75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : L'année sanglante
L'année sanglante >

Critique de la Bande Dessinée : L'année sanglante

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 18 février 2011 à 1410

Tanâtos, un personnage diabolik !


Tanâtos est un personnage créé par le scénariste Didier Convard (l’excellent Triangle Secret) et le dessinateur Jean-Yves Delitte (la saga corsaire Black Crow). Il s’agit d’un génie du mal qui, par son attitude et son apparence, évoque à la fois ces grandes icônes du genre que sont Fantomas et Diabolik, mais en nettement plus cruel.  Avec Tanâtos, l’on a donc affaire à une saga où le personnage central est non seulement un malfaiteur, mais également un suppôt de Satan, une véritable crapule sans aucun état d’âme dont le seul centre d’intérêt est l’argent (son seul aspect mégalomaniaque est qu’il désire devenir l’homme le plus riche du monde).  Aidé par son puissant réseau composé de criminels de tout acabit et un fidèle homme de main répondant au sobriquet de Tue-la-peur, le mystérieux Tanâtos agit dans l’ombre, au cœur d’une IIIème république au paysage politique instable, puisqu’au seuil de la première guerre mondiale.

Comme nombre de criminels d’envergure, Tanâtos n’est vraiment à son aise que lorsque règne chaos et anarchie, des situations propices aux affaires crapuleuses, comme le trafic d’armes. Ce maître du déguisement va donc utiliser tout son génie (à grand renforts de gadgets et d’inventions avant-gardistes) pour pousser les nations européennes dans la guerre, en discréditant les parties politiques pacifistes, comme le groupe socialiste de Jean Jaurès (on découvre aussi que son organisation secrète n’est pas étrangère à l’attentat de Sarajevo). Cependant, Tanâtos ne manque pas d’adversaires. En face de lui vont se dresser deux hommes, un inspecteur de police et un journaliste, un duo bien décidé à mettre hors d’état de nuire ce dangereux criminel et ses acolytes. Tout cela nous est conté via un scénario extrêmement bien ficelé, captivant, et parfaitement intégré dans le contexte historique, fruit d’un excellent travail documentaire.

Le scénario de Didier Convart est mis en forme de la meilleure des manières par les dessins de Jean-Yves Delitte. Le trait ultra-réaliste et riche en détails de l’illustrateur fonctionne ici à merveille, notamment quand il s’agit de représenter toutes les inventions « verniennes » sorties du cerveau génial mais perverti de Tanâtos.  L’ambiance, assez dark, colle également bien au récit,  même si ces marges noires et la mise en couleur aux tendances sombres de Frédérique Avril ne facilitent pas la lecture (heureusement, la mise en cadre, limpide, contrebalance cet effet). Les cases sont bien fournies en personnages, en décors de fond (ce Paris du début du 20ème siècle est superbe), le tout traité avec une finesse de trait qui donne vraiment de la densité au récit, d’autant que les scènes sont souvent cadrées de manière très serrée, et que l’intrigue est fortement dialoguée (beaucoup de bulles, certes, mais toujours dans l’intérêt de l’histoire).

La conclusion de

Génial ! Voilà le premier mot qui m’est venu à l’esprit une fois achevée la lecture du premier tome de Tanâtos. Une intrigue captivante prenant son inspiration dans les romans de gare et des krimi, avec son puissant génie du mal et ses braves policiers, rendu encore plus efficace par un excellent aspect steampunk. Le tout est brillamment mis en forme par Jean-Yves Delitte, qui nous offre ici un rendu hyper réaliste et extrêmement détaillé. De la très bonne bande dessinée.

Que faut-il en retenir ?

  • Une intrigue riche et captivante
  • Un contexte historique très réaliste
  • Un méchant en personnage central
  • Un excellent travail graphique
  • Une série qui démarre fort
  • L’aspect steampunk.

Acheter L'année sanglante en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'année sanglante sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Tanâtos

En savoir plus sur l'oeuvre Tanâtos