75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Babylon A.D. [2008], par Sylvain T.

Avis critique rédigé par Sylvain T. le mercredi 27 août 2008 à 03h35

Echec et Mat

Des centaines de rumeurs plus tard, le nouveau film de Mathieu Kassovitz sort enfin en salle. Il aura fallu 6 ans au réalisateur français pour réussir à mettre en scène cette adaptation. 6 ans pour en arriver à… ça !
"Dans un futur proche ravagé par la guerre et en proie à l'anarchie. Hugo Cornelius Toorop est un mercenaire chargé d'escorter de la Russie au Canada une jeune femme nommé Marie. Au cours de leur périple, Hugo va découvrir que celle-ci transporte en elle un virus capable d'anéantir la race humaine."

18843831_w434_h_q80
Autant vous le dire tout de suite, je n’ai pas lu le roman Babylon Babies, je suis donc allé voir Babylon A.D. en ne connaissant absolument pas l’œuvre d’origine. Ce nouveau film du talentueux réalisateur français Mathieu Kassovitz a connu bien des problèmes. A commencer par les rumeurs décrédibilisant le film avant même sa sortie. On a eu le droit à tout, des dépassements d’un budget déjà pharaonique, aux caprices de star, celle qui a eu le plus d’impact sur la crédibilité du film est peut être celle qui relate une coupe draconienne de plus de 70 minutes durant le montage du film, démentie depuis, ces rumeurs montrent bien l’ambiance catastrophique qui régnait sur le tournage. Et tout cela se ressent cruellement à l’écran, le manque d’ambition et de motivation de toute l’équipe se voit à chaque seconde de Babylon A.D
Pourtant, ça avait plutôt bien commencé, le film débute par la silhouette de Vin Diesel voyant une terrible explosion arriver vers lui, à genoux. C’est alors que l’on assiste à un retour en arrière, toujours en compagnie de Vin Diesel, dans un univers post-apocalyptique, où les armes sont les seules maitresses d’une Europe de l’est en pleine décadence. Quelques longues minutes plus tard, l’action commence enfin, alors qu’il est entrain de déguster de la viande de lapin, Toorop (Vin Diesel) se voit emmener de force dans un véhicule futuriste en compagnie d’un baron de la mafia locale. Et là, surprise ! C’est Gérard Depardieu qui prête ses traits pour interprété Gorsky, le « parrain ». Le ton est donné puisqu’il va proposer à Toorop une mission suicide, celle d’emmener une mystérieuse jeune fille à New York. Jusque là tout va bien, ce n’est qu’une mission de routine après tout, mais là où ça va devenir compliqué, c’est quand l’histoire va se transformer, non pas en simple chasse à l’homme, mais bien en un thriller sur fond de croyance biblique.
La première partie de Babylon A.D. nous offre un univers riche, l’avenir de l’homme n’est plus vraiment entre ses mains, et les vertes forêts n’existent presque plus. Mais tout cela ne va pas durer, car dès que l’on enclenche la seconde partie, qui met en scène la magnifique Charlotte Rampling, le scénario se complique et devient incompréhensible voir grotesque. Difficile de comprendre l’histoire de Babylon A.D., car la fin laisse bien trop de questions sans réponses, nous laissant perplexe sur la légitimité de l’œuvre de Kassovitz. Pire encore, les scènes d’actions, propre aux films de Vin Diesel, sont illisibles, les cadrages approximatifs, et les plans de caméras d’un amateurisme certain ne permettent pas de voir distinctement les scènes de combats par exemple. Cruelle déception donc, qui n’est pas aidé par le manque d’ambition que l’on découvre lors des scènes importantes du film. Le passage de la frontière Russe à la frontière US est sous exploitées, et le combat mené par Vin Diesel pour tenter de sauver la jeune fille (incarnée par Mélanie Thierry) reste trop en retrait par rapport au reste.

La conclusion de à propos du Film : Babylon A.D. [2008]

Sylvain T.
45

Babylon A.D. n’est pas un film raté loin de là, mais il manque ce quelque chose qui aurait pu hisser le dernier blockbuster de Mathieu Kassovitz au sommet. Un scénario bancal, des scènes d’actions ratées, une déception à la hauteur du budget du film, gigantesque.

Que faut-il en retenir ?

  • Mathieu Kassovitz de retour !
  • Charlotte Rampling, la magnifique.

Que faut-il oublier ?

  • Le scénario bancal
  • La VF de Vin Diesel
  • Manque d’ambition

Acheter le Film Babylon A.D. en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Babylon A.D. sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Babylon Babies