75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Costume Quest
Costume Quest >

Critique du Jeu Vidéo : Costume Quest

Avis critique rédigé par Bastien L. le vendredi 4 juillet 2014 à 1601

This is Halloween !

Testé sur PS3

Halloween et le fantastique, une grande histoire d'amour. Le jour des monstres (et de ce sacré farceur de Micheal Myers) par excellence a souvent enflammé l'imaginaire de beaucoup de scénaristes comme d'enfants américains profitant de la journée pour se déguiser. Des déguisement qui ont un impact sur l'imagination fertile de leur jeune esprit comme celle des héros de Costume Quest.

Véritable histoire de monstre et de sorcière un soir d'Halloween ou aventure imaginaire menée par une bande de copains, Costume Quest est une friandise venant des studios américains de Double Fine Productions. Fondé par l'un des papes du jeu d'aventure made in LucasArts, Tim Schafer, ce studio joua un temps le jeu des sorties en boite avant de se lancer dans les productions téléchargeables démocratisés par la génération PS360 et rendues nécessaires par le production hésitante de Brutal Legend. Parmi les nombreux artistes maisons figure Tasha Harris qui fut à la tête de ce projet d'enfants d'une banlieue pavillonnaire quelconque vivant une aventure extraordinaire un 31 octobre. Un jeu de rôle/aventure qui a certes des limites mais n'étant pas dénué de charme.

Le début de l'aventure vous plonge dans une rivalité entre jumeaux, un frère et sa sœur le soir d'Halloween dans leur nouvelle maison. Leur mère les pousse à sortir ensemble à la chasse aux bonbons et à se faire de nouveaux amis. Vous aurez donc le choix entre jouer Reynold ou Wren qui se détestent amoureusement. Peu importe le personnage que vous incarnez, il se verra affublé d'un costume plutôt cool alors que l'autre est déguisé en gros bonbon. Ce qui entraîne une confusion lourde de sens quand une étrange créature, appelée Larvin, kidnappe ce bonbon qui parle car son peuple doit prendre toutes les friandises existantes afin de se plier aux ordres de l'étrange sorcière Dorsilla. Notre héros restant ne peut rentrer à la maison avouer qu'il a perdu son jumeau et part donc à sa recherche. Seul lui et quelques enfants semblent se rendre compte de l'invasion et des vols. Vous aurez donc la possibilité d'être aidé par le rêveur Everett et la scientifique Lucy. Un autre allié de poids va vous permettre de vous battre : vous avez la possibilité d'incarner les personnages des costumes que vous portez. Si votre costume est un robot, vous voilà transformé en pseudo-Goldorak avec des armes destructrices. Un pouvoir qui vous permettre de vous défaire des Larvins et de partir sereinement à la recherche de le/la disparu(e).

 

Le jeu est donc assez enfantin et semble s’adresser à ce public même si les références à la pop culture sont nombreuses. L'impression de vivre une aventure fantastique grâce à notre imagination d'enfant est sympathique et l'histoire se suit avec plaisir. Les dialogues - tous écrits, aucun doublage n'a été fait pour le titre – sont souvent drôles avec des répliques montrant bien le décalage entre l'action et les enfants qui la mène. Un humour simple et efficace qui plaira aux plus jeunes du moment qu'ils savent lire et sont habitués à tenir une manette dans les mains. Pour les adultes exigeants, il est clair que vous passerez rapidement votre chemin. D'autant que les graphismes sont corrects sans jamais nous éblouir même si l'ambiance graphique avec un léger cel-shading a son charme. Les différences entre les costumes portés par les gamins et ceux quand ils se battent sont bien réussies comme les design des monstres. On s'amuse aussi à visiter trois décors assez basiques aux couleurs d'Halloween que sont le quartier pavillonnaire, le centre commercial et la fête foraine. On pourrait craindre le jeu trop imprégné de la culture américaine mais, mondialisation aidant, on s'y immerge assez facilement.

Alors oui le jeu accumule les bonnes idées, les combats façon RPG au tour par tour comme les vieux Final Fantasy ou les premiers Pokémon. Ces classiques nippons sont d'ailleurs une inspiration évidente pour le titre dans les mécanismes de progression. On doit donc collecter la dizaine de costumes disponibles soit car le scénario l'exige soit en farfouillant. Chaque costume a donc son attaque de base et celle spéciale qui met un temps à se charger. Le costume de chevalier donne des coups d'épée et protège avec son bouclier enchanté alors que la statue de la Liberté attaque avec le feu de sa torche et redonne des PV grâce à l'hymne américain. Découvrir les aptitudes de chaque costume reste donc un vrai plaisir et on peut les compléter en achetant des timbres grâce aux bonbons ramassés. Les costumes ont aussi certaines aptitudes dans la progression du jeu comme le robot pouvant passer les rampes grâce à son turbo/patins à roulette et le chevalier utilise son bouclier pour passer sous des chutes d'eau. A vous donc d'utiliser le bon costume au bon moment. Les quêtes sont par ailleurs nombreuses appelant autant à votre volonté d'explorer toutes les zones et collectionner les cartes que vous ramassez quand vous terrassez des ennemis. Le jeu fourmille de bonnes idées qu'on prend plaisir à découvrir mais reste limité de par son concept et tombe malheureusement dans une certaine répétitivité.

 

En effet, pour chacune des trois zones, vous allez retrouvez quasiment les mêmes quêtes. Les ennemis ont placé des portes ne s'ouvrant que si vous videz toutes les maisons/magasins/tentes de leurs friandises. On a l'impression de faire trois la même chose dans des décors différents. Même idée pour les combats qui sont très accessibles à base de QTE qui amusent la première heure de jeu mais deviennent vite lassant. Le jeu est par ailleurs très facile. On enchaîne donc les combats simplistes et manquant cruellement d'imagination. Et cela est problématique pour un jeu qui dure entre 4 et 6 heures (selon votre envie de faire vraiment le tour) de s'installer dans une sorte de routine. Une durée de vie néanmoins correcte pour les 15 euros qu'il vous faudra débourser. On aurait aussi aimer plus de finition dans les textures et plus de créativité dans les décors qui sont loin de Stacking autre production de Double Fine.

La conclusion de

Costume Quest est une véritable madeleine de Proust pour qui se rappelle avec délice de ses incroyables aventures d'enfant. L'ambiance du jeu et l'humour plairont aux enfants et aux parents souhaitant partager leur passion sur un jeu intelligent. Néanmoins ce moment à partager n'est pas sans défauts à commencer par une répétitivité des mécanismes de jeu tant pour l'exploration que pour les combats. Mais on pardonne souvent quand un jeu fait appel à notre âme d'enfant et on continue de saluer les projets originaux de Double Fine, un studio définitivement à part.

 

Acheter Costume Quest en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Costume Quest sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+