75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : God of War : Ghost of Sparta
God of War : Ghost of Sparta >

Critique du Jeu Vidéo : God of War : Ghost of Sparta

Avis critique rédigé par Bastien L. le mercredi 11 janvier 2012 à 2305

This is Sparta !

Alors que le dernier épisode de la trilogie, God of War III, est sorti au printemps 2010 sur PS3, Sony continue d'exploiter cette grande licence sur sa PSP. Cette aventure inédite permet ainsi de revenir aux origines du personnage et de combler les ellipses entre différents épisodes.

Ce nouveau projet s'apparente évidemment beaucoup à Chains of Olympus, le premier opus de la saga mythologico-sanglante à sortir sur PSP. On refait confiance aux voisins Californiens de Ready at Dawn après leur bon boulot (qui suivait le très sympathique Daxter) aux côtés du studio Sony de Santa Monica (créateur de la saga). Chains of Olympus proposait ainsi de capter l'expérience des combats de Kratos sur PS2 afin d'en garder toute la saveur sur une console portable. Pour ce nouvel opus, l'excellent God of War III s'est illustré sur PS3 avec un tel brio que le fossé technique est forcément trop important, et ce même si l'âme de la licence est malgré tout respectée. On peut donc encore une fois saluer le travail de ce jeune studio qui propose ici une aventure survitaminée, montrant à quel point la PSP peut donner dans le grand si les éditeurs veulent bien s'en donner la peine.

Alors bien sur, la performance est moins bluffante qu'au temps de Chains of Olympus , puisque la comparaison ne pouvait se faire que par rapport aux épisodes PS2. Ici, il n'est pas question, car impossible, d'égaler les prouesses techniques de la PS3. Mais le jeu en jette vraiment ! Il est beaucoup plus beau qu'un bon paquet de jeux PS2 (ceux de qualité s'entend). Mais là où le bât blesse vraiment, c'est au niveau de l'histoire qui est, à mon sens, le point noir du jeu. Elle se situe entre les deux premiers épisodes de la chronologie officielle (où l'on apprend plus en profondeur pourquoi Kratos va se rebeller contre les dieux), et s'intéresse à ses origines (on y découvre les destinés de sa mère et de son frère Deimos, qui a été enlevé sous les yeux du fantôme de Sparte durant leur enfance. Cette perte traumatisa Kratos, expliquant ainsi l'homme qu'il est devenu. Alors qu'il est un dieu, il a une vision de sa mère au bord de la mort sur la mythique cité d'Atlantide. Rendu sur place, il apprend que Deimos est vivant, retenu prisonnier dans le royaume des morts.

Cette histoire va donc nous mener de l'Atlantide au royaume des morts, en passant par d'autres décors dont la ville de Sparte. Si vous connaissez un peu la série, vous vous doutez bien que le passage de Kratos en Atlantide va aller de pair avec la disparition de cette mythique cité. C'est encore une fois avec plaisir que l'on parcourt cette mythologie grecque revisitée par une ambiance violente et mature. Malheureusement le scénario paraît trop grotesque aux premiers abords, les deux premières heures étant un peu poussives. On ne comprend pas trop pourquoi on est là, et on se contente de défourailler les ennemis (dont le monstre marin Scylla). Si l'histoire gagne en solidité au fil de la progression, elle se révèle bien pauvre au final, et ce même si on apprécie l'effort de joindre intelligemment les deux épisodes de la PS2. Les fans apprécieront car la série s'autoréférence beaucoup. Le problème du scénario vient peut-être du fait qu'il est l'oeuvre de Cory Barlog, réalisateur de God of War II, l'homme étant plus concepteur que scénariste dans l'âme. On sent que quelques passages servent juste à légitimer des idées de gameplay comme la présence du roi Midas.

