75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Voir la fiche Avalon [2002]
Saga Avalon > Avalon >

Avalon - Critiques & Avis

Film réalisé par Mamoru Oshii et Makoto Kamiya. Japon


60

Critiques du staff sur le film Avalon

Les critiques de nos experts et passionnés.

  • La critique de Ryosan : Avalon

    Avalon est l'un de ces films qui ne laisse pas sans avis. Soit on aime, soit on déteste. Après Au vu de la bande annonce, on peut facilement s'attendre à un film d'action sans âme, mais Avalon est tout autre : c'est une critique acerbe du rapport entre monde réel et monde virtuel. Mamoru Oshii nous livre là une vision pessimiste de l'évolution de l'homme face à ses créations modernes et froides, imagées par un calque ocre pour bien séparer le réel du virtuel, distinction que ne semblent plus complètement faire certains accros du online.

    80
  • La critique de Kina : Reflexion sur le RV

    On connaissait déjà Ghost in the Shell (Gits) ou patalbor du même réalisateur en matière de cinéma d’animation, désormais, on le retrouve derrière une caméra pour un film alliant technologie dernier cri, jeu et réflexion métaphysique poussé…
    Le film est tourné en Pologne, et nous présente un monde baigné d’un ton ocre jaune et dépouillé… On suit cette histoire par l’intermédiaire de Ash, la meilleure joueuse d’Avalon qui tente le dernier niveau : « la Class Real » pensant pouvoir y délivrer un ancien compagnon de jeu… Mistico-itiatique sous un climat de guerre civile opressant, on se retrouve dès lors dans la vague cyberpunk et le prolongement de la japanime. Réflexion sur le corps-machine (comme dans Gits) ,on tape en plein l’hardcore gamer en y déssinant précisément les grandes lignes de façon réfléchit…
    "Avalon" va ainsi au delà du MMORPG et prends les devants : dans un futur proche, l'importance de ces arènes de virtualités ludiques sera si grande qu’on y retrouvera les univers cohérents où tout le monde sera connecté.
    Dernier point, mais pas des moindres : Cohérence visuelle et technique impressionnantes, toutes les images du film sont retouchées et pastellisé sous un filtre ocre pour poser l’ambiance… Oshii signe ainsi un fabuleux film inédit et personnel qui pose la question des différents niveaux de réalité et pose le problème des relations et des rapports humains……

    70
  • La critique de Richard B. : Critique rapide pour un film lent

    Avalon, légende du roi Arthur, ou jeux vidéo pour personnes en manquent de manga ? Et bien Avalon c’est le deuxième cas à mon regret. C’est aussi une histoire tordue qui ne veut rien dire et qui veut faire compliquer. Avalon c’est de très belles images, une musique divine pour remplir le vide qui à autour.

    10

Donnez votre avis sur le film Avalon

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

Commentaires des membres (9)

L'avis de la communauté SciFi-Universe.

  • -

    D'accord pour le compliqué mais Avalon, au contraire, utilise un style narratif d'une puissance folle, l'esthétique visuel associée au soucis du détail. Combien de fois a tu vus le film ?
    Beaucoup de gens ont trouvé le film lent, qui ne veut pas dire nul, et hors de propos. Regarde le une ou deux fois. Utilise ton experience cinématographique (Tarkovski, Kubrick entre autre) pour associer un détail à une idée. Avalon, c'est l'histoire d'Ash mélée entre réalité et ces propes illusions subversives. En citant le "vide" dans ta critique, t'as pourtant compris la nécéssité de transposition de la réalité par rapport au mondes virtuels.
    nwe, le 9 juin 2003 1655
  • 80

    Je vois que, comme c'était le cas pour Ghost in the Shell, certaines personnes du staff ont une vision limité du cinéma (étroitesse d'esprit, quand tu tiens!) . Si Indépendance Day était un Hamburger, Avalon serait un grand plat raffiner. Un plat qu'il vous faudra reccomander plusieurs fois de suite si vous voulez en savourer toutes les saveurs. Le cuisinier en chef a mit 10 ans afin de mettre au point son plat, alors faites un effort, Mr Maximus.
    Un plat 4 étoiles!
    Projet 2501, le 9 juillet 2003 0636
  • 90

    C'est sur que du premier coup d'oeil sans regarder le cote esthétique du film, ce film n'a pas beaucoup de sens. Mais ce n'est pas du tout cela et pour chercher la vérité du film, ce n'est pas une mince affaire, quelle complexité.
    En plus une image et une musique extraordinaire nous attend, alors je ne vois pas pourquoi le critiquer, il faut juste ne pas demander un film d'action ou il n'y est pas.
    L'Epistolier, le 3 août 2003 1000
  • 20

    pas terrible ya bcp mieux comme film g eu du mal a arriver au bout g bien faillit m'endormir a la moitiée du film je ne le regarderai pas une 2eme fois
    The Wishmaster, le 25 février 2004 1835
  • 60

    J'ai un avis mitigé sur le film, je l'ai vraiement aprécié au premier visionnage car la reflexion sur la réalité est pas mal.

    Cependant je trouve que le film supporte mal une 2eme lecture...

