75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Suicide Squad
Suicide Squad >

Critique du Film : Suicide Squad

Avis critique rédigé par Bastien L. le jeudi 4 août 2016 à 0900

Un escadron un peu terne

Critique de la version 2D.

La mise en place du DC Extended Universe est décidément bien délicate pour Warner et DC Comics qui a vraiment du mal à se rapprocher des chiffres de Marvel/Disney avec son MCU qui cartonne au box-office depuis des années. Pourtant beaucoup d'espoirs étaient placés cette année sur Batman v Superman : L'aube de la Justice qui a beaucoup divisé la presse comme le public malgré un film de bonne facture mais trop souvent imparfait. Malheureusement, le même chemin semble être pris par Suicide Squad...

Pour les néophytes de l'univers DC Comics, Suicide Squad (ou L'escadron Suicide) est une équipe de super-vilains de l'univers DC (incluant des méchants parus dans Batman, Superman ou Flash...) qui travaillent pour le gouvernement américain afin d'effectuer les missions les plus dangereuses. Du moins la version de 1987 écrite par John Ostrander qui semble avoir inspiré le film. Un projet qui a germé chez Warner/DC en 2009 et qui est finalement rattaché au DC Extended Universe faisant de lui le 3ème film de la saga après Man of Steel et Batman v Superman. Fin 2014, la tâche de donner vie à cette équipe de super-vilains est confiée à David Ayer qui est un néophyte en ce qui concerne le fantastique comme les films de super-héros mais qui a une certaine réputation en ce qui concerne le film d'action/polar contemporain. Il s'est en effet fait connaître en tant que scénariste du culte Training Day (2001) avant de réaliser des œuvres telles que Bad Times (2005) ou End of Watch (2012) sans oublier son détour par la case Seconde Guerre mondiale avec Fury emmené par Brad Pitt en 2014. La tâche s'annonçait complexe pour Ayer, aussi scénariste, qui se voit confier un budget d'environ 175 millions de dollars, devant répondre aux attentes de Warner tout en jonglant avec des personnages comme Harley Quinn, Deadshot, Killer Croc mais aussi le Joker. Sans oublier la tripotée de stars qui composent le casting du film...

L'histoire suit les événements de Batman v Superman en mettant en scène les intrigues de la haute-fonctionnaire Amanda Waller (Viola Davis) ayant un plan pour faire face aux métahumains (Superman, Zod, Doomsday...) pouvant menacer la sécurité des États-Unis : s'assurer la collaboration de criminels réputés ayant des capacités importantes ou étant des métahumains eux-mêmes. Parmi sa liste, se trouve le tueur à gages d'une acuité mortelle Deadshot (Will Smith), la délurée et violente Harley Quinn (Margot Robbie), protégée du Joker (Jared Leto), l'homme-crocodile Killer Croc (Adewale Akinnuoye-Agbaje), le cambrioleur australien Captain Boomerang (Jai Courtney), le pyrokinésiste El Diablo (Jay Hernandez) et surtout la sorcière/divinité ancienne l'Enchanteresse qui a pris possession du corps de l'archéologue June Moon (Cara Delevingne) et ayant des pouvoirs incroyables. Cette dernière est aussi en couple avec le soldat Rick Flag (Joel Kinnaman) chargé de diriger cette équipe sur le terrain. A peine le projet lancé, Waller et Flag perdent le contrôle de l'Enchanteresse qui ramène à la vie son frère qui commence une attaque destructrice à Midway City poussant le gouvernement américain à envoyer sa nouvelle équipe de super-vilains. De plus, la présence d'Harley Quinn dans dans l'équipe amène son psychopathe d'amoureux, le Joker, à tenter le maximum pour la récupérer au risque de gêner l'Escadron Suicide dans sa quête.

Rien qu'en lisant le synopsis on se rend rapidement compte que Suicide Squad possède un gros problème dans son scénario : c'est la volonté de créer une équipe de super-vilains au service du gouvernement, pour protéger la population, qui est à l'origine de la libération de l'Enchanteresse et de son frère qui vont rapidement être responsables de milliers de morts... Un postulat finalement assez débile qui est couplé avec une première demi-heure assez poussive du métrage qui nous présente les différents membres de l'équipe. On sent qu'il a été dur pour David Ayer d'offrir le temps de présence nécessaire à tous ces antihéros et de construire pour chacun une psychologie qui évolue dans le film. Finalement le film décide surtout de se concentrer sur les personnages de Deadshot, Harley Quinn et Rick Flag tout en laissant de côté d'autres comme Katana (Karen Fukuhara) et surtout l'Enchanteresse dont finalement on ne comprend pas trop les motivations à part une domination du monde lambda... Finalement, on sent que les personnages manquent quand même d'épaisseur et de logique dans leur mode de fonctionnement comme l'ambitieuse Waller qui souhaite protéger son pays d'une manière assez curieuse... Et encore une fois, Hollywood a vraiment du mal à proposer un gros film centré sur de véritables méchants car le film offre finalement des antihéros/super-vilains assez schizophrènes d'une scène à l'autre...

