75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : The Troll Hunter
The Troll Hunter >

Critique du Film : The Troll Hunter

Avis critique rédigé par Lionel B. le lundi 14 février 2011 à 2344

Blair Witch chez les trolls

Le festival du film fantastique de Gérardmer est l’occasion de découvrir des métrages qu’ils seraient difficiles de voir autrement. The Troll Hunter fait partie de ces films, un véritable ovni tout droit sorti des fjords norvégiens qui pourtant mériterait de bénéficier d’une meilleure exportation.

« Un groupe d’étudiants norvégiens partent à la recherche de mystérieux trolls géants. Au fil de leurs recherches, ils vont découvrir ce que le gouvernement leur a caché pendant des années. »

Pour une fois, le titre n’est pas menteur. Il nous annonce des trolls et c’est ce qu’on voit tout au long du film. Ainsi le spectateur pourra se ravir de découvrir des énormes créatures qui ne se ressemblent pas l’une de l’autre.  Il faudra toutefois attendre au moins une demi-heure avant de découvrir le premier troll, le temps que l’histoire s’installe. Une histoire qui commence un peu à la Blair Witch avec une bande de jeunes étudiants qui souhaitent faire un reportage sur des phénomènes paranormaux. Sauf que là, ils n’enquêteront pas sur des sorcières mais bien sur des trolls dont la présence est dissimulée par le gouvernement norvégien. En effet, ce dernier préfère accuser des ours plutôt que de divulguer l’existence des trolls. Les journalistes en herbe parviendront à prouver leur existence grâce à leur rencontre avec un chasseur de troll employé par le gouvernement.

Parfois flippant et parfois drôle, The Troll Hunter est un parfait melting-pot des genres qui fait qu’on passe un agréable moment. Il arrive même par moment que le film est un esprit critique de la politique norvégienne…

En revanche, hormis le chasseur de trolls, le reste des personnages sont totalement inintéressant. Le spectateur aura du mal à s’attacher à eux et leur présence est totalement effacer par les trolls et leur chasseur. Ce dernier s’avère parfois drôle sans le vouloir vraiment et sa condition fait que nous nous y attachons.

De plus, dommage que le final soit un peu bâclé, voir même que le film s’épuise sur sa fin et provoque une lassitude chez le spectateur.

La réalisation n’a rien de vraiment original puisque, là encore, elle imite Le projet Blair Witch avec cette caméra témoin. Toutefois, que l’on se rassure, la caméra est beaucoup plus stable. Il ne s’agit pas d’un Cloverfield bis dans lequel le monstre n’est pas très visible à l’écran. Bien au contraire, les trolls sont parfaitement perceptibles. Et là, justement, c’est une grosse surprise. Car avec un si petit budget (il serait l’équivalent de 3 millions de dollars), les grosses bébêtes sont particulièrement réussites et n’ont rien à envier au plus grosses productions américaines. Réalisé en image de synthèses, celles-ci s’insèrent parfaitement dans les décors naturels.

La conclusion de

Avec The Troll Hunter, la Norvège démontre qu’elle a sa place dans le cinéma fantastique. Rare sont les films de trolls et cela fait plaisir d’en voir autant dans un même long métrage. Voilà donc un film qui mérite d’être vu tant il généreux et plaisant.

Que faut-il en retenir ?

  • Les trolls sont nombreux et variés
  • Quelques pointes d'humour
  • Certaines scènes sous tension

Que faut-il oublier ?

  • Des personnages assez plat dans l'ensemble
  • Un énième film en caméra témoin

Acheter The Troll Hunter en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de The Troll Hunter sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+