75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : Pandemic Legacy Saison 1
Pandemic Legacy Saison 1 >

Critique du Jeu de société : Pandemic Legacy Saison 1

Avis critique rédigé par Vincent L. le jeudi 16 novembre 2017 à 0900

Alerte !...

En 2008 sortait Pandémie, un jeu de société coopératif qui connut un grand succès dans le monde entier. Matt Leacock proposait de se mettre dans la peau d'une équipe de scientifiques devant éliminer quatre virus de la surface de la Terre. Avec ses mécaniques malines, son rythme bien entrenu et sa difficulté modulaire bien équilibrée, Pandémie devient quasi-instantanément un classique du jeu de plateau. Ce succès engendra assez logiquement la sortie de nombreux produits dérivés, à la fois des extensions (Au seuil de la catastrophe, In Vitro et Etat d'Urgence) mais également des variantes indépendantes (Le Remède le "Pandémie avec des dés", Contagion dans lequel on joue le virus, Reign of Cthulhu dans lequel on combat les Grands Anciens).

En 2011, Rob Daviau dépoussierait l'un des jeux de société les plus vendus du XXème siècle : Risk. Révolutionnaire lors de sa sortie à la fin des années 50, Risk avait tranquillement traversé les décennies avant de se trouver dépassé par les nouvelles générations de jeu de plateau. Rob Daviau décida d'en reprendre les bases mais en le transformant en un jeu évolutif. Au fur et à mesure des parties, le plateau se transformait en fonction des actions des joueurs, le matériel changeait (on pouvait être amené à le détruire - littéralement ! - ou au contraire à en dévoiler du nouveau), les joueurs devaient constamment faire face aux conséquences de leurs décisions antérieures,... Le jeu connut un immense succès.

En 2015, Matt Leacock et Rob Daviau s'associèrent avec leurs deux produits phares, Pandémie d'un côté, Risk Legacy de l'autre. Résultat : Pandémic Legacy Saison 1, un jeu au croisement des règles du premier et du concept ludique du second. Au programme : les joueurs incarnent une équipe de scientifiques devant éliminer quatre virus de la surface de la Terre... sauf que les opérations ne vont pas se passer aussi simplement que ça, et, dès le premier scénario, les choses vont commencer à partie en vrille. Chaque mois, il faudra continuer la lutte au fil d'un scénario qui se dévoilera petit à petit et qui transformera la dynamique du jeu : de nouvelles règles, du nouveau matériel, un plateau en constant changement et une menace qui va devenir de plus en plus sérieuse.

On ne va pas revenir ici en détail sur les mécaniques de Pandémie, qu'on adore et qui ont déjà été décryptées dans nos colonnes Il existe de nombreux jeux de coopération et la concurrence devient de plus en plus forte dans ce domaine. Pandémie tire sans mal son épingle du jeu grâce à des règles intuitives et élégantes. L’originalité de son thème facilite sa démarcation et, surtout, Pandémie délivre une ambiance oppressante doublée d’une tension permanente. Les joueurs se sentent constamment concernés par le sort de l’humanité. On tente d’éradiquer les maladies, la coopération étant essentielle si on souhaite découvrir les remèdes. On sent que la partie peut basculer à tout moment si les joueurs commettent une erreur d’appréciation. La gestion intelligente des cartes Evènement spécial apporte une diversification dans les parties et ajoute des choix décisionnels cornéliens. (Pour lire la critique complète, ça se passe par ICI).

Les mécaniques de base de Pandemic Legacy Saison 1 sont identiques à celles de Pandémie (le premier scénario est d'ailleurs une partie de Pandémie tout à fait classique), ce qui assure aux premières sessions une indéniable efficacité. Mais au fur et à mesure des scénarios, de nouvelles règles vont s'ajouter à cette mécanique bien huilée pour amener des nouveautés qui vont sensiblement modifier la façon de jouer, obligeant les joueurs à adapter leurs stratégies en conséquence. Ainsi, si un bon connaisseur de Pandémie se baladera pendant la première partie, il devra nécessairement transformer ses routines de jeu pour parvenir à réussir les derniers. C'est l'un des enseignements les plus important de Pandemic : Legacy Saison 1 : rien n'est jamais acquis, il faut constamment évoluer dans sa manière de jouer.

En dépit des modification et des évolutions, Pandemic Legacy Saison 1 parvient tout de même à reproduire et à conserver toutes les sensations de jeu qu'offrait Pandémie : même sentiment d'urgence, même façon de sanctionner toute mauvaise décision, même impression que les choses peuvent partir en vrille à n'importe quel moment. Aucune partie n'est jamais jouée d'avance, et ce d'autant plus que le jeu sait comment ménager des surprises : les cliffhangers sont nombreux, et ils n'interviennent que rarement en fin de jeu. Souvent, un nouvel élément découvert va complètement modifier la perception de la partie en cours, une même configuration pouvant, d'un tour à l'autre, passer de confortable à dramatique. Chaque scénario est donc chargé en terme de tension dramatique car le challenge est bel et bien réel.

