75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Spirits [2008], par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le mercredi 18 juin 2008 à 14h17

Dans la série remake pourri et inutile, je voudrais Spirits...

On en aura mangé de l’histoire de fantôme japonais ! Après le succès de The ring, japonais comme américain ont décidé de surfer sur la vague des jeunes filles aux cheveux gras, nous inondant de productions de plus en plus calamiteuses. Nouvelle mode, depuis quelques temps, faire des films produits aux États-Unis mais avec un metteur en scène japonais. Conforté par le succès totalement immérité du mauvais The Grudge, Hollywood remet logiquement le couvert avec ce Spirit, remake d’un film thaïlandais par le réalisateur japonais Masayuki Ochiai.
L’histoire, classique voire totalement bateau, nous emmène suivre les péripéties d’un couple de jeune mariés en terre japonaise. Et comme les fantômes sont visiblement monnaie courante au Japon, ces deux jeunes gens vont se voir être hantés par une jeune fille brune – mais aux cheveux propres – sortie d’outre tombe.


Soyons tout de suite très clairs, il n’y a pas grand chose à sauver de ce Spirit, énième ghost story japonisante dont l’extrême classicisme du script n’a d’égal que la totale crétinerie de l’histoire. Passée la déception de ne pas être devant un film qui cherche à renouveler le genre, un constat s’impose : Luke Dawson, le scénariste, nous livre un travail totalement bâclé. Des raccourcis tirés par les cheveux («Tiens, j’ai un ami qui travaille dans une revue de photo d’esprits, il pourrait t’aider !») aux réactions totalement incohérentes et décousues des personnages principaux (celui de Joshua Jackson est à ce niveau terriblement gratiné) en passant par les clichés inhérents au genre (oh, encore des enfants qui voient des morts), rien ne nous est épargné dans ce script à peine digne d’un mauvais téléfilm.
C’est ainsi que le film tourne malheureusement à vide, les spectateurs se détachant un peu plus de l’histoire au fur et à mesure que celle-ci avance. Chaque scène étant plus prévisible que celle d’avant, l’ennui fait place au suspens et les bâillements empêchent du sursauter. D’autant que devant la caméra, Joshua Jackson et Rachael Taylor peinent à faire exister leurs personnages inconsistants et incohérents.

Que reste t-il donc à sauver dans ce long-métrage? Et bien force est de constater que Masayuki Ochiai, derrière la caméra, s’en sort relativement bien. Si l’on sent qu’il se fiche royalement de l’histoire qu’il tourne, certaines scènes mettant en scène le fantôme sont très réussies, et, si elles ne brillent clairement pas par leur originalité, elles démontrent une bonne maîtrise technique et formelle d’un réalisateur inspiré une scène sur deux.

La conclusion de à propos du Film : Spirits [2008]

Vincent L.
25

Totalement déjà-vu, vaguement ennuyeux et jamais inspiré, Spirit entre au panthéon des trop nombreux remakes ratés et inutiles. Si l’on excepte quelques scènes réussies, le film provoque alternativement ennui et fou-rires, au gré d’un scénario qui prend clairement le spectateur pour un abruti. A fuir...

Que faut-il en retenir ?

  • Quelques scènes réussies.

Que faut-il oublier ?

  • Un scénario mal fichu et visiblement écrit à la va-vite,
  • Une histoire totalement crétine,
  • Des personnages inconsistants et incohérents,
  • Un casting peu inspiré.

Acheter le Film Spirits en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Spirits sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Shutter

  • Voir la critique de Shutter : Histoire de frousse et de polaroïd …
    70

    Shutter Critique du film par Richard B.

    Histoire de frousse et de polaroïd … : Film d’angoisse peu innovant, ce film thaïlandais aurait cependant largement mérité une sortie en salle tellement celui-ci se trou…
    Temps de lecture : 2 mn 50