75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : Asgard
Asgard >

Critique du Jeu de société : Asgard

Avis critique rédigé par Maxime C. le samedi 27 avril 2013 à 1502

Placement d'ouvriers et bataille épique

La fin des temps est proche. L’heure du choc entre l’ombre et la lumière a sonné.

Les dieux savent ce que cela signifie : le Ragnarök, la bataille finale, arrive. Les liens du sang ne seront plus respectés, les frères se battront entre eux et personne ne fera preuve de pitié.

Oldin, Freyja, Týr, Loki, Thor et Baldr conçoivent chacun leur plan et promettent d’immenses récompenses  à quiconque les aidera. Fenrir, Mímir et Surtr rejoignent la bataille, prêts à tout pour l’emporter.

Profitez de ce combat épique pour tailler votre place dans le nouveau monde qui s’annonce. Votre avenir de mortel se joue maintenant.

Des dieux gourmands en matériel !

La mythologie nordique est riche en dieux et en personnages importants, mais reste pourtant un thème peu exploité dans le monde du jeu de société. A ma connaissance, seuls deux jeux s’en inspirent : le jeu de coopération Yggdrasil et le jeu de placement de tuiles Völupsá.

Asgard plonge les joueurs au cœur d’un des évènements les plus marquants de cette mythologie, le Ragnarök, une fin du monde prophétique se terminant par une grande bataille à laquelle prirent part les divinités de la lumières et des ténèbres, les géants et les hommes. L’illustration ornant la couverture de la boîte témoigne de l’ampleur de cette bataille. Le plateau de jeu est divisé en 3 parties : le côté gauche pour les dieux de la lumières, le côté droit pour les dieux des ténèbres, et enfin le centre dominé par Yggdrasil, l’arbre vie, dont les branches soutiennent les mondes dans lesquels prendront part les différentes batailles. Le plateau est accompagné de 10 cartes par joueur représentant les différents dieux, des pions Guerriers et Géants, et des tuiles, beaucoup de tuiles différentes… : dieux, armes, sortilèges, armes ancestrales, tuiles Asgard, pierres runiques, populations, pouvoirs, sceaux de lumière et ténèbres, temples et enfin tuiles batailles. Vous l’aurez compris, Asgard n’est pas vraiment le genre de jeu que vous sortirez en famille !

Soutenir les dieux : le guide pour les nuls.

Asgard est un jeu de placement d’ouvrier dont le but du jeu est d’obtenir le plus de points de victoire de trois façons : en construisant des temples, à la fin de chaque phase bataille en fonction des camps que l’on a soutenu, et lors du Ragnarök.

La première grande partie du jeu se déroule en 5 rounds découpés en 4 phases. Au début de chaque round, les joueurs choisissent secrètement les dieux qu’ils souhaitent soutenir ce tour, chaque dieu permettant d’effectuer une action. Le nombre d’actions que l’on effectue chaque tour est déterminé par le nombre de Disques d’influence que l’on a de disponible, les joueurs commençant la partie avec 3 Disques d’influences sur un maximum de 11.

Une fois que tous les joueurs ont choisi leurs cartes, un par un, chaque joueur révèle un des dieux qu’il a choisi en Phase 1 et place un de ses Disques d’Influence sur un emplacement libre du dieu correspondant ou sur la Zone d’Asgard.

Lorsque tous les jetons actions ont été placés, toujours dans l'ordre du tour, chacun va résoudre une action en récupérant un de ses Disques d’influence, et ainsi de suite jusqu'à épuisement.

Chaque dieu possède 3 emplacements, deux de requête et un pour la construction de temple. Effectuer une requête permet de récupérer deux Pierres runiques du dieu, et obtenir son pouvoir divin si l’on est sur le premier emplacement. Construire un temple permet de soutenir un dieu en payant le coût en pierre runique du temple que l’on désir construire, et en ralliant Guerriers ou Géants à sa cause afin d’augmenter sa force pour le Ragnarök.

Les Disques d’influence positionnés sur Asgard, permettent de bénéficier du bonus d’une tuile Asgard disponible, puis de recruter Guerriers et Géants à l’aide des sceaux que l’on possède, mais surtout de récupérer des Disques d’influence supplémentaires que l’on peut soit garder pour augmenter son nombre d’actions pour les tours suivants ou les positionner sur une bataille de l’arbre d’Yggdrasil.

Une fois toutes les actions effectuées, les batailles sont résolues. Les joueurs marquent autant de points que leur rapportent les temples qu’ils possèdent, puis on révèle 2 puissantes Armes Ancestrales qui modifient le rapport de force entre la Lumière et les Ténèbres. Enfin, on compare la valeur des 2 camps pour chaque Monde pour déterminer qui remporte des points de victoires. Les joueurs qui ont soutenu un camp vainqueur déplacent les Disques d’influence dans les zones victoires et obtiennent des points suivant le nombre de Disques d’influence placés dans ces zones de victoires.

