75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Les racines de l'ordre noir: Vikings
Les racines de l'ordre noir: Vikings >

Critique de la Bande Dessinée : Les racines de l'ordre noir: Vikings

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 22 juillet 2010 à 1822

Résistance et Ahnenerbe

Nature véritable de l'Ordre Noir, garde tibétaine d'Hitler, société de Thulé, théorie de la Terre Creuse, mysticisme pangermanique, passion d'Himmler et de Rosenberg pour le paganisme nordique, quêtes mystiques de l'Ahnenerbe, recherches du programme Lebensborn... Chimères, exagérations ou stricte réalité? Difficile, aujourd'hui, de se faire une idée très claire sur le sujet, Hitler lui-même ayant eu un comportement très ambigu envers les sociétés pangermaniques et armaniques. Quoiqu'il en soit, occultisme et idéologie nazie présentent toutes deux des analogies sulfureuses qui ont, depuis la fin de la guerre, alimenté l'imaginaire des artistes. Inspirée par les expérimentions inhumaines des "médecins" nazis, la culture pulp a même été encore plus loin dans la démarche, créant tout une mythologie steampunk à base de soldats génétiquement modifiées et de créatures biomécaniques et en faisant du criminel Josef Mengele une sorte de docteur Frankenstein démoniaque.

C'est certain, le sujet est alléchant et propice à moult divagations et fantasmagories. Ce que n'a pas manqué de relever le scénariste-romancier Patrick Weber. Ainsi, en compagnie du dessinateur Laurent Sieurac, il continue d'explorer ce terrain - tout en mettant en avant les aspects historiques et ésotériques - avec Vikings, premier tome de l'adaptation de l'une de ses séries de romans. Le pitch? En Normandie, une course contre la montre s'engage entre la résistance française et la SS. C'est à celui qui retrouvera en premier un ancien artefact "magique" viking ayant appartenu, en dernière main, à Rollon, le premier duc de Normandie. Ainsi, surfant sur la mode des thrillers ésotériques, le premier tome de Vikings nous ramène dans les années noires de l'occupation allemande pour y suivre un mix "chasse au trésor / enquête ésotérique" construit à base de tombeaux profanées, de consultations d'archives et d'interrogatoires musclés. Les secrets sont progressivement dévoilés via des flashbacks féodaux introduits dans le récit par enchâssement (découverte et lecture de vieux mémoires).

Admettons, pour le moment, tout cela n'est guère trépidant, ni très original. Arrivé à la moitié du récit (l'histoire coure sur deux tomes), aucun personnage ne se dégage vraiment et l'intrigue ne surprend pas. Sans être totalement inintéressante, elle pèche par un aspect grand public et ne parvient pas à captiver tout lecteur s'étant intéressé un tant soit peu, à un moment donné, à l'Histoire secrète. On évolue plus dans l'univers d'un Da Vinci Code (et dans celui de l'adaptation graphique du Dernier templier) que dans celui, plus poussé, du Triangle Secret ou du plus fantastique Histoire secrète. L'aspect fantastique est très policé, et n'apparait que via les particularités magiques de l’anticroix, qui sont non démontrées pour le moment. Quand à l'aspect pédagogique, il n'aura un impact que sur le jeune lectorat.... ou le lecteur qui séchait systématiquement les cours d'histoire au collège.

Au niveau technique, Laurent Cieurac fait dans le très classique. Cela amène un bon confort de lecture mais, comme pour tout le reste, le style manque de personnalité et le découpage très académique ne fait rien pour arranger le déficit en dynamisme de l'ensemble. La plume, par contre, est agréable et faite montre d'une excellente maitrise dans l'application du trait. La mise en couleur est de qualité correcte, sans plus. Bref, le dessin est en parfaite adéquation avec le scénario, tous deux se situent dans une bonne moyenne, sans totalement nous convaincre.

La conclusion de

Vikings est une bande dessinée assez divertissante mais qui n'arrive pas à captiver, faute à un scénario manquant de force et d'originalité et à un style graphique très classique. On aboutit donc à une œuvre faisant apparaitre les efforts d'un travail consciencieux mais qui se révèle finalement peu captivante. Espérons que le tome 2 relève le niveau d'intérêt.

Que faut-il en retenir ?

  • Une lecture très accessible
  • Pas de défauts techniques
  • Un sujet attrayant
  • Intéressant pour le jeune lectorat

Que faut-il oublier ?

  • Un scénario un peu trop classique
  • Une intrigue qui peine à décoller
  • Une mise en cadres sans surprise

Acheter Les racines de l'ordre noir: Vikings en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les racines de l'ordre noir: Vikings sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les racines de l'ordre noir: Vikings

En savoir plus sur l'oeuvre Les racines de l'ordre noir: Vikings