    Un peu lent, certainement mais le defaut serait peu être plutot dans la manière un peu faible et désabusée de traiter le sujet.

    J'ai hâte de voir un grand film sur le sujet, mais ça n'est pas pret d'arriver j'ai l'impression...et je me dis que c'est peu être dur de faire mieux.
    Malluin, le 1er août 2004 1631
  • 30

    Là j'avoue que ça n'a pas été une expèrience facile.
    Visuellement c'est beau et intéréssant pour l'oeil.
    On trouve de l'originalité quand au traitement de l'image,les décors, et une ambiance très "arty".L'actrice principale à un jeu qui est bon ainsi que la plupart des autres acteurs. On sent que l'on a pas à faire à des amateurs.
    Mais alors pour l'histoire... Comprendra qui pourra.
    L'intrigue est mince et le rythme trop lent à mon goût.Je me suis un peu ennuyé.C'est souvent compliqué et on ne sait pas ou veut en venir le réalisateur.A voir quand même pour les quelques critères positifs décrit plus haut.
    Pour ma part, au risque de me faire des énnemis, je trouve souvent le cinéma Japonais de S.F compliqué et difficile à suivre pour l'histoire mais intéréssant pour les unnivers dépeints.
    johnny, le 11 février 2005 1129
  • 80

    je comprends qu'au premier coup d'oeil ce film peut en rebuter plus d'un, mais c'est qu'il faut arriver à comprendre ce film. Ce n'est pas simple et ce film demande de faire des recherches sur la légende d'Avalon.

    En effet Avalon est une île de légende à laquelle accède les héros après avoir accompli plusieurs épreuves, en sachant cela on peut raisonnablement penser que chaque nouvelle réalité virtuelle est une nouvelle épreuve pour Ash. Cela expliquerait pourquoi aucune des réalités présentées n'est parfaitement conforme à La réalité et pourquoi Ash ne s'en émeut pas plus que ça...

    Mais ce film est vraiment intéressant et il a le mérite de faire quelque chose d'originale. Bien sûr y a des gens qui ne regardent des films que pour se gaver d'images et surtout ne pas ce servir de leurs neurones... chacun son choix
    chloé, le 15 mars 2005 1224
  • 80

    *** ATTENTION SPOILER ***

    Heu, Avalon n'est pas un film sur le thème réalité/virtuel. C'est une parabole sur le désir, ce fameux désir qui nous fait exister.
    Ok le film est lent très très lent, mais il est truffé d'allusions qui permettent de facilement le décoder. Je suis d'ailleurs étonné, vu la qualité des critiques de films sur ce site que personne n'y ait fait allusion.
    Ainsi on peut voir tout au long du film que les gens paraissent moins vivants que leurs propres animaux (à l'exception du Voleur dont la motivation est partagée entre manger et progresser dans le jeu). Seuls paraissent vivre, aimer et désirer : les joueurs du jeu vidéo AVALON. Mais c'est un désir dévorant : Ash tente de se persuader que quelque chose la retient à la réalité, son chien, ses livres... mais Bishop (le Mage) vient démontrer que ce ne sont que des chimères et que rien ne l'intéresse vraiment excepté le DESIR de jouer et de franchir l'ultime niveau (le chien disparaît, les livres sont vides, etc...)
    En fait, c'est Ash, qui, comme dans une quête initiatique, abandonne l'intérêt pour le savoir, l'affection (son chien), elle ira jusqu'à assassiner son ancien amant. Le jeu est devenu le seul objet de son désir, la seule chose qui compte en définitive (c'est une parabole, j'vous dis !)
    Un internaute (Han) a cité Tarkovski, on peut mettre Avalon en rapport avec Stalker (Srougatski) et Solaris (Lem), encore des histoires de désir : "qu'est-ce que l'on souhaite vraiment ?" et que reste-t-il de nous une fois que nos voeux sont exaucés ? Après tout, l'ancien amant de Ash souhaite sa propre mort.
    En ce sens, les thèmes sont assez proches de l'excellent EQUILIBRIUM (voir autre critique de MAximus).
    Voilà pourquoi ce film est un film intéressant, outre ses cotés esthétiques (je conseille de le voir en V.O. :polonais).
    Je conseille de voir ce film si vous comptez voir Ghost in the shell 2, il présente beaucoup d'élements de continuité avec Ghost in the shell I et ghost in the shell 2 (il a été fait entre les deux par le même réalisateur).
    Voyez Avalon et demandez vous quel est votre moteur dans l'existence ? Toruvez le, sinon vous finirez comme les passants : ombres parmi les ombres promenant des animaux bien plus vivants qu'eux mêmes.

    M. Maximus, sachez que c'est bien la seule critique que je ne partage pas.
    Rémibug, le 28 août 2005 1310
  • 70

    L'histoire et un peu galère à suivre, surtout que j'ai pas compris la fin et que ça fini en queue de poisson. Bref un film à voir par curiosité et pour l'idée de l'histoire avec quelques bons effets. Mais voilà sans plus
    Darkwill, le 26 juin 2006 0728

12 avis sont disponibles pour une moyenne générale de 61 sur 100.