75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Les gardiens d'Elivagar >

Critique de la Bande Dessinée : Les gardiens d'Elivagar

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 8 avril 2010 à 14:35

Dans les pas des Géants

Les frères Larsson ont réussi à échapper aux Skanes. Ils tentent désormais de quitter le Svartalaheim. Plus loin, Lina et Ida, prisonnières de Björn, arrivent sur les bords de la rivière Ifing, qui sépare le territoire des Dieux de celui des Géants. Le renégat Svear et l’écclésisate Arno, accompagnés de leur troupe de mercenaires, ont en effet décidé d’emprunter cette voie fluviale pour se rendre en Vestfold, terre d’Ulf le Blanc

Dans le précédent tome, Sylvain Runberg avait enrichi son récit épique de deux éléments : un aspect fantastique nettement plus affirmé et le développement d’une trame parallèle nous amenant en territoire Franc, aux cotés de l’empereur Charlemagne. Avec Les Gardiens d’Elivagar, il continue et renforce cette démarche. L’aspect mythologique est donc toujours aussi entretenu, voire encore plus puisque se mêlent à l’aventure les Géants, gardiens des sources sacrées et que certains personnages dévoilent progressivement leur essence surnaturelle et un metaplot aux enjeux universels. Ensuite, conséquence directe des évènements des Ombres du Svartalaheim, l’intrigue générale se voit composée d’une structure à triple trame.

On change donc sans cesse de décors et de personnages, tous riches en échanges et en rencontres extraordinaires: les frères Larsson qui se retrouvent impliqués dans une guerre civile ; Björn qui porte assistance aux Géants ; Charlemagne qui doit mater une rébellion saxonne. Inutile de préciser que l’attention du lecteur est fortement sollicitée, d’autant plus chaque trame a son importance et que les personnages peuvent être facilement confondus tant ils sont proches, tant au niveau vestimentaire et morphologique (Sylvain Runberg a préféré ne pas insérer de cadres de commentaires lorsque le récit change de décor).  Une complexité qui, par effet de dispersion, porte parfois préjudice au rythme épique recherché mais qui marque cette volonté d’offrir aux lecteurs une fresque riche et pédagogique.

Avec un tome aussi touffu et aventureux, nul est besoin de préciser que le sens de la dynamique et la précision du dessinateur Boris Talijanjic sont soumis à rude épreuve. Il s’en sort finalement très bien. Son trait neo-classique et sa mise en cadre - qui évoque à la fois l’école belge, Jacques Martin (Alix), Jean-Yves Mitton (Vae Victis)  et Didier Tarquin (Troy / Lanfeust) – fait dans la lisibilité et l’efficacité, avec beaucoup de larges plans de mises en situation – indispensables au regard de la complexité du canevas sur lequel est construite l’intrigue. Bref, si sa plume est moins remarquable que celle de Nicolas Fructus (auteur de la superbe couverture), elle est parfaitement bien adaptée à ce type de récits épiques riche en tribulations et rebondissements.

75

Moins captivant que les deux précédents tomes en raison d’une intrigue à triple trame qui fait se disperser un peu le récit (avec une chute de rythme pour principale conséquence), Les Gardiens d’Elivagar est néanmoins une BD très agréable à lire, grâce notamment à la richesse de son univers. Avec ce troisième épisode, l’on assiste donc pas à une montée en puissance au niveau émotionnel (à la décharge de Sylvain Runberg, les opus précédents avaient la barre très haute) mais on ne peut pas non plus parler d’essoufflement. Maintenant que tous les éléments de l’intrigue sont posés, reste à espérer que les auteurs vont parvenir à nous offrir un dernier tome digne du niveau de cette géniale saga.

Critique de publiée le 8 avril 2010.

Que faut-il en retenir ?

  • Un univers épique bien construit
  • Une richesse documentaire intéressante
  • Un scénario touffu

Que faut-il oublier ?

  • Un récit à triple trame propice à dispersion
  • Quelques problèmes de rythme
  • Un tome moins bon que les précédents

Acheter Les gardiens d'Elivagar en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les gardiens d'Elivagar sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !