75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : Ghost Stories : Black Secret
Ghost Stories > Ghost Stories : Black Secret >

Critique du Jeu de société : Ghost Stories : Black Secret

Avis critique rédigé par Benoît F. le lundi 28 mai 2012 à 2257

Back in Black

Black Secret est la seconde extension au jeu coopératif d'Antoine Bauza, Ghost Stories. Contrairement à White Moon, Black Secret se présente sous la forme d'une boîte aussi volumineuse que celle du jeu de base. Et pour cause, le contenu est relativement conséquent pour une extension: 2 plateaux de jeu; 4 figurines, de nombreuses cartes et une flopée de pions en tout genre. Voilà de quoi être rassuré au sujet de ce dernier opus de la saga Ghost Stories. En effet, Black Secret sera la dernière extension consacrée à Ghost Stories... mais le bouquet final est-il à la hauteur de la série?

 

 

DEVIL INSIDE


Niveau matériel, la qualité est au rendez-vous et s'insère dans une logique de continuité. Les nouvelles figurines représentant Wu Feng et ses trois démons de compagnie sont plutôt bien réalisées, à l'image des fantômes déjà présents dans la boîte de base. Au rang des démons, on comptera un "Seeker" rampant adepte du "tais-toi et creuse", un "Landscaper" au look tout droit sorti d'un bon vieux Soul Blade des familles (rappelez-vous le père Voldo!) et enfin un "Gravedigger" aux airs de sumotori en colère n'ayant pas eu sa ration d'un quintal de porridge.

 

 

Concernant le reste du matériel, tout est affaire de carton solide prêt à en découdre. Côté illustration, on retrouve la patte d'un Pierô plutôt en forme avec une couverture de boîte qui pose directement les "cojones" sur la table. D'un point de vue purement subjectif, on peut dire que la saga Ghost Stories demeure l'une des plus belles réalisations graphiques de Pierô dans l'univers ludique.

 

 

 

BOUQUET FINAL ET AUTRES CONSIDERATIONS DEMONIAQUES


Concernant le pitch, faisons court mais faisons bien: Wu Feng en a marre que ses baltringues de sbires fantomatiques se fassent botter l'arrière-train par des moines ressemblant plus à des Chuck Norris et autres Jacky Chan qu'au Frère Tuck. Bref, comme on est jamais mieux servi que par soi-même, Wu Feng a décidé de faire lui même le sale boulot... ce n'est plus ce que c'était le petit personnel...

Avec Black Secret, un cinquième joueur va pouvoir se joindre à la fête et incarner Wu Feng en éther et en os. Bien entendu, il vous sera toujours possible de réduire le nombre de joueurs tout en conservant le rôle de Wu Feng mais cette extension prend vraiment toute son ampleur avec 5 joueurs (4 moines et Wu Feng). A noter la possibilité d'intégrer White Moon à l'expérience pour une durée de partie plus conséquente.

La grande nouveauté réside dans l'apparition d'un nouveau plateau de jeu représentant les catacombes. Le but de Wu Feng est de retrouver, à l'aide de ses démons, les trois urnes funéraires qui lui permettront de s'incarner et d'aller transformer vos moines vertueux en sachets de thé usagés. Quant à la mission des taoïstes, il s'agira d'empêcher les démons de fouiner et cela en plus de la mission de sauvegarde du village... la tâche est grande. Pour aider ces pauvres moines, on notera l'apparition des mantras sanglants et de la capacité Frère de sang. Ces deux ajouts notables auront tendance à rendre plus aisée la tâche des moines et cela malgré les agissements de Wu Feng. Ce constat s'applique sur le niveau de difficulté dit normal. En effet, si vous passez à des niveaux de difficulté supérieurs, vous aurez toujours l’impression d’être une tranche de pain prise dans un toaster made in China.

Les catacombes


Les Mantras sanglants


Du côté de Wu Feng, l’accent a été mis sur les choix tactiques. En plus de gérer l’apparition des fantômes à la place des joueurs taoïstes, vous devrez organiser les actions et déplacements des vos démons tout en choisissant judicieusement les sorts que vous comptez expédier à la face de vos ennemis. Le plateau individuel de Wu Feng réunit de manière simple et concise toutes les actions de « grand méchant pas beau » que vous aurez à gérer. Concernant l’usage des sorts, l’auteur s’est orienté vers une structure pyramidale dans laquelle les sorts de niveau inférieur soutiennent, une fois qu’ils sont lancés, les sorts de niveau supérieur. Simple et efficace, cette organisation digne du collège de Poudlard pourra être parasitée par les taoïstes ; Wu Feng devra donc veiller à gérer judicieusement sa progression pyramidale.

Le plateau de Wu Feng

 

Par ailleurs, la dynamique du jeu de base n'est à aucun moment entamée grâce à l’intégration subtile de ces nouveaux et nombreux ajouts. La phase consacrée à Wu Feng (phase de Démon) intervient en début de tour ce qui laisse aux autres joueurs le temps de s’organiser et de parer au plus pressé. De même, le tour des taoïstes permettra à Wu Feng de s’organiser et d’optimiser sa prochaine phase de Démon tout en jetant un coup d’œil avisé sur les agissements de l’ennemi. Les ajouts sont nombreux mais se diluent aisément dans le corps du jeu de base. Cependant, afin d'incarner un Wu Feng digne de ce nom, on préfèrera un joueur déjà rompu à l'exercice plutôt qu'un novice auquel on confiera un gentil moinillon adepte de la Savate.

On notera également un renforcement global du thème. On avait reproché à Ghost Stories son thème un tantinet en-dessous des attentes produites par son originalité thématique. White Moon avait déjà amorcé le renforcement du thème. Avec Black Secret, l’univers s’installe avec force et durablement grâce à l’incarnation humaine de Wu Feng qui a pour effet de rajouter un petit côté « roleplay » dont tout le monde se félicitera.

 

Main droite ou main gauche?

La conclusion de

A l’instar du jeu de Reiner Knizia, Le Seigneur des Anneaux, qui avec son extension Sauron permettait à un joueur d’incarner le Grand Méchant vêtu de haillons tout noir, Black Secret suit la même tendance tout en enrichissant les possibilités tactiques du côté du Mal. En effet, vous prendrez un plaisir non dissimulé à jouer le Méchant et à déployer votre puissance une fois les trois urnes retrouvées. Vos gentils adversaires trembleront et l’impact psychologique risque d’être prépondérant mais pas forcément synonyme de victoire; les moines recevront eux aussi de l’aide via la puissance significative des mantras sanglants. Le bouquet final de la saga Ghost Stories est donc largement réussi, pour ne pas dire plus, et cela malgré un petit allongement de la durée des parties. Ajoutez à cela un renforcement significatif du thème et vous aurez là une extension qui tient toutes ses promesses et qui conclut admirablement bien cette saga.

Que faut-il en retenir ?

  • Jouer le Grand Méchant
  • L'intégration des nouvelles règles
  • Un thème renforcé
  • Un équilibre des forces préservé

Que faut-il oublier ?

  • A cinq joueurs, c'est mieux
  • La fin de la saga... snif

Acheter Ghost Stories : Black Secret en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Ghost Stories : Black Secret sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Ghost Stories

En savoir plus sur l'oeuvre Ghost Stories