75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Intégrale tome 2 >

Critique du Roman : Intégrale tome 2

Avis critique rédigé par Bastien L. le lundi 4 février 2013 à 09:32

Une deuxième fournée plus intéressante

« En général, à trois contre un, le combat est tout sauf équitable. Sauf si on s'appelle Buffy Summers. Sur le papier, Buffy était Tueuse de vampires. Malheureusement, le contrat tacite qu'elle avait passé avec les puissances supérieures faisait un joyeux amalgame avec lesdits vampires et les démons, sorcières, fantômes et autres créatures aussi paranormales que mal intentionnées sévissant à Sunnydale. »

Près de dix ans après l'arrêt de la série, Buffy contre les vampires continue d'avoir ses fans (les nouvelles parutions en comics sont d'ailleurs assez bien accueillies), ce pourquoi Milady, l'éditeur qui a vraiment popularisé la bit-lit en France, a décidé d'adapter en France les omnibus qui existent aux Etats-Unis depuis quelques années. Bénéficiant de nouvelles traductions et de couvertures aussi sobres que classes, ces éditions donnent clairement envie de se replonger dans l'univers de la Tueuse la plus célèbre de la planète. Mais après un premier volume somme toute assez moyen, on se demandait si la qualité des contenus serait cette fois à la hauteur des attentes ; la réponse est affirmative : ce deuxième tome apparaît comme très satisfaisant, et ce notamment grâce à des histoires de meilleure qualité, ainsi qu'à une ambiance globalement plus réjouissante.

Le premier récit de ce deuxième tome, un inédit intitulé Cauchemar à Sunnydale (écrit par Kirsten Beyer), s'avère être le moins bon des trois romans de cette Intégrale. Cette histoire de seulement 175 pages se déroule pendant la seconde moitié de la saison 2, après qu'Angel soit redevenu maléfique. Alors qu'il essaie tout pour pourrir la vie de la Tueuse, et que cette dernière éprouve de grandes difficultés à l'école, sa mère décide de faire appel à un beau et sympathique étudiant pour l'aider dans ses devoirs. En parallèle, la vampire complètement timbrée Drusilla décide qu'il est temps pour elle de devenir mère, et transforme une trop jeune fille en créature de la nuit. Pour compléter le tableau, un lycéen mal dans sa peau invoque un cruel démon ressemblant à une charmante vieille dame qui lance une malédiction sur la ville : tout le monde semble souffrir de narcolepsie mais personne n'arrive jamais à assouvir ses envies de repos... Vous vous dîtes certainement que tout cela fait beaucoup pour un livre de moins de deux cent pages. Effectivement, il y a trop d'intrigues et de nouveaux personnages, et, malgré quelques bonnes idées, on reste trop en surface. La lecture s'avère cependant distrayante grâce à un bon rythme ainsi qu'à un traitement plus sombre de l'univers (notamment à travers les actions de l'enfant-vampire). On en apprend aussi plus sur le personnage détestable du proviseur Snyder, tout comme la rivalité Buffy/Angelus qui fit le sel de cette fin de saison. 

Le second roman, Immortelle, est sans conteste le meilleur des romans (de cet intégrale comme du précédent), et cela d'abord parce qu'il est l'œuvre du couple phare des romans sur l'univers de la Tueuse. Christopher Golden et Nancy Holder nous offrent un roman bien plus ambitieux que le autres. Dans cette intrigue de 300 pages qui se déroule au début de la saison 3, Buffy va croiser la route d'une vampire immortelle, Véronique, tirant son pouvoir de forces démoniaques qu'elle sert. Son arrivée à Sunnydale se fait dans le but de tirer parti de la bouche de l'enfer, et ce afin de réaliser ses sombres desseins. Le roman s'avère intéressant car les auteurs nous racontent l'histoire de cette étrange vampire de la Byzance impériale, son parcours passant par la Crète, la France de Philippe le Bel ou la Venise du XIXème siècle. En parallèle, Buffy doit également faire face à une étrange maladie contractée par sa mère ; son impuissance face à la maladie permettent de bien mettre en avant les forces et les faiblesse de la Tueuse. Les auteurs ont donc tout compris à ce qui fait la force d'un bon roman tiré d'une série : un nouvel antagoniste charismatique, une bonne retranscription de l'ambiance de l'œuvre originale avec un grand respect envers les personnages, des apports à la mythologie (comme des informations sur d'anciennes tueuses ou le passé d'Angel) sans oublier un traitement plus adulte de l'univers (la bisexualité assumée de Véronique, et sa grande violence) et un final assez dantesque ayant de vrais airs de fin de saison. 

Le dernier roman, Les Fautes du Père, est l'œuvre du seul Christopher Golden, et semble vraiment destiné aux fans les plus hardores de l'univers de Joss Whedon. On reste toujours dans la première moitié de la saison 3 (avant l'arrivée de Faith et la découverte de la véritable nature du Maire) avec Buffy et son gang recevant la visite de Pike, poursuivit par un démon de pierre extrêmement redoutable. Si ce nom ne vous dit rien, c'est que vous ne connaissez pas les comics Buffy, puisque c'est ainsi que la préquelle de la série a été réalisée. Pike est camarade de l'ancien lycée de Buffy à Los Angeles, au moment où elle découvre sa vocation de Tueuse. Les deux vont vivre de grandes aventures et se séparer au moment où notre héroïne débarquera à Sunnydale. L'histoire va donc à fond dans le fan service, car les simples amateurs de la série seront vraiment perdus. En parallèle à ce retour intéressant, d'étranges vampires s'en prennent à Giles, qui agit bizarrement depuis qu'il batifole avec une jolie professeur remplaçante du lycée... Cela permet d'en apprendre plus sur le passé de l'Observateur. Le roman apporte donc ce qu'il faut de mystères, créatures et action, avec pourtant le défaut d'un grand nombre d'ennemis éliminés un peu trop facilement par le groupe. Un roman d'environ 200 pages qui s'avérera sympathique pour ceux qui connaissent vraiment bien la licence...

70

Cette note reflète bien le plaisir que peut éprouver le fan de Buffy contre les vampires à la lecture de ce roman, notamment s'il le considère pour ce qu'il est vraiment : un petit plaisir coupable. Chacune des histoires a le mérite de rendre justice à la série, s'imprégnant bien des ambiances des saison 2 et 3 qui mélangeaient action, fantastique et comédie de lycée américain. On apprécie surtout le roman central qui fait preuve d'une grande qualité pour un produit dérivé. Espérons que le prochain Intégrale nous servira des intrigues de cette trempe.

Critique de publiée le 4 février 2013.

Acheter Intégrale tome 2 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Intégrale tome 2 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !