75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Turbo Kid >

Critique du Film : Turbo Kid

Avis critique rédigé par David Q. le samedi 11 avril 2015 à 13:33

Délire post-apocalyptique rétro-nostalgique

Turbo Kid replace son présent en plein milieu des années 80 et réussi avec brio une réalisation d'époque pour un fil post-apocalyptique futuriste qui se passe en 1997. Dans ce 1997 alternatif, l'humanité s'est foutue sur la gueule une dizaine d'années plus tôt et nous découvrons comment les survivants s'en sortent, leur plus grand problème étant de trouver de l'eau potable. Notre héros, un gamin de 17-18 ans, est parmi les survivants et passe son temps à fouiller les décombres à la recherche d'objets à échanger contre une eau potable de contrebande dégueulasse. Fan de la BD Turbo Rider, il mime son héros en essayant de reproduire comme il peut son costume et rêve d'avoir ses super pouvoirs alors qu'il ne possède qu'un bi-cross et quelques vieux goodies. Sa vie va changer lorsqu'il va faire la rencontre d'Apple, une autre survivante complètement qui a toujours le sourire mais qui est à côté de ses pompes. Leuur amitié va être mise à rude épreuve lorsqu'elle sera kidnappée par Zeus (Michael Ironside), le grand gourou de la région, qui veut extraire l'eau de son corps.

Turbo Kid et Apple

Turbo Kid c'est une madeleine de Proust gigantesque qui va vous replonger dans l'ambiance du club Dorothée avec ses séries à la limite du ridicule comme X-Or ou Bioman. Le film n'a pas beaucoup de moyens mais les exploite parfaitement grâce à tout un tas de trucs et astuces qui rendent le film très très fun. Univers post-apocalyptique oblige, tout est fait avec les moyens du bord. Mais lorsqu'une bande de gros durs façon Mad Max débarque en vélo dans une carrière désaffectée, ça fait tout de suite moins peur. Il en va de même pour l'arme que se fabrique Apple : un nain de jardin rigolo scotché au bout d'une batte de baseball cassée. Ça n'a aucun style mais reste efficace quand on l'utilise correctement. 

Un air de Mad Max dans Turbo kid

Et le film va enchainer plans sur plans en commençant par nous faire un état des lieux de l'univers et des personnages. On commence donc par des scènes plutôt calmes où la musique dans le plus pur esprit Kavinsky nous rappelle à grand renfort de synthétiseur daté que nous sommes de retour dans les années 80 qui n'hésitent pas à mixer super héros (X-Or, Goldorak...)  et gore (Ken le survivant). Et c'est là où Turbo Kid fait fort, ce n'est pas un simple petit film avec des gamins et pour les gamins, il s'adresse surtout aux grand enfants que nous sommes en nous montrant finalement ce qu'on aurait aimé voir à l'époque, une sorte d'épisode géant  de Bioman avec des personnages charismatiques, des ennemis crédibles, des effets spéciaux corrects et beaucoup de sang qui gicle. Car oui, nous sommes bien dans un univers sans pitié où il faut être sans pitié pour survivre, et pour ça, il faut le montrer sur les plus faibles bien entendu. Ce qui reste finalement génial, c'est que les réalisateurs ont réussi à garder ce côté fun presque enfantin tout au long du film, malgré les hectolitres de sang, les gros plans sur les mains coupées, têtes décapitées, corps tranchés et les nombreux objets pointus qui ont si vite fait de se retrouver là où ça fait mal : yeux, gorge, couilles. La plupart des morts et des bagarres sont traitées avec humour noir et délirant qui rendent la chose fun et jouissive.

En tout cas, si le film sort un jour en France et que vous souhaitez passer un très bon moment de nostalgie devant un film qui dépote, n'oubliez pas ce titre : Turbo Kid.

85

Turbo Kid s'adresse à un public de grands nostalgiques des années 80. Film complètement délirant au scénario épais comme un vynile de Dorothée, il prend toute sa valeur lorsqu'on se plonge dans son univers décalé non aseptisé au goût de Malabars et d'animation japonaise sur fond de musique synthétique. Si tout ça vous fait tripper et que vous trouvez les films de maintenant trop formattés, Turbo Kid est fait pour vous.

Critique de publiée le 11 avril 2015.

Que faut-il en retenir ?

  • Un côté rétro bien réalisé
  • Aucune prise de tête
  • Des fontaines de sang
  • Apple et son style décalé

Que faut-il oublier ?

  • Le début un peu mou
  • Il faut avoir une culture rétro-geek pour l'apprécier à sa juste valeur

Acheter Turbo Kid en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Turbo Kid sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !