75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Les Ombres d'Esteren > Les Ombres d'Esteren : Livre 3-1 : Dearg >

Critique du Jeu de rôle : Les Ombres d'Esteren : Livre 3-1 : Dearg

Avis critique rédigé par Vincent L. le mardi 25 mars 2014 à 21:00

Un découpage éditorial qui n'a pas de sens...


Quelques mois après le succès conséquent de la souscription pour l'édition collector, le premier volume de la campagne Dearg est arrivé en boutique. Rappelons ainsi que si les souscripteurs auront au final le droit à un exemplaire unique, les autres devront acquérir les ouvrages au coup par coup, au fur et à mesure de leur parution. En effet, l'équipe a opté pour un format éditorial calqué sur celui des campagnes Pathfinder, à savoir quatre suppléments d'une centaine de pages vendus au prix unitaire de 19€90. Chaque volume contiendra ainsi une partie de la campagne, ainsi que les aides de jeu et descriptifs associés.

Une nouvelle fois, il n'y a rien a reprocher sur tout ce qui concerne le visuel de Dearg. On retrouve en effet l'esthétique de toutes les parutions pour Les Ombres d'Esteren : maquette claire et aérée, tout couleur parfairement utilisé ainsi qu'une pléthore d'illustrations toutes plus belles les unes que les autres. Clairement, Dearg donne envie d'être lu et, concrètement, sa lecture s'avère immersive. Deux ans après Le Monastère de Tuah, le jeu confirme donc son statut d'objet ludique absolument magnifique (on pense, bien sur, aux heureux souscripteurs qui auront la chance d'avoir un ouvrage à couverture rigide).

Mais si la forme est impeccable, le fond est cependant nettement moins convaincant. Non pas que ce premier volume soit mauvais, il est juste très incomplet. On a en effet la désagréable impression que l'équipe a scindé un contenu unique et global sans penser à un découpage logique en quatre parties. En fin de lecture, on ne sait ainsi pas de quoi parle exactement Dearg, et on n'a malheureusement aucune vision d'ensemble des tenants et aboutissants de l'histoire (à tel point qu'il est tout simplement impossible de se prononcer sur la qualité de la campagne). On finit d'ailleurs par se dire qu'une parution unique pour tous aurait été plus logique.

Ceci étant posé, intéressons nous au supplément au lui-même. Ce premier volume contient, dans sa première partie, tout ce qui constitue l'introduction d'une telle campagne (principes, description du contexte, etc.). Cette mise en bouche, bien faite et très professionnelle, sait donner envie d'en savoir plus et de continuer à découvrir quelles surprises nous réserve l'équipe créatrice des Ombres d'Esteren. La description du Val de Dearg est immersive et fonctionnelle, tous les aspects importants sont passés en revue et il ne manque a priori rien - mais cela devra tout de même se confirmer par la suite - pour poser les bases de la campagne et faire vivre les divers éléments.

L'autre grosse partie de ce premier volume concerne les Arcs Narratifs. On entre ici de plein pied dans ce qui fait la spécifité de Dearg. En effet, avant la partie "classique", les joueurs devront passer par une phase destinée à impliquer leurs personnages dans l'histoire. Concrètement, ces arcs narratifs sont centrés autour d'une thématique (amour, éthique, adoption et culpabilité) et d'un PJ déterminé. Ce dernier va devenir le protagoniste principal de l'arc associé, les autres joueurs n'y occupant que des rôles secondaires. Le principe est original, et a le mérite de proposer quelque chose de nouveau, entre jeu de rôle classique et une certaine forme de théâtralité.

Le problème est que, là encore, le découpage en quatre tomes n'a aucune logique. En effet, en fin de lecture, seul le Focus de l'amour aura été passé en revue, et on n'en saura malheureusement pas beaucoup plus sur ce que contiennent les trois autres (tout au plus une vue très générale). Pour tout cela, ce premier tome est, en l'état, absolument inutilisable et ne peut raisonnablement pas être vu comme immédiatement jouable. A voir ce que contiendront les futures parutions, mais a priori, étant donné qu'il faudra attendre la publication d'autres volumes pour commencer à jouer, cette mise en vente successive des diverses parties de Dearg semble tout simplement inutile (en plus d'être financièrement aussi coûteuse que l'édition collector).


65

En fin de lecture, il est pour ainsi dire impossible de se faire une idée précise de la qualité générale de Dearg. Si les éléments présentés et les notes d'intention démontrent une réelle ambition, l'absence d'une vue d'ensemble et le découpage éditorial très hasardeux empêchent simplement de pouvoir appréhender le récit dans son ensemble, chose d'autant plus dommageable que les partis pris sortent clairement des schémas traditionnels du jeu de rôle. Etant donné la qualité générale de la gamme, on accordera notre confiance aux créateurs du jeu, sans que l'on sache vraiment si on a raison ou pas...

Critique de publiée le 25 mars 2014.

Que faut-il en retenir ?

  • Des descriptions immersives,
  • Des partis-pris originaux,
  • Esthétiquement de toute beauté.

Que faut-il oublier ?

  • Aucune vue d'ensemble de la campagne,
  • Le découpage éditorial.

Acheter Les Ombres d'Esteren : Livre 3-1 : Dearg en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Ombres d'Esteren : Livre 3-1 : Dearg sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !