75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : Off the dead
Off the dead >

Critique du Jeu de société : Off the dead

Avis critique rédigé par Benoît F. le samedi 26 février 2011 à 2256

LE COULOIR DE LA MORT

La Californie, pays des Beach Boys et de « Gouvernator », lieu paradisiaque  où il fait bon vivre malgré l’omniprésence des risques tectoniques et l’inéluctable retour des morts. En effet, depuis quelques temps, vos aïeux sont sortis de leurs tombeaux, rampants, gémissants, insatiables. Une seule solution dans la lutte contre ce fléau du monde moderne : la solidarité. Loin d’être un jeu simulant la gestion d’une antenne des restos du cœur, Off the Dead évoque la résistance conjointe d’hommes et de femmes ordinaires face aux hordes de l’Enfer.

 

 

BIENVENUE CHEZ LES CH’TIS ZOMBIES

Off the Dead est le premier jeu édité par des petits « frenchies » du Nord, réunis sous le nom de Ludimaniac. Le matériel est contenu dans une petite boîte que votre mamie pourra allègrement emporter avec elle lors de la messe dominicale. Les éléments de jeu se composent de 87 cartes (Survivant, Zombie, Décombre, aides de jeu), de 4 jetons Infection de forme classique et d’un dé à six faces. Il s’agit donc d’un matériel réduit au strict nécessaire mais qui se distingue véritablement par la qualité de ces illustrations.

En effet, ce ne sont pas moins de trois talents qui se sont attelés à la tâche (voir l’interview de l’auteur en cliquant ici). Parmi eux, on notera la présence de Paul Mafayon qui avait déjà brillamment sévi dans le monde ludique (World of Warcraft CCG, Earth Reborn). Les illustrations sont donc de grande qualité oscillant entre le réalisme et le morbide façon Resident Evil. Les textes dont les cartes sont affublées sont souvent savoureux, gonflés d’humour noir et de références aux films de genre. Exemple : « Un zombie qui mange des malades souffrant d’Alzheimer ou de Parkinson, c’est un zombie végétarien ? ». Drôle pour certains, choquant pour d’autres, retour de la polémique récurrente autour du « Peut-on rire de tout ? ». Ludimaniac a fait son choix en présentant un jeu réservé à un public averti, de par le thème qu’il traite et l’univers graphique qu’il développe. En tout état de cause, cela réjouira les fans de zombie en tout genre, adeptes de l’humour au 36 ème degré en dessous de la ceinture.

Concernant le livret de règles, celui-ci est très bien organisé et doté de schémas explicatifs facilitant l’assimilation de mécanismes relativement simples à appréhender. Les aides de jeu incluses vont également dans ce sens. Cependant, les règles ne sont présentées que pour quatre joueurs. Choix étrange qui sera finalement relayé par le site officiel du jeu (cliquez ici) sur lequel vous pourrez télécharger des suppléments à venir. A savoir tout de même que les règles pour trois participants sont similaires à celles établies pour quatre.

 

LE DESSOUS DES CARTES

Le but du jeu est de survivre à une horde de zombies tout en tentant d’exterminer cette dernière. Pour cela, chaque joueur reçoit une carte Personnage dotée d’un pouvoir spécial à usage unique. La pile de cartes Zombie est placée au centre de l’aire de jeu afin de symboliser la horde. Pour finir, on constitue neuf piles de cartes Décombres, égales les unes aux autres.

Mise en place

 

Le tour d’un joueur se compose de quatre phases :

1. Première action du survivant. le joueur actif a le choix entre trois actions : fouiller les décombres en tentant d’assembler des paires d’objets à la manière d’un Memory ; attaquer un zombie à mains nues ou à distance selon l’état de votre équipement (jet d’un dé + force du personnage contre force de la cible) ; lancer un objet à son voisin direct.

2. Action des zombies. Les morts-vivants au contact avec un survivant mordent ce dernier lui infligeant ainsi un point d’infection par morsure. Puis, les zombies se déplacent d’une zone dans votre couloir sachant que leur force ne sera révélée qu’une fois arrivé au contact de leur proie, c’est-à-dire vous ! Enfin, la horde se met en marche sous forme de vague ; la première carte du dessus de la pile Horde est déplacée vers le couloir du joueur comme indiqué par la petite flèche imprimée au verso des cartes.

 

3. Seconde action du survivant. Identique à la phase 1.

4. Infection. Si le joueur actif a été infecté, son jeton d’infection est déplacé d’une case vers le haut de sa carte personnage. Ce dernier meurt lorsque le niveau d’infection atteint son maximum. Dans ce cas, le joueur est éliminé de la partie, les zombies de son couloir et sa carte Survivant Zombifié sont placés sous la pile Horde afin de gonfler les rangs de cette engeance du mal.

Une plantureuse carte Survivant accompagnée de son échelle d'infection située à droite (pas au milieu, à droite j'ai dit!)

 

La partie se termine lorsque tous les zombies de la horde ont été éliminés, synonyme de victoire pour les joueurs. Ou bien si ces derniers ont tous été transformés en morts-vivants, sic !

D’autre part, des règles avancées sont proposées aux plus courageux d’entre nous. Les symboles des cartes Survivant et Zombie sont utilisés de manière à provoquer des évènements plus ou moins néfastes pour les joueurs. En contrepartie, ces derniers pourront utiliser des capacités spéciales sous forme de répliques et via la « dépense » d’une combinaison de symboles récoltés en éliminant des zombies possédant le même icône que votre personnage.

 

VOIR VENICE BEACH ET MOURIR

Quelle belle surprise que voilà ! Il y a bien longtemps qu’un jeu de zombies « made in de France » ne nous avait pas autant régalé. Même si son traitement thématique et graphique le réserve à un public averti, Off the Dead présente l’avantage de posséder des règles simples à assimiler tout en distillant une immersion totale. L’aspect coopératif, synonyme d’ambiance, est présent dans tous les secteurs du jeu, de la lutte contre la horde en passant par la fouille des décombres et le transfert d'objets. A l’image du Ghost Stories d’Antoine Bauza, on retrouve ce sentiment d’oppression générateur de tensions. La pression est constante autour de la table obligeant tous les participants à optimiser leurs actions après concertation. Le rendu thématique est donc parfaitement retranscrit et soutenu par des mécanismes de jeu particulièrement bien trouvés tels que le système de progression des zombies par zone et dans un couloir propre à chaque joueur ou bien via le petit jeu de mémoire utilisé pour la fouille des décombres.

Une pétoire à rendre jaloux Jean-Paul Belmondo

 

Par ailleurs, une élimination parfois un peu précoce d’un joueur pourra survenir suite à une mauvaise concertation, même si ce dernier aura plaisir à suivre le reste de la partie afin d’en connaître le dénouement. Fort heureusement, une partie ne dépassera pas les 45 minutes avec les règles de base (60 pour les règles avancées). Par conséquent, Off the Dead se hisse dans la catégorie des jeux de coopération du style Ghost Stories tout proposant un petit format aisément transportable et un rendu thématique supérieur. Certes, la richesse tactique n’atteint pas celle du jeu d’Antoine Bauza mais le premier né des Ludimaniac compense largement par une ambiance sur-vitaminée et un aspect coopératif finalement assez rare dans les jeux traitant des zombies. Last Night on Earth s'y est bien essayé mais à la manière anglo-saxonne en lorgnant légèrement du côté du jeu de figurines. En outre, le challenge imposé aux joueurs est relativement relevé et chaque partie apportera son lot de configurations inédites grâce à une orientation aléatoire des cartes provenant de la pile Horde. Néanmoins, afin d’agrémenter l’ensemble, on aurait aimé avoir plus de choix parmi les survivants ; cinq personnages pour quatre joueurs, cela limite un peu le renouvellement de ce côté-ci du canon.

Un petit bémol vient se greffer sur ce torrent d’éloges. Initialement, le jeu est proposé pour quatre joueurs, ni plus ni moins. Cependant, l’éditeur annonce d’ores et déjà la possibilité de télécharger les règles de 1 à 6 participants sur le site officiel, et cela dès la parution du jeu. On n’entend parler de parties à trois contre trois (avec deux boîtes) et même de campagne à la manière d’un jeu de rôle. On en salive d’avance et votre grand-mère aussi…

La conclusion de

Vous êtes fans de zombies ? Vous aimez le « survival horror » ? Un petit jeu de temps en temps ne vous fait pas peur ? Off the Dead est fait pour vous ! Pour leur premier jeu, on peut dire que ces petits gars du nord cher à Michel Galabru ont frappé fort. Loin de toutes ambitions visant à décrocher des prix ludiques tant convoités, Off the Dead a été réalisé avant tout par plaisir personnel et par des fans du genre. D’ailleurs, tout le monde sait que les meilleurs jeux ne courent pas après les prix et que ceux formatés pour la compétition sont souvent pris de « casse-gueulite » aigue à un mètre du podium. Bref, avec Off the Dead, on sait à quoi on a affaire et cela sans risque de tromperie sur la marchandise, le logo « Parental Advisory » est d’ailleurs là pour l’attester. Au final, ce jeu de coopération aux faux-airs de jeu d’apéro souffle un vent rafraîchissant sur le monde du jeu de zombie, au même titre qu’un Zombie in my Pocket ou qu’un Zombie State. Préparez-vous, les démarcheurs de la mort sont à votre porte…

Que faut-il en retenir ?

  • Le rendu thématique
  • Une coopération de tous les instants
  • Les illustrations
  • L'humour très noir
  • Une petite boîte qui se glissera dans votre poche
  • Des règles simples et pas prises de tête

Que faut-il oublier ?

  • A quatre joueurs pour le moment
  • Seulement cinq personnages

Acheter Off the dead en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Off the dead sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+