75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Time Lapse [2016], par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le mardi 15 avril 2014 à 00h00

Retour vers le futur...

Critique flash après la projection du film lors du BIFFF 2013.

On va peut-être dire de nous que l'on est un poil méchant, mais aujourd'hui, lorsqu'on nous parle de premier film, on pense immédiatement "found footage", voire "film de zombies". Oui, restons honnête et ne nous mentons pas, ces deux sous-genres s'apparentent désormais à des clés d'entrée facilement utilisables pour entrer dans le monde fantastique du long-métrage. Par définition, ces deux styles de film ne demandent en effet pas un gros budget (rappelons que La Nuit des morts-vivants de George A. Romero, a été fait pour seulement 115 000$ en 1968), peuvent donc être potentiellement très rentables (à l'image du récent Paranormal Activity) et s'adressent en général à un public plutôt réceptif qui peut leur offrir le bouche-à-oreille nécessaire pour lui garantir une distribution. Néanmoins, la plupart du temps, ces film fauchés sont ratés, et n'ont bien souvent le droit qu'à une gloire très éphémère en festival avant que la pléthore d'offres similaires disponibles ne les submerge et ne les fasse disparaître corps et bien.

Tout cela pour dire que pour Time Lapse, son premier long-métrage, Bradley King n'a signé ni un found footage, ni un zombies movie, ce qui est déjà une première qualité ! Non, on en a trop soupé du mort-vivant sauce bolognaise et de la caméra parkinsonnienne pour pouvoir encore apprécier la manoeuvre... Enfin un réalisateur qui, sans avoir un budget supérieur à celui de ses petits camarades, a de l'ambition ! Une unité de lieu, des acteurs qui tiennent la route, des idées et voilà un premier film qui, s'il n'est pas dénué de défauts, sait avoir de la gueule ! Et pourtant, le pitch de base restait relativement simple : Callie, Finn et Jared vivent en collocation, vivant de petits boulots ingrats en attendant de percer dans les milieux artistiques. Un jour, ils découvrent que leur voisin a inventé une machine capable de photographier l'avenir. Chaque jour, la machine donne ainsi une photo représentant ce qui arrivera 24 heures plus tard...

Et voilà, le tour est joué ! Trois personnages, une unité de lieu (la machine ne peut pas être bougée, ce qui lie de facto l'action à une seule pièce), aucune necessité d'effets spéciaux couteux, juste un scénario qui accroche le spectateur grâce à un jeu assez astucieux avec les voyages dans le temps. Il n'est en effet pas facile de ne pas se planter dès lors que l'on joue avec le temps dans un scénario. On ne compte ainsi plus les films qui, parce qu'ils ont laissé passer de menus détails "paradoxaux", finissent par devenir complètement incohérents. Time Lapse parvient ainsi à bien tenir son propos, et, si l'on excepte une espèce de deus ex machina moisi en milieu de parcours, réussi à tenir la distance en terme de scénario. Si les moyens financiers sont limités, le principe des photos est plutôt bien utilisé et permet de tenir accroché le spectateur, que ce soit dans l'avancée dramatique de la situation ou dans la curiosité née de la situation (la simple question du "mais comment vont-ils en arriver là ?").

Sans spoiler outre-mesure (puisque le scénario joue sur l'effet de surprise), on pourra toutefois reprocher au scénario ses personnages quelque peu clichés (deux garçons, une fille, tous les clichés y sont !), une avancée finalement assez prévisible ainsi qu'un procédé quelque peu redondant (Time Lapse aurait gagné à avoir un montage un peu plus resserré et un peu moins de péripéties), mais malgré ces quelques défauts, le tout s'avère fort convaincant, et aboutit à un premier long-métrage sympathique, divertissant et, par de nombreux aspects, loin d'être crétin. Les trois comédiens principaux tiennent la distance (on notera, d'ailleurs, la présence tout à fait anecdotique de John Rhys-Davies, dont le rôle à probablement été coupé au montage) et nous offrent un spectacle tout à fait correct, entre humoir noir, thriller et science-fiction. Voilà, Bradley King a fait ses preuves, et on ira voir sont prochain long-métrage...
 

La conclusion de à propos du Film : Time Lapse [2016]

Vincent L.
55

Sans génie mais avec application, Bradley King livre ici un premier long-métrage très correct, certes non dénué de défaut, mais avec suffisamment de qualité pour que l'on puisse passer un agréable moment. 

Acheter le Film (non sorti en salles françaises) Time Lapse [2016] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Time Lapse [2016] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Time Lapse

  • Voir la critique de Time Lapse : Clichés du futur ?
    75

    Time Lapse Critique du film par Richard B.

    Clichés du futur ? : Si Time Lapse est un film plutôt intelligent et jouant, comme son titre l'indique, avec la ligne du temps, ne vous attendez pas po…
    Temps de lecture : 5 mn 15