Monostatos >

Critique : Monostatos

Ecrit par Heikel L. le mercredi 9 janvier 2013 à 10:00

où héroïsme subversif affronte obscurantisme religieux

Alors que les fêtes de fin d’années sont rudes et que le climat se refroidit chaque jour davantage, nous pensons qu’il est de bon aloi de vous parler d’un jeu de rôle flamboyant histoire de réchauffer les coeurs et les parties dans les chaumières. Ce jeu c’est Monostatos, un jeu de rôle héroïque inspiré par les civilisations antiques du désert. Il est né de la plume de Fabien Hildwein, qui nous propose d’émuler des personnages subversifs et épiques dans un contexte d’obscurantisme religieux et de culte unique mondial.

Ce projet ludique, qui se rapproche de la communauté de silendrift.net, s’inscrit dans une démarche de jeu de rôle indépendant, mais surtout de jeu de rôle atypique qui tranche avec ce que nous avons l’habitude de jouer. Plus loin encore que changer nos habitudes, ce projet - tout comme ceux de la même trempe forgéenne - propose de changer notre rapport au jeu de rôle par des expériences et propositions nouvelles.

La première chose plaisante avec ce jeu est son humilité (paradoxal pour des joyeux drilles qui ont la prétention de révolutionner le jeu de rôle, non ?). On le sent à sa prise en main, ainsi que dans la note d’intention de son auteur. C’est un jeu complet, compact, qui se suffit à lui même et qui n’aspire qu’à proposer une expérience ludique, récréative et rapide à mettre en place. Le jeu se destine à deux ou quatre joueurs pour des parties pouvant durer eniron trois heures. En outre, le livre est un petit format, il compte cent seize pages. Sa couverture est souple et magnifiquement illustrée par Tresadenn.

Une fois ouvert le livre dévoile son contenu en quatre partie qui s’intéressent dans l’ordre à : l’univers, l'histoire, les personnages et les lieux.

 

1. L’univers

Un culte unique vous avez dit ?


On vous parle bien d'un culte unique, mais c’est bien pire que ce que vous pouviez imaginer. Nous sommes très loin de notre monotheïsme gentil. Dans l’univers de Monostatos, la religion ancienne et le polythéisme sont balayés par Monostatos, le dieu autoproclamé de l’humanité. Ce déïcide a imposé sa loi divine et soumet la civilisation humaine par son existence. Il est un dieu qui écrase tout et devient, croyance, gouvernement, loi et oppresseur. Il dispose de cinq sectes qui se chargent de tout, allant de la politique, du savoir à la guerre. Rien n’échappe à son contrôle et il est là pour asservir par son verbe le monde. C’est l’antagonisme principal de jeu et il domine tout.

Un monde entier, mais comment est-il ?

Dans Monostatos, l’univers est chaud, brûlant même. Il emprunte au mythe du désert, au vide, et aux grandes étendues. Mais aussi aux civilisations antiques et orientales qui disposent d’une mythologie forte. C‘est dans ce qui semble être un fantasme de la Mésopotamie et de l’Egypte antique que l’on retrouve l’Empire Scarabée, le Royaume Fauve et toutes les cités fantasques et merveilleuses du jeu. Toutes sans exception ont un rapport avec Monostatos, souvent dominées ces terres cachent des adversaires hargneux : les personnages. Ces derniers sont des êtres subversifs, héroïques et rebelles. Ils portent en eux la force de renverser l’ordre et n’aspirent qu’à briser l'idoleet libérer l’humanité de l’apathie dans laquelle la plonge la divinité réputée incontestable.

 

2. L’histoire

Nous avons posé le décor du jeu, maintenant nous allons voir ce qu’il est possible de raconter dans cet univers, mais surtout comment il est possible de le faire avec cet outil narratif très éloigné des systèmes de jeu traditionnels.

Ici vous n’avez besoin que de deux d6 et dix jetons facultatifs pour pouvoir construire votre histoire. Le meneur va alors poser un décor et décrire un lieu initial de l’action. C'est dans ce lieu que les joueurs vont évoluer, puis décrire leurs interactions avec le Culte de Monostatos tour à tour pour gagner des Points de Puissance. Ces descriptions sont appelées Tableaux, elles doivent permettre aux joueurs d’accomplir les Objectifs de leurs personnages, mais surtout d’exprimer la Souffrance qui les pousse à agir contre le Culte. C’est durant les Tableaux que les joueurs peuvent glaner ces fameux Points de Puissance, utiles durant une phase narrative nommée l'Affrontement. Cette phase va opposer le Culte de Monostatos aux personnages et déterminer la suite de l’aventure dans le lieu. C’est ainsi que se résolvent les parties dans Monostatos : des scènes successives mettant les personnages aux prises avec le Dieu Unique et ses fidèles. Selon leurs actions et leurs descriptions les joueurs gagneront des Points de Désir qui leur permettront de faire évoluer leur personnage (NDLR : en gras et italique la terminologie employée par le jeu).

 

3. Les personnages

Vous l’avez compris, il faudra incarner des rebelles, des contestataires mais surtout les adversaires de Monostatos le dieu unique. Afin de jouer il faudra les créer en respectant cinq étapes qui définiront le contenu de la fiche de personnage.



En outre de l’histoire et du caractère humain de tous les personnages,  il faut déterminer une souffrance (le tort que le culte a causé au personnage), une vertu (le désir noble du personnage), une singularité surhumaine (un trait unique surnaturel du personnage) et deux singularités (des traits surhumains certains mais atteignables).

Ainsi on pourra facilement décider d’incarner Khârnaek, apôtre de la Grande Ruine, un ancien prêtre de dieux oubliés et dont toute la civilisation a été éradiquée par le Culte de Monostatos (souffrance), définir qu’il souhaite rétablir la liberté de croyance (vertu). On le rendra dépositaire du pouvoir divin des Dragons du Carnage qu’il vénère et faire de lui un combattant aux coups irrésistibles (singularité surhumaine), dire qu’il est un excellent voyageur après tant de périples affrontés (singularité) mais aussi un excellent négociateur grâce à sa langue aussi acérée que celle d’un serpent (singularité).

 

4. Les lieux

Enfin pour conclure cet ouvrage, nous avons accès à des exemples de lieux pour mettre en place des parties, mais aussi à un système de créations de ces derniers. Les lieux sont une étape cruciale dans la création d'une séance de jeu. Ainsi, il devient encore plus aisé de débuter une partie de Monostatos, il suffit de piocher un lieux ou de se laisser guider pour en monter un de toute pièce. Ici, ces derniers, sont aussi atypiques que l’univers et on apprécie la recherche et les descriptions. Bien qu’elle ne soit pas vitale au jeu cette partie apporte un certain confort et du contenu pour faciliter la mise en place des séances et comprendre rapidement l'ambiance de l'univers.

à retenir

  • Son univers captivant, oriental sans tomber dans les clichés du genre
  • Son système inédit, simple
  • Son format court qui le rend accessible

Les dernières critiques de Heikel L.

  • D6 System

    la boîte à outils pour le système D6 ― Le 23 février 2013

    65
  • Devâstra Réincarnation

    Un jeu qui aspire au Nirvana ― Le 15 octobre 2012

    90
  • Perfect Unrevised

    Une dystopie steampunk oppressante ― Le 14 août 2012

    90
  • S/Lay w/Me

    un JDR narratif sword & sorcery à deux ― Le 6 août 2012

    65
  • Mississippi

    Tales of The Spooky South - La Légende du Blues ― Le 23 septembre 2011

    95
Voir toutes les critiques de Heikel L.