75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de rôle : Plagues - DK System
Plagues - DK System >

Critique du Jeu de rôle : Plagues - DK System

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mercredi 16 mai 2007 à 1632

Un conseil? Prends ton arbalète et vise la tête


Tout d’abord, il faut savoir que Plagues est en fait un supplément pour la gamme dK, initiée il y a quelques temps par les éditions John Doe (pour un descriptif, c’est ici). Cet univers que l’on pourrait qualifier de Dark Fantasy, ou même Survival Fantasy, était à l’origine prévu pour une utilisation avec le système D20 (il était disponible, peut-être encore, je ne sais pas, chez Indie-rpg), il a donc dû subir un travail de refonte et de relecture conséquent. Un boulot qui a été effectué par Benoît Attinost, l’auteur, mais aussi par John Grümph, des éditions John Doe.
Plagues dK se présente sous la forme d’un livret d’environ 140 pages. Joliment encadrées de motifs agréables à l’œil, et régulièrement agrémentés de graphismes de bonne qualité et dans le ton, les pages sont chargées d’un texte dense et à la police plutôt réduite (le format habituel de la gamme John Doe). Donc, rassurez-vous, malgré sa faible pagination, il y a fort à lire. Et à apprendre. Surtout lorsque l’on se rappelle que cet ouvrage est essentiellement un world book.
Le livre se sépare en trois grandes parties, une partie background (présentation de l’univers de Plagues), une partie consacrée aux scénarios et une partie purement technique donnant les principales indications pour construire son dK perso favori en tenant compte des spécificités de ce monde nihiliste et sombre. Jetons un œil, si vous le voulez bien, à ces différentes composantes.
LE BACKGROUND
Dans cette partie, Benoit Attinost nous présente son univers. Le monde de Plagues est le mix assez jubilatoire (pour les amateurs de bis comme moi) entre un univers médiéval fantastique ultra classique et une atmosphère post-apocalyptique putride. Historiquement, l’auteur nous explique que suite à une rupture de contact entre le monde matériel et le plan divin, les âmes des défunts ne peuvent plus gagner l’éther (en gros, hein, désolé si je taille dans le vif). Ainsi privés de délivrance, les âmes des morts restent dans leur corps originel, et se transforment en diverses catégories de morts-vivants ; des plus communs (le bon squelette AD&D, celui avec la maxillaire inférieure branlante) aux plus spécifiques à cet univers (avec en tête de peloton les fameux Infectieux). L’une des autres conséquences de cette rupture de contact est la disparition totale de la magie divine (yeeepee, finis les clercs et leurs sermons casse-couilles) et une nette régression de l’efficacité de la magie commune. Mais, pour rattraper ce manque de spiritualité (dans ce monde de brutes), la règle introduit un nouveau type de secret d’arcane ; les Miracles, nés directement et mystérieusement de cette ère dramatique, et qui se révèlent aussi puissants que les anciennes voies. Ceux qui maîtrisent cette force sont désignés sous le nom de Sages.
Le monde de Plagues est donc un monde agonisant. On dira même en putréfaction. Pour une raison que l’on ignore, le ciel s’est couvert à jamais d’un voile qui obstrue la vue du Soleil. Le sol, lui, est recouvert d’une épaisse couche d’une matière nommée la Cendre. Apparaissant sous forme de pluie, toxique, elle cache désormais de nombreuses constructions qui avant la catastrophe faisaient la fierté de la civilisation, pollue champs et rivières, et de part son opacité rend les déplacements périlleux en cachant crevasses et ornières. Et de plus, comme elle est volatile, lorsque le vent se lève… Par conséquent, mieux vaut ne pas trop traîner dans les campagnes. Ainsi, aujourd’hui, 150 ans après les premières manifestations, les survivants sont regroupés au sein de centres communautaires fortifiés de tailles diverses, baptisés les Havres, et ils ne doivent leur survie qu’à une méfiance exacerbée vis-à-vis du monde extérieur et des étrangers (surtout ceux qui marchent de manière étrange ou qui ont le teint trop blafard).
Plagues est donc un monde où la peur et la paranoïa font office de loi. Cet univers est apte à séduire autant les amateurs des univers post-apo comme Fallout, Mad Max ou Aftermath (le jeu de rôle) que les fans des films de George Romero et de Lucio Fulci (ces films gore dans lesquels les morts-vivants submergent le monde des vivants), tout autant que les accrocs de médiéval fantastique avec ses peuples elfes, nains ou gobelinoïdes. Et si le lecteur apprécie ces trois éléments, comme moi, il aura l’impression d’avoir gagné au loto en parcourant ce bouquin. Par contre, l’aficionado de High Fantasy ou de White Fantasy va refermer l’ouvrage avec dégoût, tout en suant à grosses gouttes. Ouaip, Plagues c’est pas un monde pour les lopettes et les défenseurs de faibles et d’orphelins. Quoique…
Au niveau descriptif, une partie (12 pages) est consacrée à la topologie et à la géographie politique, avec carte de l’un des continents à l’appui. On apprend ainsi que le continent Nord est une terre ravagée mais encore très forte au niveau de sa structure politique (essentiellement féodale ou monastique), avec des populations d’un niveau de vie proche de notre époque médiévale. Puis s’en suit le mode de vie des survivants, avec les spécificités techniques adaptées au dK (les jets de Survie) pour simuler la difficulté des déplacements. Quelques pages sont ensuite consacrées à la description des différentes espèces de morts-vivants que l’on peut rencontrer dans le jeu.
Cette partie s’ensuit avec la description des Havres (structure hiérarchique, fonctionnement économique, découpage démographique), ces îlots de civilisations et de barbarie, parfois, souvent isolées dans des terres contrôlées par les non-morts et les brigands. Puis vient la partie finale, la plus passionnante avec ces mystérieuses nécropoles, macabres cités d’origine inconnue jaillissant de la Cendre et libérant sur le monde ses hordes de morts-vivants. Pourquoi ? Qui les commande ? Obéissent-ils à un objectif commun? Nul n’en sait rien, sauf le meneur de jeu qui se voit dédié une page lui révélant le Grand Secret.
Le tout est mené d’une plume très simple mais agréable, explicite mais guère rébarbative, appuyée par de nombreux textes en encarts décrivant des mises en situations, des descriptifs complémentaires et des mises en pratique dans le cadre du dK. Un excellent boulot, un régal de lecture.

LES SCENARIOS
Là encore, c’est Byzance. Un scénario d’introduction, assez linéaire et directif, donc très intéressant pour les néophytes, qui permet de découvrir sans douleur (enfin, tout est relatif) l’univers de Plagues, avec ses havres, sa cendre et ses morts-vivants. Puis un deuxième, plus subtil et plus orienté sur les rapports sociaux, qui permet d’appréhender ainsi de manière plus précise le fonctionnement de la société de Plagues, et notamment de ses havres. Difficile de vous en dire plus sans trop en dévoiler, mais sachez que, pour les avoir testés, ces scénarios sont de structure classique mais très divertissants Cette section de 30 pages s’achève par un scénario d’introduction à une campagne intitulée Les Couronnes de l’Esprit. Elle permet de se lancer de plein pied dans la cendre de Plagues. Cette campagne, assez libre dans son arc principal, sera ensuite développée au fil des sorties de suppléments de la gamme. Cool…
LES REGLES
Cette partie, purement technique, décrit le fonctionnement du système dK, notamment dans le secteur de création de personnages. Attention, la possession du livre de base est indispensable car Plagues ne reprend pas (et c’est bien logique) les règles déjà décrites dans le manuel dK. Il apporte juste quelques précisions et modifications. Ainsi, au fil des pages, le joueur se verra proposer 30 nouveaux archétypes de personnages ‘’spécial Plagues’’ vraiment très variés (du noble au montagnard, en passant par les Esclavagistes et autres marchands) qui pourront être utilisés tels quels ou modifiés suivant les goûts du joueur (et l’aval du conteur !!). Dans le même esprit – adapter le dK pour qu’il colle le plus possible à la vision de l’auteur – on voit apparaître de nouvelles compétences (langues, métiers, survie…), de nouveaux atouts (raciaux, héroïques…) avec notamment la description de l’un d’entre eux : le Salut. Cet atout qui permet à l’élu de pouvoir créer des Miracles, la magie propre à Plagues, pour son bonheur ou son malheur. Grâce au contrôle de ce Salut, un personnage peut entrer dans l’ordre des Sages, l’une des castes les plus puissantes de cet univers.
Cet aspect est développé dans la dernière section consacrée à la Magie et à la contrainte d’utilisation de ce fameux Salut. On apprend ainsi comment fonctionne (mal) la magie traditionnelle et ses différents domaines, et on découvre comment est difficile la maîtrise des Miracles, eux-mêmes également séparés en différents domaines. On y constate, exemples à l’appui, que mal maîtrisé, le Salut peut se révéler être un véritable fléau (introduction de tables de conséquences de catastrophes). Les personnages possédant l’atout Salut ou Sage trouveront également ici 17 atouts disponibles.

La conclusion de

Ainsi s’achève une petite chronique de Plagues, le premier supplément officiel pour le dK System. A la base, le monde créé par Benoit Attinost n’est guère original ; un simple univers médiéval fantastique assez proche de celui des Royaumes Oubliés et consorts. Cependant, cet aspect qui pourrait apparaître comme une faiblesse fait ressortir encore plus le coté perverti de l’élément circonstanciel (un aspect qui m’a également séduit dans Midnight, autre transgression de mythe). Voir un monde qui nous parait habituel sombrer de la sorte dans le chaos nécromant est propice - il me semble - à marquer plus les esprits que si l’on partait d’une base inconnue (c’est ce qui fait la puissance des films de Romero, eux qui mettent à mal un environnement familier). Autre argument en sa faveur, Plague se prête totalement au système de jeu. Quoi de mieux, en effet, que la règle des Têtes à Claques, pour gérer les attaques d’incessantes vagues de zombies. Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, bien sûr. Bref, si vous cherchez quelque chose de bien glauque, mélangeant l’esprit survival et l’aspect med-fan, ce jeu est pour vous…

Que faut-il en retenir ?

  • Lecture agréable, avec de sympathiques illustrations et plein d’exemples
  • World book complet, avec trois scénarios
  • Un univers collant parfaitement au système dK
  • Une atmosphère glauque, assez rare dans le milieu de la fantasy

Que faut-il oublier ?

  • Une base de départ fantasy peu originale
  • Livre de base indispensable

Acheter Plagues - DK System en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Plagues - DK System sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+