75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Crash Bandicoot
Crash Bandicoot >

Critique du Jeu Vidéo : Crash Bandicoot

Avis critique rédigé par Bastien L. le mardi 8 juillet 2014 à 1421

Le début d'une belle saga

Attention, ce test n'est pas celui de la version originale sortie en 1996 dans le contexte de cette époque. Il s'agit d'un test de l'offre PSN du jeu, au prix de cinq euros.

Beaucoup d'anciennes gloires de la première PlayStation ne sont vraiment plus ce qu'elles étaient. C'est le cas d'un héros de la plates-formes 3D, Crash Bandicoot, qui fit son petit effet à la sortie de sa première aventure en 1996.

Parler du premier Crash Bandicoot c'est revenir dans une période charnière de l'Histoire du jeu vidéo, et ce pour plusieurs raisons. Le jeu fut pensé et développé pour la première console de Sony qui était capable d'afficher les ambitions d'un studio américain désireux de franchir un pallier aux côté d'un éditeur voulant profiter des bénéfices de l'industrie vidéoludique. Le studio est Naughty Dog, créé à la fin des années 1980 et qui décida de porter le genre de la plates-formes dans des environnements 3D. Les créateurs du studio, Jason Rubin et le producteur du jeu Andy Gavin furent aidés par la branche vidéoludique des studios Universal créée en 1993 et voulant être présente pour le lancement de la PlayStation. Une console développée par Sony qui vit dans ce projet un moyen d'avoir une mascotte de jeux plates-formes comme ses concurrents Sega et Nintendo. On le sait, la PlayStation fut un succès, tout comme la franchise Crash Bandicoot qui permit à Naughty Dog de devenir un studio appartenant à Sony et capable de produire des licences exclusives telles que Jak & Daxter puis Uncharted.

Comme tout bon jeu de plates-formes des années 1990, Crash Bandicoot possède une histoire plus détaillée dans son livret que sur l'écran. On dirige ainsi un bandicoot (espère de marsupial, sorte de rongeur vivant en Australie) anthropomorphisé par le génie scientifique du mal, le docteur Neo Cortex. Le dénommé Crash n'étant pas une expérience concluante est abandonné sur une des trois îles de l'archipel Wampu sur lequel Cortex, ses sbires et ses expériences préparent un mauvais coup. A vous d'empêcher ça tout en sauvant votre magnifique copine Tawna ayant subit la même transformation.

Le scénario prétexte explique donc les décors faisant penser aux îles océaniques et à des repères secrets de grands génies du mal. Les boss et ennemis deviennent ainsi des scientifiques mal intentionés ou des animaux génétiquement modifiés assez agressifs. L'ambiance du jeu est très axée sur l'humour et les ennemis ont des apparences assez loufoques qui se prolongent dans leurs animations à commencer par le héros-titre trimbalant son air gentiment crétin tout au long des niveaux. Ces derniers sont d'ailleurs particulièrement soignés et restent assez jolis encore aujourd'hui nous rappelant la claque graphique que l'on avait éprouvé à l'époque. Un jeu de plates-formes entièrement en 3D avec un bon effet de profondeur tout en sachant alterner les phases en 2,5D. On a ainsi le droit à des ambiances différentes comme les décors paradisiaques des îles océaniques : forêt luxuriante, infrastructures en bois à escalader ou ponts suspendus...  On devra aussi survivre à des temples dans l’inspiration semble avoir été prise dans les civilisations précolombiennes sans oublier les installations high-tech de Cortex et sa bande.

Tout le travail de Naughty Dog pour rendre son jeu agréable à parcourir est payant avec des beaux graphismes, une diversité bien maîtrisée grâce une bonne direction artistique comme des musiques assez entraînantes. Le jeu n'a pas besoin d'en faire énormément pour l'immersion et réussit par ses qualités techniques à rendre son héros attachant. Ses péripéties vous tiendront en haleine pendant des heures si vous découvrez cette série pour la première fois. Néanmoins, le jeu présent actuellement sur le PSN peut être boudé par les amateurs de plates-formes attendant peut-être plus qu'une succession de sauts. Le titre ne tient donc pas la comparaison avec les autres épisodes de la série sur PSOne aussi présents sur le PSN au même prix. De même, les classiques du genre action/plates-formes sur PS2 sont maintenant disponibles d'occasion pour pas grand chose et apportent tellement plus.

Le jeu accuse son âge aujourd'hui de divers manières. Le gameplay reste bon avec notre héros sautant parfaitement où on l'ordonne et pouvant se débarrasser de ses ennemis par une tornade que ne renierai pas le diable de Tasmanie. Néanmoins la structure des niveaux en couloirs ne sont pas toujours totalement maîtrisés, notamment la perspective, et on s'y reprendra plusieurs fois pour savoir si on est bien en face d'une plate-forme. Le titre est aussi particulièrement difficile et frustrant avec un système de vies aujourd'hui dépassé. Vous devez donc réaliser une série de niveaux avec un nombre de vies défini jusqu'à un checkpoint défini par le jeu sur la carte du monde. De même, les mots de passe permettant de reprendre sa progression et les possibilités de sauvegarder sont cachés dans les niveaux... Le jeu est donc exigeant avec des passages comprenant des enchaînements diaboliques sachant que tomber fait perdre une vie comme se faire toucher par un ennemi. Encore une fois, si c'est la difficulté qui vous attire, les productions indépendantes dans ce sens ont fleuri depuis quelques années. Super Meat Boy en est l'exemple parfait...

La conclusion de

Que reste-t-il du premier Crash Bandicoot aujourd'hui ? Des points positifs comme négatifs. Le jeu vaut pour son aspect historique que tout passionné du média vidéoludique se doit de découvrir. Ses graphismes maintenant désuets ne manquent pas de charme et on a toujours plaisir à parcourir cet univers enfantin et coloré. Néanmoins, les épisodes suivant sont plus aboutis et si vous chercher un jeu de plates-formes à vous mettre sous la main, on trouve nettement mieux très facilement.

Acheter Crash Bandicoot en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Crash Bandicoot sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Crash Bandicoot

En savoir plus sur l'oeuvre Crash Bandicoot