Rien que ça suffirait déjà à faire de Pandemic Legacy Saison 1 un excellent jeu, mais un autre aspect du Legacy apporte un énorme plus au tout : les choix effectués transforment immédiatement le plateau de jeu, et aucun retour en arrière n'est possible. Les actions des joueurs vont donc avoir des conséquences d'une partie à l'autre, rendant certains endroits de la carte inaccessibles. Par exemple, si une épidémie s'est déclenchée trop de fois à Paris et que les joueurs ont laissé la ville sombrer, celle-ci deviendra plus difficilement accessible, puis sera définitivement condamnée, obligeant dorénavant à la contourner (donc à perdre un temps précieux). Autant dire que les choix sont mûrement réfléchis, la décision de laisser une épidémie se développer ayant des conséquences sur toutes les autres parties.

Pour le reste, le principe du Legacy permet de rendre chaque partie unique : on ouvre des boites scellées, on découvre du nouveau matériel, on met en place de nouvelles règles,... Chaque scénario permet de plus de gagner de l'expérience, c'est à dire de donner de nouvelles compétences à ses personnages, d'acheter de nouveaux bâtiments sur le plateau de jeu (l'équipe se renforce donc au fur et à mesure que la difficulté du jeu augmente). En fonction des actions, on déchire des cartes, on écrit sur le plateau, bref, on personnalise son jeu (dans les faits, il est possible de conserver son matériel intact, mais rapidement, on prend goût à cette personnalisation, d'autant que le jeu n'a aucune rejouabilité une fois les scénarios joués). Un plaisir certes purement matériel, mais qui participe complètement à l'expérience de jeu.

Pandemic Legacy Saison 1 est donc une belle surprise qui réussit, d'une certaine manière, à réinventer la pratique même du jeu de société. Il n'est toutefois pas exempt de défauts, loin de là : les parties peuvent quasiment être perdues dès la mise en place à la défaveur d'un mauvais tirage (une spécificité inhérente à Pandémie, qui explique probablement pourquoi on a toujours deux parties possibles pour réussir un scénario), les règles additionnelles finissent par être tellement nombreuses qu'elles nuisent à la fluidité du jeu (d'autant qu'il est indispensable de toutes bien les maîtriser pour espérer avoir une chance de gagner), l'histoire est somme toute assez basique (même si elle parvient tout de même à faire illusion) et la fin est décevante (trois lignes sur une carte, après douze scénarios, c'est léger). 

Parmi ces défauts, le plus génant est clairement l'impossibilité de mettre en place une stratégie sur le long-terme. Matt Leacock et Rob Daviau ont en effet visiblement décidé de privilégier la surprise par rapport à la dimension tactique. Il peut en résulter une certaine frustration : on peut perdre parce qu'on n'a pas pris en compte tel ou tel facteur, alors même qu'il était impossible de savoir que ce dernier était important sur le moment (c'est à dire plusieurs scénarios en amont). Il y a certes une logique là-dedans (on joue contre un jeu qui cherche clairement à nous piéger, et il faut constamment s'adapter), mais Pandemic Legacy Saison 1 reste tout de même un jeu stratégique qui cherche normalement à faire fumer les neurones des joueurs.

La conclusion de

Pandemic : Legacy Saison 1 est un excellent produit, bien conçu, qui sait offrir aux joueurs une expérience de jeu originale. Même s'il n'est pas exempt de défauts, le jeu s'avère tellement rafraichissant que l'on finit par les oublier pour n'en retenir que les bons côtés : les surprises qu'il a su offrir tout du long de ses douze scénarios, l'énorme importance donnée aux choix stratégiques des joueurs et à leurs conséquences, les parties tendues pleines de retournements de situation,... Clairement, Pandemic : Legacy Saison 1 permet de vivre une belle aventure, et possède tout ce qu'il faut pour laisser aux joueurs des souvenirs mémorables. Vivement la saison 2...

Que faut-il en retenir ?

  • Toutes les sensations de Pandémie dans un jeu différent,
  • Les surprises liées au côté évolutif,
  • L'importance donnée aux choix des joueurs,
  • La tension suscitée pendant les parties,
  • Une difficulté évolutive parfaitement dosée,
  • Le rapport au matériel, destabilisant mais finalement plaisant.

Que faut-il oublier ?

  • Aucune vraie stratégie possible sur le long-terme,
  • Une histoire basique et une fin décevante,
  • Des parties parfois flinguées dès la mise en place,
  • Une rejouabilité nulle (mais est-ce vraiment dramatique ?).

Acheter Pandemic Legacy Saison 1 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Pandemic Legacy Saison 1 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Pandémie

En savoir plus sur l'oeuvre Pandémie