Mais bon, God Of War (et le beat'em all en général) n'est pas applaudi par son scénario mais plutôt par son ambiance et sa mise en scène exceptionnelle. Ghost of Sparta est un véritable mini-blockbuster vidéoludique dont on sent qu'il a eu les moyens de ses ambitions. Déjà par sa grande beauté graphique, comme il a été dit, mais encore une fois parce qu'il offre une expérience riche en adrénaline. Pas vraiment de surprise mais plus l'idée de retrouver avec plaisir une saga qu'on adore avec ses codes et ses passages obligatoires. Les animations de folies de Kratos en action sont toujours aussi joussives. De même que les combats contre les gros monstres, dont les boss, se terminent toujours par des QTE permettant des scènes dantesques. Et puis il y a toujours cette impeccable mise en scène qui vaut aussi pour les déplacements dans des décors bénéficiant toujours de dézoom impressionnants, où l'on peut contempler un horizon s'étendant à perte de vue (avec de forte chance de s'y retrouver plus tard dans l'aventure). Le jeu n'apporte donc pas grand chose à la série du point de vue technique, mais réussit parfaitement tout ce qu'il entreprend. On regrettera juste quelques freezes de temps en temps. On note d'ailleurs, qu'à la suite de God of War III, les références à 300 s'accentuent, autant qu'elles sont assumées, montrant à quel point l'oeuvre de Frank Miller semble avoir été une inspiration pour la saga.

Ghost of Sparta fait donc le même effet qu'une bonne suite au cinéma : Rien de bien original mais le plaisir de retrouver le confort d'une oeuvre qu'on avait apprécié. La même idée se retrouve dans le gameplay du jeu qui intègre des idée du troisième opus comme la possibilité de s'accrocher à des anneaux pour franchir des précipices ou pour nager à contre-courant. Pour l'action, les systèmes de combats ont bien sur été simplifiés tout en gardant la puissance liée au contrôle de Kratos. Les différents combos sortent facilement des célèbres lames enchainées, mais on aura aussi le droit à une lance et un bouclier dans la plus pure tradition spartiate. Lance qui pourra servir d'arme de jet. Pour les magies, au nombre de trois, on pourra lancer un rayon électrique, une aura vampirisant la vie des ennemis mais aussi un objet les transformant quelques temps en fragiles statues. Pour ce qui est nouveautés, on pourra se ruer sur un ennemi afin de le plaquer au sol et d'enchainer quelques bourre-pifs de bon aloi. Sinon, le pouvoir le plus intéressant reste la possibilité d'enflammer ses lames (utilisant une troisième jauge, en plus de la magie et de la vie, se rechargeant après quelques secondes) qui permet de détruire certains ennemis, armures et roches bloquant des passages. En clair, on pourra avoir des tactiques spéciales selon les types d'ennemis, apportant un peu de finesse dans ses mêlées qui sont toujours aussi délicieusement bourrines et gores. Par ailleurs le jeu n'est pas très difficile (en mode normal) se finissant entre cinq et six heures (ce qui reste assez peu mais pas étonnant au vu des capacités de la console). Les joueurs à la recherche d'un bon challenge pourront directement attaquer avec une difficulté plus importante.

De plus, le jeu offre les inévitables défis des dieux permettant aux fans des combos et du score de s'en donner à coeur joie. On pourra aussi bénéficier d'un éditeur d'arènes pouvant paramétrer son combattant, les décors et les ennemis pouvant en occuper plus d'un (à petites doses certes). Il existe aussi le temple des dieux, vous proposant de débloquer des vidéos, des galeries et des skins pour le mode histoire contre des orbes. Les prix exhorbitant justifient d'ailleurs peut-être une rejouabilité, rendue plus amusante grâce à des objets permettant de gagner plus d'orbes ou d'avoir une magie illimitée. Même si ces modes ne convaincront pas tout le monde, des efforts ont été fait pour augmenter la durée de vie du titre.

La conclusion de

Si cet épisode pâtit forcément d'un manque de surprise et d'originalité du au fait de la "vieillesse" de la saga, il n'empêche qu'il offre une aventure épique et reste l'un des meilleurs jeux d'action de la PSP. Si ce n'est le meilleur si on parle en terme de beat'em all. On retrouve toujours avec un grand plaisir cette saga qui ne perd en rien de sa superbe sur la portable de Sony. On regrettera surtout un scénario trop anecdotique.

Acheter God of War : Ghost of Sparta en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de God of War : Ghost of Sparta sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de God Of War

En savoir plus sur l'oeuvre God Of War