75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film d'animation : En route
En route >

Critique du Film d'animation : En route

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 30 mars 2015 à 1215

Tu as le Boovs coco !

Tim Johnson est très loin d'être un novice dans le métier. Producteur de l’excellent Dragons et déjà réalisateur de quelques belles réussites (Fourmiz, Sinbad - la légende des sept mers, Nos voisins, les hommes), il y avait donc là de quoi mettre la barre assez haute au niveau des attentes concernant son nouveau film, judicieusement intitulé Home (étrangement renommé En Route ! En France).

L'univers c'est plutôt grand ! Le plus drôle est que chaque créature qui y vit occupe son propre petit monde. Prenez Tif, par exemple : il s'agit d'une jeune fille comme les autres, avec une mère qui l'aime et un chat nommé Porky. Cette fillette ne se serait jamais doutée qu'à des millions de kilomètres de chez elle vit un petit bonhomme solitaire nommé Oh, modeste représentant d'une race appelé Boovs, des aliens à l’ego quelque peu surdimensionné qui, pour échapper à leurs ennemis jurés les Gorgs, recherchent une planète accueillante où s'installer…

Avant d’aborder plus précisément le sujet, il est utile de faire un petit tour du côté de la naissance du projet pour mieux comprendre certaines choses, notamment le fait qu’En route ! est avant tout chose un produit qui séduira les plus jeunes. En effet, il faut savoir qu’il s’agit là de l’adaptation cinématographique d'un livre destiné aux enfants intitulés "The True Meaning of Smekday" d'Adam Rex, un récit du genre "histoire que l'on raconte aux petits pour les endormir". Assez logiquement, En route ! ne profite donc pas de la même finesse d'écriture queles deux premiers Dragons ou des précédents films du réalisateur. Nous sommes ici dans un humour et un esprit volontairement plus léger, où quelques gags apparaîtront comme un peu « prout-prout».

Pour autant, même si l'histoire écrite par Tom J. Astle et Matt Ember (Epic, Max la menace) manque probablement d'une trame pouvant contribuer à ce que l’on accorde du crédit à l'univers présenté (les maladresses de ce pauvre Oh sont vraiment trop grosses et tirés par les cheveux pour qu'un adulte, ou même un adolescent, y adhère), cela n'est pas pour autant déplaisant à voir. Même si on met un peu de temps à accepter la légèreté du produit, les scénaristes et le réalisateur connaissent assez bien leur métier pour que le film reste un spectacle familial, en parvenant notamment à créer des personnages attachants (avec entre autres le chat Porky, qui aura tendance à nous faire sourire plus d'une fois). Sans compter que de petits éléments en deuxième partie du film arriveront même à en surprendre quelques-uns.

En fait, En route ! est une sorte de road movie. On y part en voiture volante des États-Unis jusqu'en France pour arriver en Australie, le scénario n'étant qu'un prétexte à créer des situations pour que deux personnages qui ne s'aiment pas vraiment au début finissent par s'accepter et devenir même ami. Tout cela n'estt pas nouveau, mais ça fonctionne (plus ou moins) encore. Il faut en effet bien avouer que Tim Johnson connaît bien son métier. Il parvient à livrer une mise en scène dynamique, maîtrisée sur toute la longueur et fait du mieux qu'il peut par rapport au matériau de départ.

Visuellement, il y n’a pas grand-chose de neuf : les humains semblent – et en particulier la fillette – façonnés de la même façon depuis des années (on n'échappera pas donc aux gros yeux et la bonne bouille attachante) et le côte froid du numérique (surtout en comparaison aux couleurs chaudes et vivantes de l’animation traditionnelle) se fait toujours ressentir malgré les années qui passent (peut-être un problème générationnel ?). Toujours est-il que le résultat final ne démérite pas en comparaison avec les produits du même type (dans un cadre comme celui-c,i difficile d'évoquer un contexte artistique), nous sommes même en haut du panier. En fait, c'est juste que nous avons l'impression que l’animation numérique n'arrive plus tellement à évoluer depuis ces dernières années et proposer quelque chose qui apparaîtrait neuf ou épatant à l’œil.

La conclusion de

Globalement, En route ! est un film plutôt agréable où on ne s’ennuie pas, que l'on soit un adulte ou, surtout, un enfant. Par contre, le film ne bénéficie pas de la même finesse d'écriture qu'un Dragon 2 (pour reprendre une production Dreamworks récente), nombre de ficelles pouvant apparaître grosses et ouvertement destinées au plus jeune public (forcément moins exigeant sur quelques rebondissements). Après, on s'attache tout de même aux personnages (surtout le chat qui est au top !), e,  techniquement, le tout est plutôt bien réalisé. Sans offrir une nouvelle œuvre – ou même une approche – artistique, ou encore faire preuve d'originalité, nous avons là donc un produit made in Hollywood plus que consommable qui fera passer un moment agréable.

Acheter En route en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de En route sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+