75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Voir la fiche Brainstorm [1984]
Oeuvre Brainstorm >

Brainstorm - Film (1984)

Film réalisé par Douglas Trumbull. Etats-Unis d'Amérique


78
Staff (1)78
Membres (1)80
Date de sortie au cinéma en France : 1er février 1984
Avec : Christopher Walken (Michael Brace) , Louise Fletcher (Lillian Reynolds) , Cliff Robertson (Alex Terson)

Brainstorm synopsis

Dans un centre de recherches américain, le projet Triad vient d'aboutir : les chercheurs Michael Brace et Lillian Reynolds ont mis au point un appareil permettant d'enregistrer et de reproduire, même à distance, toutes les sensations éprouvées par un cerveau humain.
Enthousiasmé, leur patron, Alex Terson, confie à Karen, l'épouse de Michael, la tâche d'en simplifier le casque récepteur. Or les Brace sont sur le point de se séparer...

Titre Original : Brainstorm
Brainstorm fait partie de la saga Brainstorm.
Thèmes abordés dans Brainstorm : Science-Fiction

Acheter Brainstorm en un clic

Critiques du staff de Brainstorm

Photos, Images, Affiches & Vidéos de Brainstorm

  • Une invention fantastique permet d'enregistrer et de communiquer à autrui les plus secrètes de ses pensées.

DVD / Blu-Ray de Brainstorm

Casting de Brainstorm

Les personnalités principales et leurs rôles dans le casting

Donnez votre avis !

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

Commentaires des membres (1)

L'avis de la communauté SciFi-Universe.

  • Très bon film de science fiction (bon scénario, bien dosé entre clichés, vécu et projections), c’est une des perles un peu vieillies des années 1980, mais très divertissante et attachante. Le spectateur des années 2000, rompu à la pratique du multimédia et de l’interactivité, nourri de 2001 l’Odyssée de l’espace à Minority Report, en passant par Tron, la série les Petits génies et par Dream Scape, voire les « Royaumes du Nord » pour la vision cosmique de la mort, se retrouve ici au tout début du travail en réseau, d’Internet (quand l’usage en était limité aux riches laboratoires et à certains campus universitaires), des expériences sur le lien corps/cerveau/ordinateur/bande enregistrée, des premières expériences d’interactivités… un certain réalisme désuet s’en dégage sur un fond très romanesque et efficace. Christopher Walken campe un excellent génie, à la fois egocentrique et généreux, un peu naïf, mais très malin face à une Nathalie Wood, qui joue son épouse, une femme sensible, toute aussi créative, mais blessée par un compagnon trop obsédé par ses recherches ; tous deux incarnent la rivalité, la communion et la complémentarité dans le couple ; cette intrigue secondaire donne toute sa tension à la première partie du film et vient comme en écho à l’expérience interactive de l’échange de sensations via la machine. L’environnement scientifique, robotique est soigné (même si on déplore les habituels boutons lumineux gadgets qui peuplent les films de cette période). Humour et magie sont souvent présents (la joie de l’aboutissement de 10 années de recherches, le caractère enthousiasmant des expériences sont bien transmis à l’écran, sans mièvrerie, tandis que l’iconoclasme et la malice du personnage de Walken donne toute sa saveur aux scènes où les machines semblent n’en faire qu’à leur tête), avec de réels moments de grâce, correspondant aux aspects positifs de l’invention et aux retrouvailles du couple, (à noter d’ailleurs que la place de la musique dans la vie du couple est très bien utilisée), enfin Douglas Trumbull, le réalisateur, propose une intéressante mise en image avec des variations de taille d’écran, selon le jeu sur la caméra subjective, quand la communion de sensations et d’émotions est recherchée ou quand l’interactivité est expérimentée. Lorsque la belle invention échappe à ses créateurs, quand l’utopie s’incarne dans le réel, le complexe militaro-industriel pointe son nez et l’intrigue devient plus banale, mais toujours plaisante. Une curiosité à voir.
    Cyd , le 4 février 2006 19:35
    80

Autres films du même auteur Douglas Trumbull

  • Voir la fiche Silent Running [1971]

Informations complémentaires sur Brainstorm