75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : La part sombre
La part sombre >

Critique de la Bande Dessinée : La part sombre

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 6 août 2013 à 1058

La clé démoniaque

Londres,  la fin du XIXème siècle. Avec l’intervention musclée du seigneur Nabazg, émissaire des Démons, l’affrontement ouvert entre les Fathers of Realms et les autres membres du Cénacle tourne court. Le grand projet d’Ambrose Gunderson est sur le point d’aboutir. Il lui manque toutefois encore une chose pour réussir son entreprise. Il lui faut récupérer Lynn, alias la Mandragore. Et, pour ce faire, il va devoir affronter Marcellus. Son frère…

Après une excellente première partie, Sylvain Cordurié et Marco Santucci nous reviennent avec ce récit qui, bien que respirant parfaitement l’atmosphère de l’époque, se démarque des autres œuvres de la collection pour son aspect original. Ainsi, si l’histoire qui nous est contée s’appuie sur l’un des particularismes de la période victorienne, à savoir les activités des sociétés occultes et maçonniques (comme la Golden Dawn),  le scénario exploite des personnages originaux, sortis de l’imagination de Sylvain Cordurié. Difficile, donc, dans ces conditions, d’appréhender la suite des évènements, comme c’est souvent le cas avec les albums de cette série 1800. On ne s’en plaindra pas.

D’autant plus que, question intrigue, la qualité est au rendez-vous. On pourra toujours trouver le dénouement un brin abrupt, notamment au regard des évènements le précédent, mais force est d’admettre que le récit est captivant, spectaculaire, riche en rebondissements et doté d’une sympathique atmosphère horrifique qui évoque l’univers lovecraftien. Sylvain Cordurié bénéficie également du soutien de Marco Santucci, qui offre aux yeux des lecteurs des dessins absolument superbes, de meilleure facture que dans le premier album. Son point fort reste la représentation des séquences d’action, grâce à son style énergique. Cela tombe très bien, cet album mouvementé n’en manque pas.

 

La conclusion de

Avec ce deuxième tome de La mandragore, Sylvain Cordurié et Marco Santucci concluent leur histoire avec brio. Les quelques petits défauts de l’opus précédent ont été effacés, pour ne laisser la place qu’à un véritable cachet de qualité, à la fois graphique et narrative. C’est d’autant plus réjouissant que, bien ancré dans l’esprit de la collection 1800, La Mandragore est une histoire totalement originale, donc assez imprévisible.

Que faut-il en retenir ?

  • Un scénario intéressant
  • Des dessins de qualité
  • Riche en action et en rebondissements

Que faut-il oublier ?

  • Une fin un peu abrupte

Acheter La part sombre en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La part sombre sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de La mandragore

En savoir plus sur l'oeuvre La mandragore