75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Sly Raccoon
Sly Raccoon >

Critique du Jeu Vidéo : Sly Raccoon

Avis critique rédigé par Bastien L. le lundi 19 janvier 2015 à 1100

Un Arsène Lupin poilu

Test de la version PS3 HD

La Playstation 2 fut un lieu béni pour les amateurs de jeux de plates-formes cartoonesques, avec des licences prestigieuses comme Jak & Daxter, Ratchet & Clank mais aussi Sly (même si ce dernier est souvent considéré comme "secondaire" par rapport aux duos précédemment cités).

Intitulé Sly Raccoon en Europe, les aventures du raton-laveur cambrioleur nous vient des États-Unis, du studio Sucker Punch pour être plus précis. Sorti en 2002 (et début 2003 en France) ce titre édité par Sony est le second du studio après un jeu sur Nintendo 64 en 1999. Cet épisode fondateur nous plonge dans un monde très cartoon où des animaux à l'apparence humaine (postures, corpulences, habits, paroles, etc.) reprenent un peu l'univers d'Arsène Lupin. Sly Cooper, le héros, semble être français et s'inscrit dans la lignée des voleurs au grand cœur. Cet univers solide proposa deux suites, en 2004 et 2005, avant que Sucker Punch ne crée la licence inFamous sur PS3. La mode des compilations HD permet au raton-laveur de faire reparler de lui avec The Sly Collection, préparé en collaboration avec les Californiens de Sanzaru Games, le tout pour préparer le terrain à un retour de la licence avec Sly Cooper : Voleurs à travers le Temps sorti en 2013. D'où aussi la possibilité de refaire les épisodes originaux dans leur conversion HD sorties individuellement en même temps que la compilation.

L'histoire démarre sur les toits de Paris dont se sert Sly Cooper, maître-voleur raton-laveur de son état, comme moyen d'accès à ses butins. Sa spécialité est de dérober les voleurs et autres criminels, plus par l'envie de mettre à execution des coups importants que par appât du gain. Sly prend sa fonction très au sérieux puisqu'il est issu d'une lignée de voleurs qui a malheureusement perdu l'ouvrage qui consigne les pratiques et techniques de sa famille, le Volus Ratonus. Cette bible a été dérobée sous ses yeux par les terribles Cinq Maléfiques qui ont assassiné son père au passage. Devenu un jeune et talentueux voleur, il décide de récupérer ce qui lui revient de droit. Il est ainsi accompagné de deux amis d'enfance : la tortue Bentley, qui maîtrise tout ce qui a attrait à la technologie, et l'hippopotame rose Murray, qui sert de chauffeur. Le trio vengeur commence par dérober un dossier secret dans les bureaux de la police de Paris afin d'avoir les bonnes informations sur les Cinq Maléfiques. Sly va donc voyager à travers le monde pour affronter les cinq malfrats qui vivent dans leurs propres empires du crime... Il sera également poursuivi par la sexy (si on aime le furry...) et déterminée Carmelita Fox, propriétaire originale du dossier secret dérobé en début d'aventure.

Le scénario vaut surtout pour les différents lieux visités, qui nous offrent des versions cartoon de Las Vegas, du Bayou, de la Chine ou de repères de vilains. Néanmoins, l'histoire en elle-même est très classique, souffrant même de quelques défauts : les séquences s'enchaînent parfois maladroitement, il faut attendre la fin du jeu pour ne pas voir le même schéma se répéter (Sly arrive dans un endroit, doit trouver un moyen d'affronter le boss et repart alors que Carmelita arrête son adversaire), la version française souffre d'un manque de conviction total des doubleurs (on a l’impression qu'ils n'ont pas été dirigés). Malgré cela, les dialogues instaurent une bonne dynamique au groupe et l'aventure qui nous est présentée fait penser aux grands classiques des cartoons américains, Scooby-Doo en tête. L'humour est bon enfant et l'histoire est récréative à défaut d'être vraiment intéressante.

En revanche, la direction artistique est plutôt réussie. Le character design est satisfaisant, que cela soit pour les héros, les cinq maléfiques et les nombreux ennemis que l'on rencontre. Le choix du cel-shading s'avère ici judicieux, d'autant plus dans ce portage HD qui souligne bien les graphismes assez jolis du titre. Ce qui fonctionne le plus, au final, c'est le dépaysement offert par le titre à travers des univers variés en fonction du maléfique qu'on affronte, notamment en ce qui concerne le repaire du féroce Muggshot (rappelant les grandes villes américaines et les casinos de Las Vegas) ou encore le Bayou de Mrs Ruby (avec ses marais inquiétants et son ambiance voodou). Tout concorde pour rendre le spectacle très plaisant et digne des meilleurs dessins-animés de nos enfances, dont les bruitages et musiques semblent s'être inspirés.

Si l'ambiance est le point fort du titre, le gameplay n'est néanmoins pas en reste. Si le début de l'aventure semble nous présenter un héros dont la discrétion est la principale qualité, cela ne veut pas dire que l'on a affaire à un jeu d'infiltration. Néanmoins les phases de plates-formes reprennent bien la logique du vol avec des projecteurs, lasers et gardes munis de lampes-torches à éviter. C'est cette particularité qui le démarque finalement, au niveau de la jouabilité, de ses concurrents. Le raton-laveur est d'ailleurs plutôt agile et peut se faufiler et se plaquer contre les murs à certains endroits pour se faufiler dans les moindres recoins. Mais il n'est pas vraiment obligatoire de la jouer profil bas car on peut aller au corps à corps avec les ennemis qu'on élimine assez facilement. Certaines séquences de plates-formes valent néanmoins le coup d'être jouées, d'autant plus que Sucker Punch a bien diversifié son gameplay.

La progression du titre se fait selon une certaine logique quand on s'attaque à un maléfique. On doit d'abord infiltrer sa base qui va constituer un sorte de hub vers tous les niveaux, lesquels permettent de débloquer des clés. Il y a sept à huit niveaux par environnement, assez courts, qui sont surtout des phases de plates-formes/infiltration avec Sly, mais pas seulement. En effet, notre héros pourra piloter des véhicules monoplace ou prendre le contrôle de tourelles pour dégommer les ennemis afin que Murray récupère une clé. Ces jouabilités différentes restent très maniables et cassent un peu la monotonie des séquences plus classiques. On ne s'ennuie jamais en jouant à Sly Racooon car la diversité y est apportée intelligemment. A ce titre, les combats contre les boss résument bien cette mentalité car ils sont tous uniques dans leur approche et au final assez épiques. Combattre les boss, découvrir leurs patterns et les techniques pour les terrasser est un vrai plaisir qu'on vous laisse découvrir.

Néanmoins, malgré ces efforts de diversité et de mise en scène, le jeu est court. Il vous faudra entre cinq et sept heures (selon votre niveau) pour terminer les niveaux et arriver au générique de fin. C'est bien trop court, surtout comparé à la concurrence. Néanmoins, les développeurs ont eu la bonne idée d'implanter des indices que l'on retrouve dans tous les niveaux "classiques" avec Sly (entre 25 et 40 par niveau) qui débloquent de vrais bonus. Ramasser tous les indices d'un niveau donne accès à un coffre qui renferme une page du Volus Ratonus permettant d'apprendre de nouvelles techniques ou d'en améliorer d'autres. Les joueurs ayant la volonté de faire le jeu à 100% sont récompensés par un gameplay plus varié et approfondi, ce qui est une excellente idée. De plus, la version HD sur PS3 comporte de nombreux trophés à débloquer. Vous l'aurez compris, le jeu s'avère familial dans son ambiance mais aussi dans son accessibilité. Sly a beau avoir des vies, le jeu est assez simple et ne vous frustrera jamais mais ne vous poussera pas à vous améliorer pour passer les niveaux. Les hardcore gamers sont ainsi avertis.

La conclusion de

Sly Raccoon est un bon jeu de plates-formes, ainsi qu'une entrée en matière honnête pour cette licence délicieusement cartoon. Les personnages sont attachants et les différentes ambiances assez réussies, et ce même si le scénario reste perfectible. Le gameplay est assez solide et diversifié pour qu'on s'amuse de bout en bout malgré une durée de vie un peu mollassonne. Une bonne pioche si vous êtes un fan du genre car la conversion HD est de grande qualité.

Acheter Sly Raccoon en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Sly Raccoon sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+