75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : The Last House on Dead End Street
Last house on dead end street > The Last House on Dead End Street >

Critique du Film : The Last House on Dead End Street

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 6 janvier 2009 à 0751

La version ultime de  Last House on Dead End Street ?

L'image :


Autant dire que celle-ci n'est vraiment pas très belle. À la décharge de l'éditeur, il devait être très difficile de trouver une copie acceptable du film. Reste que l'image est vraiment limite et que les pixels sont vraiment visibles.

Le Son :


Comme pour l'image on ne pourra pas vraiment dire que le son fasse merveille. Seule nous apparaît une piste audio en mono certes claire et dans la lignée du film. Reste que par moment l’on ressent l’envie de jouer avec sa télécommande pour baisser ou remonter le son.

Les Bonus


De ce côté Néo c’est surpassé et nous offre un véritable collector. C'est simple au vu d'un film comme celui-ci, l'éditeur s’est surpassé pour gâter les cinéphiles !

Commentaire audio de Roger Watkins et Chas Balun : Passionnant ce commentaire audio évoque la différence entre les montages, les choix musicaux, les souvenirs de tournages. Il est amusant de noter qu'à un moment le réalisateur se compare à Godard ou bien à Truffaut , bien qu'avouant n'avoir vu que Fahrenheit 451. Par contre, le réalisateur n'évoquera que très rarement ses intentions de mise en scène. D’ailleurs, comme il le mentionne lui-même; beaucoup de choses ont été improvisées.
Courts métrages :
Ici se trouvent 4 courts-métrages de Roger Watkins dont quelques-uns réalisés durant son adolescence. Les 4 courts sont commentés par le réalisateur.
Requiem : (18 minutes) ce court fait suite à un rêve du réalisateur qui revoyait dans celui-ci un ami tué lors de la guerre du Vietnam. Roger Watkins le voit désormais comme son film préféré.
Masque of the red death : (3.30 minutes) Le tout premier court que Watkins a tourné.
Ron Ico : (19 minutes) Ce court fut fait lorsque Watkins faisait ces études en littérature à l'université de l'état de New York. On y retrouve les thèmes que le réalisateur aime : la religion, la mort, les femmes.
Black snow : (17 minutes) Tourné en 1970 dont une grande partie en noir & blanc, le réalisateur n'hésite pas à qualifier son film de « Merde ». Apparemment, d'après le réalisateur, ce court a plu au public « Underground »(?)
Masque of the red death et Requiem

Bande-annonce : (moins de 1 minute) Étrangement elle fait plus penser à une bande-annonce pour l'exorciste que le film lui-même.
Chutes de montages : (18 minutes) Ici on y trouve diverses séquences du film ne figurant pas dans celui-ci. La vision de celles-ci est assez difficile dans la mesure où il n'y a pas de son.
Galerie photos : Ici se trouve une dizaine de photos, affiches de films comprises.
Interview radio : (55 minutes) C'est une interview enregistrée le 14 février 1973 par Roger Watkins et Ken Fisher qui nous est ici proposée. D'une manière assez intéressante puisque le film n'était, au moment de l'enregistrement, pas totalement terminé et le réalisateur se voyait déjà le présenter au festival de Cannes.

Appels téléphoniques : (1 heure et 18 minutes) Ces appels ont été enregistrés par Roger Watkins pendant la fabrication du film entre le 13 décembre 1972 et fin janvier 1973. D'une durée conséquente et pas toujours intéressante, cela reste étrange de voir le réalisateur enregistrer ses propres conversations et l'entendre par exemple évoquer des problèmes de voiture.
Les scènes alternatives The fun house : (4 minutes) Ici nous y trouvons par exemple une fin légèrement différente de ce qui est évoqué à la fin du film.
Odd pictures starring Franck Henenlotter : (23 minutes) Nous retrouvons ici 3 points de vue sur le film. Tout d'abord, c'est le réalisateur Frank Henenlotter (Basket Case) qui parle du film avec une certaine affection pour ce dernier. Se rajoute ensuite de très bonnes analyses de Romain Le Vern (journaliste entre autres pour DVDrama) et Frédéric Thibaut (programmateur de l'extrême cinéma de Toulouse).

La conclusion de

Ce DVD est certainement l'un des derniers moyens de découvrir dans des conditions acceptables « Last House on Dead End Street ». D'un point de vue copie, c'est certainement le mieux que l'on puisse trouver, cela même si l'image et le son sont très loin des critères de qualité. Mais côté Bonus c'est un sans-faute. Tout est sous-titré et il est impossible d'espérer mieux en la matière pour un tel film.

Que faut-il en retenir ?

  • un film rare
  • Une vraie édition prestige pleine de bonus

Que faut-il oublier ?

  • L'image et le son pas vraiment au top

Acheter The Last House on Dead End Street en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de The Last House on Dead End Street sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Last house on dead end street

En savoir plus sur l'oeuvre Last house on dead end street