75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film (direct to vidéo) : Hellraiser V [2000], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mercredi 12 juillet 2006 à 09h02

Quand une tête d’épingles se prend pour Dante

Alors qu’il traque désespérément un tueur psychopathe qui laisse, pour signature de ses crimes, un doigt d’enfant sur les lieux du crime, un policier névrotique découvre un étrange cube. Après savoir été activé, ce cube l’entraîne dans un monde de douloureuses hallucinations.
Hellraiser : Inferno, cinquième du nom, est un film étrange, atypique et réellement extérieur à la série des Hellraiser. Il raconte l’histoire d’un Bad Lieutenant en quelque sorte. Père de famille aimant et flic consciencieux le jour, il devient la nuit venue un érotomane pervers adepte de la snifette, de préférence en compagnie de quelques putes toutes de cuir vêtues.
De par cette introduction, il semble apparaître rapidement que l’histoire de Hellraiser V n’est finalement que la matérialisation du la mauvaise conscience, du sentiment de culpabilité, que développe secrètement l’officier Joseph Thorne, rongeant sa raison aussi sûrement qu’une souris le fait avec un bout de gruyère. Ainsi, ce cinquième volet prend résolument, dans une atmosphère bien morbide et très efficace - dans sa première demi-heure -, le chemin du thriller fantastico-psychologique. Remarquez, on pourrait se dire: pourquoi pas… mais aussi : et les Cénobites là dedans ? Hé bien, tradition oblige, ils vont effectivement être progressivement introduits… Tout en nous laissant entendre qu’ils ne sont finalement que le fruit des cauchemars d’un esprit dérangé et culpabilisé par ses vices.
Avec ce choix purement métaphysique, le film s’éloigne cependant trop de la thématique fixée au départ par Clive Barker – une thématique qui se doit de cultiver le culte de la douleur, non pas comme un moyen expiatoire mais plus comme un moyen orgasmique -, pour pouvoir être considéré à juste titre comme faisant partie intégrante de l’œuvre générale. D’autant plus qu’on a même droit a un final extrêmement moralisateur qui n’a strictement rien à faire dans un Hellraiser. Au final, on en vient à douter de l’honnêteté de cette fausse étiquette ‘’Hellraiserienne’’ qui apparaît comme uniquement mercantile. Quelques apparitions de créatures infernales – par ailleurs très réussies –, et un final comprenant une apparition bavarde de Pinhead, qui aurait pu être remplacé par n’importe quelle créature infernale, sont les seuls ingrédients pouvant ramener ce volet à la mythologie bâtie laborieusement depuis la sortie du premier volet.
Une fois ceci dit, on peut également affirmer que le film n’est pas inintéressant pour autant. Grâce à une réalisation sobre mais efficace de Scott Derrickson (le créateur d'Emily Rose, la copine de Requiem) et une excellente interprétation de Craig Sheffer, décidemment très à l’aise dans le registre horrifique, on assiste à un spectacle intriguant et souvent assez captivant. Personnage ambiguë, pathétique mais rendu souvent antipathique par ses décisions égoïstes, l’officier Joseph Thorne se voit infliger un vain chemin de croix empli de douleurs et de désespoirs qui va le conduire, sans aucune possibilité de rédemption ni échappatoire, au cœur des Enfers.
A la manière d’un éternel recommencement…

La conclusion de à propos du Film (Direct to Vidéo) : Hellraiser V [2000]

Nicolas L.
50

Complètement étranger au style habituel de la série, Hellraiser V est un thriller horrifique assez divertissant, plutôt bien interprété et correctement réalisé. Les effets spéciaux, s’ils sont assez peu nombreux, sont de bonne facture, l’ambiance reste glauque et le personnage principal bien interprété par Craig Sheffer. A noter cependant un certains essoufflement sur la fin du à la redondance des évènements.

Que faut-il en retenir ?

  • Histoire originale
  • Bonne prestation de Craig Sheffer
  • Réalisation et effets spéciaux corrects

Que faut-il oublier ?

  • Ne respecte pas les credo du mythe
  • Peu horrifique
  • Une deuxième partie qui s’essouffle par manque de matière.

Acheter le Film (Direct to Vidéo) Hellraiser V en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Hellraiser V sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Hellraiser