75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : L.G.M. [2006], par Lujayne M.

Avis critique rédigé par Lujayne M. le mardi 14 octobre 2008 à 10h00

Jubilatoire


Voilà un roman de SF curieux, une ambiance très particulière qui mérite le détour, sans le moindre doute. Le style fait penser aux grands romans d'anticipation à la française des années 60/70, notamment Barjavel, sauf que le livre est beaucoup plus récent, permettant donc d'éviter l'impression de "démodé" qui prévaut souvent maintenant à leur lecture (sans leur enlever le moindre intérêt, bien évidemment, mais imaginer le début du XXIe siècle en 1960 et en 2000 ne donnera forcément pas la même chose). Même si on est clairement en uchronie : jamais on n'a découvert de vie sur Mars, donc la société décrite depuis les années 60 n'a pas pu se développer, cependant elle parait "réelle" parce que certains évènements et personnages, jusque dans les années 2000, ont, eux, vraiment existé et donc "influé" sur cette réalité alternative...
LGM, c'est donc l'abbréviation de Little Green Man, le petit homme vert, l'ambassadeur martien venu sur Terre. Un agent secret français doit veiller sur lui, c'est lui le narrateur (je crois qu'on ne saura d'ailleurs jamais son nom). Depuis les causses du Larzac aux plaines de Mars, en passant par la Place ROuge et la Californie, on suit leurs aventures décousues avec le plus grand plaisir. Tout le monde en prend pour son grade : les américains bien sûr, avec leur président "Petit Buisson", les Russes (qui pourtant dominent le monde), les français... C'est acide, souvent très fin, parsemé de références et d'indices, et toujours jubilatoire.
Le roman est divisé en quatre parties, chacune racontant les aventures du duo dans un lieu différent. Chaque chapitre est préfixé par des citations apocryphes de chansons/citations célèbres (forcément, dans cet univers où Mars prédomine, toute la culture "pop" parle des martiens... à commencer par la célèbre chanson "je n'suis pas un martien" de Balavoine...). Elles sont toutes intéressantes, mais la dernière, qui se passe sur Mars, est beaucoup plus ardue, tant dans sa construction décousue (on a notamment l'usage de flash-back assez ardus qui racontent au fil du récit ce qui s'est passé entre la troisième et la quatrième partie, pas évident), que dans son thème même (ces histoires d'effondrement d'onde m'ont laissée perplexe, il faut dire que j'ai toujours eu du mal avec la théorie du chat dans la boite qui n'est ni mort ni vivant... or ici tout est basé dessus).

La conclusion de à propos du Roman : L.G.M. [2006]

Lujayne M.
80


Voilà donc un petit roman qui se dévore très vite, avec jubilation car on tape au figuré sur tous les travers de notre société, empli de références et de clins d'oeils. La plume est alerte, pas lourde du tout (ce qui n'est pas toujours évident quand on critique notre monde actuel), l'ambassadeur martien exotique, agaçant, crapuleux et adorable à souhait, reste juste la dernière partie qui ne m'a pas emballée autant que le reste, car un peu trop, disons, technique !

Que faut-il en retenir ?

  • le style
  • l'ambiance
  • l'humour

Que faut-il oublier ?

  • fin un peu technique et décousue

Acheter le Roman L.G.M. en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L.G.M. sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de L.G.M.

  • Voir la critique de L.G.M. : Salut Toto !
    80

    L.G.M. Critique du roman par Manu B.

    Salut Toto ! : L. G. M. est un livre agréable à lire dont certains passages m'ont bien fait rire, sur le thème du petit homme vert.
    Temps de lecture : 2 mn 60