Après 5 tours, l’ultime bataille a lieu : le Ragnarök. Les dieux s’affrontent pour conquérir les Mondes, avec l’aide des Guerriers et Géants envoyés par les joueurs tout au long de la partie. Les joueurs commencent par influencer les combats en plaçant sous les dieux qu’ils soutiennent des Armes et Sortilèges qu’ils ont obtenus lors de la construction de temples. On résout ensuite les combats en comparant les valeurs de chaque camp (valeur des tuiles Dieu/Population, recrues et tuiles Arme). Les joueurs qui ont soutenu des dieux victorieux marquent les Points de Victoire des Mondes correspondants.

La partie prend fin lorsque tous les Mondes ont été vérifiés, le gagnant étant le joueur qui possède le plus de Points de Victoire.

Une bataille épique mais complexe.

Commençons par le passage obligatoire avant de pouvoir jouer : les règles. Si les règles sont suffisamment bien écrites, accompagnées d’exemples illustrés, elles s’avèrent tout de même difficiles à digérer sans avoir effectué une première partie dans son intégralité. Les règles ne sont pas si compliquées mais il y a beaucoup d’éléments à prendre en compte et de nombreuses questions subviennent durant la partie. Il est par ailleurs difficile au départ de savoir exactement où vont nous mener nos actions, et il est quasi impossible d’optimiser correctement la phase de Ragnarök sans l’avoir subis une première fois. Asgard est un jeu complexe qui nécessite une phase d’apprentissage sur une ou plusieurs parties.

Attention toutefois à ne pas s’arrêter sur cette première impression ! Asgard est un jeu de placement d’ouvriers complexe dans un premier temps mais vraiment intéressant, complet, avec une bonne dose d’interaction. Dès la première phase, les joueurs doivent réfléchir aux actions qu’ils souhaitent effectuer sans oublier de prendre en compte quels dieux les autres joueurs risquent de soutenir. Dès le premier round on comprend l’importance de l’ordre dans lequel dévoiler les cartes dieux que l’on a choisi, cela affectant la position de notre Disque d’influence sur le plateau car les places sont limitées. Heureusement une carte dieu jouée n’est jamais perdue puisqu’il est possible de placer son Disque d’influence sur la zone d’Asgard. Une fois les Disques d’influence placés, cette réflexion par rapport aux adversaires continue au niveau de l’ordre dans lequel on effectue ses actions. Être le premier joueur à demander les faveurs d’un dieu permet de récupérer un sceau pour acheter d’autres Disques d’influences ou des recrues, mais l’ordre des actions est également important pour la récolte des pierres runiques. Ces dernières étant limitées, s’il n’y en a plus suffisamment de disponible, le joueur doit se fournir dans la réserve du joueur qui en possède le plus. Même règle concernant les recrues. Il faut donc vraiment faire attention à une chose : ne pas cumuler trop de ressources ou guerriers d'un même type, sous peine de se les faire subtiliser par celui qui doit en récupérer. Il est vraiment important d’avoir cette règle en tête, car il n’est pas rare d’avoir de mauvaises surprises, notamment lors de la première partie.

Avant le Ragnarök, deux voies complémentaires permettent de gagner des points de victoire : Construire des temples qui rapportent des points à chaque fin de round, et participer aux batailles pour engranger des points également à la fin de chaque phase 4. Mais pour chacune de ces possibilités les joueurs doivent faire face à un dilemme.  Par exemple, plus l’on construit tôt un temple à la gloire d'un dieu, plus le temple va rapporter de points, mais moins l’on aura d'armées à lui donner. En attendant plus longtemps, il est possible de rallier plus d’armées au Dieu concerné au moment de construire le temple. Mais ce dernier s’avèrera moins rentable. Il faut également prendre en compte que construire un temple monopolise un Disque d’influence jusqu’à la fin de la partie.

Même dilemme pour les batailles. Plus l’on envoie tôt des Disques d’influence en bataille, plus ils rapporteront de points, mais cela réduit le nombre de Disques d’influence disponible pour effectuer des actions.

Le point fort d’Asgard est la transposition de son thème dans un jeu de placement d’ouvrier, un type de jeu souvent assimilé à la collecte et gestion de ressources. Même s’il est important de collecter des pierres runiques pour construire les temples et des sceaux pour acheter des recrues, on ne ressent pas ce sentiment de gestion de ressources en jouant à Asgard, mais plutôt une préparation d’armées pour des dieux avant de participer à la grosse bataille finale.

La conclusion de

Soyons clair, Asgard est assez déroutant lors de la première partie et risque d’en rebuter plus d’un. Asgard s’adresse avant tout à des joueurs habitués des jeux de placement d’ouvriers, qui aiment approfondir leur expérience de jeu avec plusieurs parties.  Si vous recherchez un jeu complexe, aux choix cornéliens, demandant constamment d’avoir en tête les choix possibles des adversaires : essayer le sans hésiter.

Que faut-il en retenir ?

  • Le thème
  • Un jeu de placement d'ouvrier qui n'en ai pas vraiment un
  • La découpe du jeu en 2 phases complètement différentes
  • Sa complexité et ses nombreux choix

Que faut-il oublier ?

  • Une première partie déroutante
  • Difficile d'établir une stratégie sur le long terme

Acheter Asgard en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Asgard sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+