75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Les racines de l'Ordre Noir: Vikings
Les racines de l'Ordre Noir: Vikings >

Critique de la Bande Dessinée : Les racines de l'Ordre Noir: Vikings

Avis critique rédigé par Nicolas L. le samedi 23 février 2013 à 1426

Dans l’ombre de Rollon

Après nous avoir proposé un premier tome à la teneur quelque peu décevante, Patrick Weber et Laurent Sieurac nous reviennent avec la suite des aventures de Pierre Le Bihan, un jeune archéologue qui, aidée par la résistance française, s’est mis dans l’idée de mettre en échec les chercheurs de l’Anhenerbe, cellule occulte de l’ordre nazi dirigé par le reichsführer Heinrich Himmler. En fait, derrière ce pitch évoquant les tribulations d’un certain docteur Jones , se trouve une intrigue bien ficelée, exploitant des éléments folkloriques nordiques et  francs, mais manquant jusqu’alors de rythme et de personnages marquants.

Ce tome deux reprend le cours de l’histoire là où nous l’avions laissée. La course aux artefacts disputée entre les hommes de von Bilnitz et Pierre Le Bihan prend des dimensions dramatiques quand les nazis commencent à employer la manière forte pour soutirer des renseignements auprès des universitaires et de la population locale. Où sont dissimulés l’anti-croix et le marteau de Thor, ces artefacts auxquels on prête des pouvoirs divins ?  Et qu’est-il advenu du corps de Rollon, duc de Normandie ? L’église penche, elle, pour une intervention démoniaque, mais si tout cela n’était qu’une mascarade destinée à brouiller les pistes ? Ce tome deux répond à ces questionnements, notamment via des flashback qui accompagnent l’enquête du jeune professeur. Des séquences se déroulant en l’an 1000, qui composent une grande partie de cet album, et qui, en plus de nous aider à démêler cette intrigue, portent aussi un regard sur les difficultés d’intégration du peuple viking en Normandie (l’éternel combat entre progressistes et réactionnaires). A coté de cela, le scénario continue également d’entretenir (voire développer la romance entre Pierre et Joséphine, une ravissante résistante.

Une intrigue qui se trouve donc être assez riche mais qui, hélas, ne décolle vraiment jamais. Les passages dramatiques (et les morts) s’accumulent mais aucun de ces événements ne nous touche vraiment. La faute à un découpage en gaufrier très classique, qui efface toute émotion, et un récit qui reste dans le superficiel et le politiquement correct. Les auteurs ont apparemment choisi de sacrifier tout climax pour augmenter le confort de lecture, nous offrant une œuvre qui, visuellement et narrativement, semble sortir tout droit des années 60, sans en posséder le charme kitch. Une atmosphère assez atone, donc, mais, heureusement, compensée par les composantes d’une histoire grand public plus proche du Da Vinci Code que celle d’un véritable thriller ésotérique. Enfin, signalons, que graphiquement parlant, le travail de Laurent Sieurac ne relève pas le niveau. Si l’ensemble est satisfaisant, certaines planches peinent par quelques approximations, notamment dans la représentation des visages. De plus, coincé dans un découpage restrictif, son coup de crayon n’offre aucune scène marquante, et ne parvient, à aucun moment, à insuffler du rythme à l’histoire.

La conclusion de

Un deuxième tome qui puise dans la même veine que le précédent. L’histoire est assez intéressante, Weber parvenant à nous offrir une intrigue correctement ficelée, mais peu enthousiasmante. Le style narratif, très classique, n’arrange pas les choses, tout comme le trait vraiment quelconque de Sieurac. Vikings cherche à atteindre le domaine du grand public (c’est peut-être réussi), mais pour le véritable amateur de thriller ésotérique et d’occultisme, l’œuvre est trop faible pour vraiment l’intéresser.

Que faut-il en retenir ?

  • De lecture facile
  • Une intrigue bien ficelée
  • Un aspect pédagogique non négligeable

Que faut-il oublier ?

  • Un scénario qui manque de force
  • Graphiquement très quelconque

Acheter Les racines de l'Ordre Noir: Vikings en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les racines de l'Ordre Noir: Vikings sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les racines de l'ordre noir: Vikings

En savoir plus sur l'oeuvre Les racines de l'ordre noir: Vikings