75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Nikopol : La Foire aux Immortels #1 [2008], par Sylvain T.

Avis critique rédigé par Sylvain T. le lundi 22 septembre 2008 à 22h41

L’expérience interdite…

Après une adaptation cinématographique il y a quelques années, la trilogie Nikopol s'offre un petit détour du coté du PC pour un jeu d'aventure retraçant les grandes lignes de l'œuvre d'origine.
"Paris, 2023. Alors que la ville est tombée aux mains d’un puissant et cruel dictateur, une mystérieuse pyramide vient de s’installer dans le ciel de la capitale. A l’intérieur se trouve des dieux égyptiens qui veulent rétablir la démocratie et rétablir la paix dans ce monde torturé. L’on suit les mésaventures d’Alcide Nikopol, un artiste incompris, qui compte bien s’opposer au régime en place, alors qu’il meurt précipitamment, il est choisi par Horus, l’un des dieux -très ambitieux- de la pyramide…"

nikopc036
Contrairement à ce qui est annoncé dans le titre, il ne s’agit pas d’une adaptation du premier tome de la trilogie Nikopol. En effet, les équipes du talentueux studio français Whitebirds, ont imaginés une histoire bien différente de la première aventure BD (Intitulé elle aussi « La Foire aux Immortels »). Il s’agit d’un jeu d’aventure, d’apparence, tout à fait banal, mais dès que l’on découvre les premières missions en jeu, on redécouvre ce qui le talent du studio White Birds. Ici, pas de 3D en temps réel, le studio reprend les idées de ses précédentes productions. Ainsi l’aventure se dévoile via une succession d’écrans où il va falloir trouver des indices pour faire avancer l’histoire.
Autrement dit, vous commencez le jeu sans savoir quoique ce soit sur le personnage que vous contrôlez. La jouabilité est très accessible, ce qui permettra aux débutants du genre de s’en sortir sans trop de mal, même si les énigmes devraient parfois vous donner du fil à retordre. Point & Click oblige, pour avancer, vous devez utiliser le pointeur de votre souris pour avancer dans les scènes figées et trouver des indices afin de résoudre les énigmes. Prenons un exemple, au tout début de votre aventure, vous vous retrouvez dans votre appartement, en cliquant un peu partout dans le lieu où vous vous trouvez, vous allez entendre votre personnage parler, écoutez-le bien puisque c’est grâce à ses propos que vous trouverez votre chemin. C’est ainsi que vous vous dirigerez vers la porte d’entrée, surprise, une lettre s’y trouve ! Elle vous demande, de peindre un portrait de votre père, mais puisque vous n’avez aucun souvenir de ce fameux père, il va falloir trouver un moyen de vous le remémorer, mais je ne vous en dis pas plus, puisque c’est là que commence réellement votre aventure…
Revenons à l’histoire, elle est, comme je vous le disais, très différente, en fait, il ne reste véritablement que l’univers qui enrobe votre aventure. Le contexte fasciste contre communistes n’est plus d’actualité (la trilogie date des années 80), et il a été remplacé par un conflit entre des mouvements religieux. On est donc loin de l’ambiance du premier tome, n’est-ce pas ? Mais alors, est-ce toujours Nikopol en fin de compte ? Oui puisque malgré ces changements drastiques, l’adaptation faite par les équipes de WhiteBirds est envoutante, et permet de découvrir une autre facette de l’univers Nikopol. Enki Bilal, l’auteur de la trilogie a collaboré avec le studio pour que les fans de la première heure ne se sentent pas mis en retrait. Et de toute façon, l’ambiance Nikopol est présente, les graphismes sont somptueux est reflètent bien l’univers conté dans la BD, il ne s’agit certes que de scènes figées à chaque fois, mais elles ont le méritent d’être extrêmement détaillées. Le seul véritable point noir réside dans la durée de vie, le jeu n’est proposé qu’à 40€, mais tout de même, 6 heures de jeux c’est bien trop peu pour vraiment l’apprécier. Les meilleures aventures ne sont pas les plus courtes, bien au contraire.

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Nikopol : La Foire aux Immortels #1 [2008]

Sylvain T.
75

Adapté en jeu vidéo une bande-dessinée est toujours quelque chose de complexe. Mais avec Nikopol : La Foire aux Immortels, White Birds Studios signe un excellent jeu d’aventure que tous les amateurs du genre se devront de posséder.

Que faut-il en retenir ?

  • L'ambiance "Nikopol"
  • Les graphismes
  • La jouabilité accessible

Que faut-il oublier ?

  • La durée de vie
  • Trop classique ?

Acheter le Jeu Vidéo Nikopol : La Foire aux Immortels en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Nikopol : La Foire aux Immortels sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+