au message assez naïf, dont le seul est de divertir. Le jury des oscars n'a récompensé James Cameron que sur ces critères ("seulement" meilleure direction artistique, meilleure photographie et meilleurs effets visuels).

La conclusion de à propos du Film : Avatar #1 [2009]

Manu B.
75

Si le message écologique de James Cameron passe par de magnifiques images et des moyens techniques incroyables, il faut quand même avouer que le scénario est un peu mince.
Avatar est un magnifique spectacle, mais c'est loin d'être un chef d'oeuvre.

Acheter le Film Avatar en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Avatar sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Avatar

  • Voir la critique de BO-OST Avatar : Recyclage
    70

    BO-OST Avatar Critique du musique par Manu B.

    Recyclage : Si dans l'ensemble le score de James Horner en lui-même est très intéressant et agréable à écouter, on regrette pourtant son manqu…
    Temps de lecture : 3 mn 10

  • Voir la critique de Avatar - Édition Blu-ray + DVD : Un Blu-ray parfait ?
    80

    Avatar - Édition Blu-ray + DVD Critique du film par David Q.

    Un Blu-ray parfait ? : Un Blu-ray d’une qualité exceptionnelle qui servira à coup sûr de démo technologique tant la qualité du son et de l’image sont imp…
    Temps de lecture : 5 mn 4

  • Voir la critique de Avatar : Spectacle son et lumière sur Pandora
    75

    Avatar Critique du film par Nicolas L.

    Spectacle son et lumière sur Pandora : Il est évident que James Cameron, avec Avatar, a atteint son objectif : celui de proposer à un large public un spectacle divertiss…
    Temps de lecture : 6 mn 17

  • Voir la critique de Avatar [#1 - 2009] : Succès technologique, bouse scénaristique...
    65

    Avatar [#1 - 2009] Critique du film par Vincent L.

    Succès technologique, bouse scénaristique... : La réussite technique d'Avatar est inversement proportionnelle à son échec scénaristique. Sur de très belles images, appuyées par …
    Temps de lecture : 8 mn 43

  • Voir la critique de Avatar [#1 - 2009] : Vous n'êtes plus au Kansas, vous êtes sur Pandora !
    100

    Avatar [#1 - 2009] Critique du film par David Q.

    Vous n'êtes plus au Kansas, vous êtes sur Pandora ! : Avatar était attendu comme une révolution.En 2h41, James Cameron vient de faire voler en éclat notre conception du cinéma. Il y…
    Temps de lecture : 9 mn 21

  • Voir la critique de Avatar : Cameron, je te vois…
    100

    Avatar Critique du film par Sylvain T.

    Cameron, je te vois… : Avatar est l’expérience ultime que l’on a qu’une fois tous les 10ans. Dans les années 70, il y a eu Alien, les 80’s ont eu droit à…
    Temps de lecture : 4 mn 30

  • Voir la critique de Avatar : Un voyage immersif vers Pandora
    98

    Avatar Critique du film par Richard B.

    Un voyage immersif vers Pandora : Tous les 10 ans, un film arrive et défit l’imagination des spectateurs, pourtant à y regarder de près seules huit années séparent …
    Temps de lecture : 9 mn 11

  • Voir la critique de Avatar : Le Jeu : Test du jeu sur PS3/Xbox 360
    65

    Avatar : Le Jeu Critique du jeu vidéo par David Q.

    Test du jeu sur PS3/Xbox 360 : Avatar est une bonne adaptation du film et permet de se plonger dans l’univers sans spoiler. L’encyclopédie apporte un réel plus p…
    Temps de lecture : 8 mn 36