Évidemment tout n'est pas à jeter dans le scénario et quelques personnages s'en sortent finalement mieux On pense notamment au gangster décomplexé Captain Boomerang et le pyrokinésiste El Diablo au background bien plus intéressant en tant que métahumain souhaitant se repentir. L'histoire a aussi le mérite d'être assez rythmée du début à la fin comportant ce qu'il faut d'action, de dialogues badass et autres moments de bravoure pour contenter le public d'un blockbuster. L'humour est une nouvelle fois plus pince-sans-rire et cynique que dans les productions Marvel ce qui n'est pas plus mal même s'il tombe un peu à plat par moments. Le personnage de Quinn est en revanche très bien utilisé car sa folie est bien mise en scène en apportant un bon humour sans jamais rendre le film plus léger. De toute manière, même si les héros sont des "méchants", le film reste tout public. Cette fois-ci, les éléments devant composer le DC Extended Universe ont été bien mieux intégrés au métrage que pour Batman v Superman avec notamment l'implication de Batman et d'autres mentions à des héros comme méchants de l'univers que tente de mettre en place Warner/DC Comics. Enfin, l'implication du Joker est autant une qualité qu'un défaut. Les différentes scènes où il apparaît sont à chaque fois intéressantes et on apprécie de le voir évoluer. D'un autre côté, il reste très secondaire par rapport à l'intrigue qui aurait pu faire l'impasse pour proposer un script mieux maîtrisé.

Au niveau des peformances, celle de Jared Leto (Requiem for a Dream, Lord of War...) était très attendue. Il était difficile pour lui de passer après Jack Nicholson, Heath Ledger voire Mark Hamill (j'insiste...) et force est de constater, qu'il s'en sort vraiment bien. On a hâte d'en voir plus lors de sa prochaine apparition. Les autres comédiens donnent aussi des satisfactions que cela soit Will Smith (Men in black, Je suis une légende...) qu'on avait pas vu en aussi bonne forme depuis un moment. La star montante Margot Robbie (Le Loup de Wolf Street, Diversion...) s'est emparée avec talent du rôle casse-gueule d'Harley Quinn réussissant chaque fois à former une bonne alchimie avec ses partenaires. Joel Kinnaman (Robocop, Night Run...) et Viola Davis (La Stratégie Ender, la série Murder...) font le travail malgré des personnages vraiment mal écrits. On apprécie plus les performances de Jai Courtney (Jack Reacher, Terminator : Genisys...) et Jay Hernandez (Grindhouse, Hostel...) campant respectivement Captain Boomerang et El Diablo. Quant à Cara Delevingne (Pan, La Face Cachée de Margo...), elle ocille entre la poupée fragile et la sorcière toute en gesticulations, peinant à malheureusement à convaincre. Le reste du casting s'en sort à peu près, heureusement.

Finalement le problème vient peut-être d'avoir choisi David Ayer comme scénariste et producteur car il semble qu'il ait eu du mal à assimiler un projet d'une telle ampleur. Sa réalisation s'avère ainsi sans âme et les scènes d'actions sont efficaces à défaut d'être originales ou plus impressionnantes que cela. On peut même lui reprocher quelques manques de lisibilité par moments... Encore une fois, faire coexister tout ce casting (de personnages DC et d'acteurs avec leur ego...), faire rentrer l'intrigue dans le moule DC Extended Universe tout en proposant un divertissement capable de rapporter gros a du être un sacré casse-tête. Il s'en sort simplement en livrant un blockbuster casse-gueule mais au moins efficace. Concernant la musique, celle composée s'avère efficace sans plus et on a le droit à une orgie de tubes qui sont parfois bien placés mais qui ruinent quelques moments comme une très belle scène entre Harley et le Joker. Néanmoins l'aspect technique du film est vraiment bon et on sent que Warner a mis les moyens que cela soit au niveau des décors, des accessoires, des maquillages comme des effets spéciaux. L'amateur de pop-corn movie venu là pour voir de la bagarre entre (anti)-héros dotés de super-pouvoirs est clairement servi.

La conclusion de

Pour beaucoup, Suicide Squad sera perçu comme un ratage complet pour plusieurs raisons : un scénario bancal, une équipe d'antihéros un peu trop aseptisé et des personnages trop peu développés. Un blockbuster de plus en somme. Mais un blockbuster efficace, assez bien interprété et qui offre plus ou moins ce qu'on est en droit d'attendre d'un tel film estival. Mais on aurait tellement aimé que cet escadron suicide nous propose un film plus fou, plus âpre et plus sombre... Mine de rien, le DC Extended Universe perd en qualité au fur et à mesure que les films sortent...

Acheter Suicide Squad en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Suicide Squad sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de L'escadron Suicide

En savoir plus sur l'oeuvre L'escadron Suicide