75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Voir la fiche Angel Heart, aux portes de l'enfer [1987]
Angel Heart, aux portes de l'enfer >

Angel Heart, aux portes de l'enfer - Critiques & Avis

Film réalisé par Alan Parker. Etats-Unis d'Amérique


79

Critiques du staff sur le film Angel Heart, aux portes de l'enfer

Les critiques de nos experts et passionnés.

  • La critique de Nhaigraoo : Angel Heart

    Un voyage au bout de l'enfer d'une grande noirceur, dans un univers poisseux et malsain, soutenu par deux acteurs excellents. Un grand film film fantastique, tout simplement.


    Lire la critique complète de Angel Heart, aux portes de l'enfer par Nhaigraoo

    85
  • La critique de Lucie M. : Sur un air de déjà vue !

    Grand moment cinématographique. Certaines personnes ne seront pas en accord total avec mon jugement mais Angel Heart est un très bon film qui ne vieillit pas. De plus c’est l’un des seuls rôles de Mickey Rourke où il fait des étincelles. Mais ce compliment revient amplement au réalisateur, Alan Parker, qui a su guider cet acteur ainsi que tous les autres.


    Lire la critique complète de Angel Heart, aux portes de l'enfer par Lucie M.

    85
  • La critique de Christophe B. : un film esthétisant

    Le pavé humide de New York au cœur des années cinquante, Harry Angel, est un détective privé dans la mouise. Il se voit confier une mission providentielle : Retrouver la trace d'un chanteur mystérieusement disparu. Son commanditaire est énigmatique, mais il paie rubis sur l'ongle. Peu à peu, l'enquête vire au cauchemar. Chaque fois que le détective croit tenir une piste, ses témoins s'évanouissent dans un bain de sang. Un à un, il gravit les échelons de l'horreur.
    L'intrigue est tortueuse, fiévreuse, alambiquée. On sent quelque chose de diabolique y planer. Quant Sam Spade fricotte avec Satan, cela donne "Angel Heart", polar de l'ombre mais polar tout de même. Tous les clichés du genre se sont donnés rendez-vous : bureau minable d'Angel, personnages secondaires pittoresques, troquets enfumés, environnement musical composé à grand renfort de plaintes au saxo. Terrain connu dont les règles sont faussées par le surnaturel. Au début, rien n'est moins évident et c'est progressivement que le fantastique gagne du terrain, fissure le vernis des apparences.
    C'est Mickey Rourke qui incarne le détective privé Harry Angel. Il n'a rien du super-privé style Sam Spade ou Phillip Marlowe. Il est du genre miteux, fripé comme ses fringues, éternellement mal rasé. Il est entraîné dans cette ténébreuse affaire qui va le mener de New York à La Nouvelle-Orléans, le plonger dans les eaux troubles du Fantastique. Car subsiste une évidence: Le vaudou, les sciences occultes ne sont pas étrangers à l'histoire. Un pianiste noir est étouffé par ses propres organes génitaux dont on lui a bourré la bouche, un médecin se serait tiré une balle dans l'œil, une riche héritière est retrouvée la poitrine ouverte, son cœur repose à côté... Et puis il y a ces visions qui hantent Harry Angel, une foule en liesse, un ascenseur n'en finissant plus de descendre. Vers quoi ? Pour les besoins de l'enquête, Angel file vers la Nouvelle Orléans, il passe de la froideur de l'hiver new-yorkais à la chaleur moite et étouffante des bayous, un véritable voyage initiatique vers l'Enfer, une quête de lui-même. Il rencontre Epiphany Proudfoot, jeune métisse, prêtresse vaudou, s'en allant égorger le poulet lors de cérémonies nocturnes. Et Louis Cyphre, son étrange commanditaire ? Impassible, digne, il encourage Harry à persévérer. La mission touche à sa fin. Evidemment, pas exactement celle que le détective avait envisagée. Semblable à un animal blessé qui attend l'hallali, l'acteur s'avère plus convaincant qu'il ne l'a jamais été.
    Au-delà des acteurs, le personnage principal de "Angel heart", c'est l'image. Au détriment de l'histoire parfois… Il règne hélas un je ne sais quoi trop esthétisant qui nous laisse hors du film, presque indifférent. Alan Parker, le réalisateur, excelle ici à créer des ambiances propres à susciter des gloses psychanalytiques. On pourrait passer des heures à étudier les lignes des ascenseurs et les courbes des escaliers qui peuplent ce film. Et c'est peut-être aussi le reproche que l'on peut faire à ce métrage : la "froideur" des ellipses parfois incompréhensibles…
    Ce film est fait pour être vu deux fois. La première en toute innocence. La seconde en pleine connaissance de cause. Car "Angel heart" est une œuvre à clé. L'assassin est au centre de l'intrigue, les fausses pistes sont là pour nous égarer au même titre que le détective. Au bout d'un moment, pourtant, la forme commence à prendre nettement le pas sur le fond. Le leurre, c'est de croire que "Angel heart" est un film policier comme les autres, peut-être plus esthétisant. En fait, c'est davantage une vue de l'esprit. Progressivement, les morceaux s'imbriquent les uns dans les autres, le puzzle s'agence. Les cadavres s'amoncellent. La liste des suspects fond telle une peau de chagrin pour ne plus se réduire qu'à l'assassin.

    68

Donnez votre avis sur le film Angel Heart, aux portes de l'enfer

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

Commentaires des membres (1)

L'avis de la communauté SciFi-Universe.

  • 80

    tres bon film avec une interpretation parfaite de la part de tous les acteurs (et en particulier mikey rourke), une ambiance et une musique inquietante, et un scenario bien tordu
    cafard cosmique, le 12 avril 2005 1604

4 avis sont disponibles pour une moyenne générale de 79 sur 100.