75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Théoreme exfiltrat >

Critique de la Bande Dessinée : Théoreme exfiltrat

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 10 mai 2011 à 07:29

La grande évasion.

La dernière fois que nous avions laissé la petite famille des Tzarom, Lubna Tzarom était emprisonné dans un pénitencier pour femmes. Toni Tzarom, le père de la famille, ainsi que l'avocat Gabriel Sauzé, étaient quant à eux invités, contre leur gré, à séjourner dans les cellules Karmars et, enfin, Rona accompagnée de Django, le chien, et le petit dernier, Molko, envisageaient de partir à la rescousse de leur famille.

Et bien voilà, la première aventure complète des Tzarom vient de s’achever sous la plume de Wilfrid Lupano (Alim) et le crayon de Paul Cauuet (Aster). Après une introduction sympathique - mais un poil décevante si l’on se réfère au potentiel des deux gaillards -, j'espérais bien revoir ces deux artistes nous livrer une suite bien plus en phase avec ce dont ils sont capables. Bonne nouvelle, cette fois-ci la mission est accomplie et ce deuxième tome est en tout point bien meilleur que le précédent!

Côté scénario, Wilfrid Lupano offre aux lecteurs un récit bien riche en péripéties, avec un aspect humoristique bien plus morbide et varié que sur le premier tome. On trouve donc autant d'humour scato, ou très premier degré, que quelques passages plus finement écrits. Le scénariste a aussi pris bien soin de laisser son dessinateur exprimer certaines situations amusantes et autres délires "monstres" par le dessin.

Tzarom T2 critique

A ce sujet, il est peut-être temps dans parler du dessin, remarquable par sa richesse, et qui joue un grand rôle dans la réussite de l’ouvrage. C’est un fait, le Paul Cauuet que l'on adore est de retour ! Son dessin se montre bien plus riche en petits détails et en délires visuels que sur le premier opus. Il faut dire que le dessinateur avait mis la barre visuellement haute sur les deux derniers Aster, et le premier tome des Tzarom ne s'était pas montré à la hauteur de ses deux précédents travaux. L’on prend donc beaucoup de plaisir à découvrir des planches qui nous permettent de contempler de gros monstres dignes de Star Wars, des robots et surtout des situations hilarantes comme la mort d'un Karmars revoyant sa courte vie à travers une seule case, ou encore lorsque notre cher avocat devra subir les conséquences de sa maladresse en déclenchant une bombe. Puis, une de ces choses que l'on aime toujours autant chez Paul Cauuet, est sa façon de mettre en valeur la gente féminine. Ici la belle Rona le sera particulièrement.

75

Conlusion réussie pour ce théorème de l'exfiltration Tzarom. Dans cet épisode bien plus drôle et plus délirant visuellement que le premier tome, les Tzaroms dévoilent enfin leur potentiel à nous divertir. Il nous font ainsi oublier les petites maladresses de départ.

Critique de publiée le 10 mai 2011.

Que faut-il en retenir ?

  • Un deuxième tome bien meilleur,
    des situations hilarantes,
    un dessin visuellement très riche.

Que faut-il oublier ?

  • Les pages 36 et 37 sont peut-être moins réussies visuellement que le reste.

Acheter Théoreme exfiltrat en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Théoreme exfiltrat sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !