75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Complexx >

Critique du Film (Direct to Vidéo) : Complexx

Avis critique rédigé par Richard B. le vendredi 10 octobre 2008 à 17:13

Game-over pour le Complexx

Directement venu des Pays-Bas (le pays des débuts de Paul Verhoeven), Complexx puise dans la veine de ces petits films indépendants, réalisés pour une somme minuscule (50 000 euros pour à peine 19 jours de tournage) et arrivant à sortir de l'anonymat pour se voir distribué dans d'autres pays que le sien.
Le script : les meilleurs joueurs néerlandais se sont réunis à l’occasion d’une grande convention de jeu vidéo, afin de découvrir en exclusivité le dernier jeu créé par un concepteur en vogue : David Berinni. Cerise sur le gâteau, une fois la convention achevée, les meilleurs des meilleurs, issus d’une sélection, pourront rester pour tester le jeu de manière plus approfondie. Petit problème, un « vrai » serial killer va faire partie de ce petit groupe de privilégiés.
Le réalisateur aurait déclaré : « Mettez six personnes dans un décor, ajoutez-y un psychopathe et vous aurez un film ». Je crois bien que Robert Arthur Jansen réduit à peu de choses - et de manière un peu trop précipitée – les principes de l'élaboration d'un film de genre. Est-ce parce qu’il a eu l’honneur de recevoir le prix du « meilleur film festival Insomnifest 2008 » qu'il s'aventure à énoncer cette définition réductrice ? Il ne le devrait pourtant pas, car malgré quelques rares idées « Complexx » est très loin d’être un film abouti !


Le sujet du jeu vidéo et particulièrement « des gamers » - une thématique bien d’actualité - aurait pu déboucher sur pertinent un point de vue du réalisateur. Hélas, non seulement le sujet n’est guère développé, mais de plus il ne sert qu’à justifier un lieu théâtral et rien de plus. De plus, comment rendre des personnages crédibles, lorsqu’on se retrouve au final avec un plus grand nombre de joueuses que de joueurs ? Qui plus est, de ravissantes joueuses aux courbes athlétiques qui semblent plus passer du temps devant leur miroir que devant leur PC.
Comme l’on évolue dans une sorte de « Survival », les joueurs vont évidemment trépasser au fil du métrage, et cela de manière peu surprenante et souvent de façon mille fois vues - pour qui aura déjà visionné quelques films de genre. Et il ne faut pas oublier un retournement de situation final poussif et prétentieux. Quoique l’image - pour ce type de budget - soit soignée, avec l’évidence d’un certain savoir-faire qui permet au film de paraître moins fauché qu’il ne l’est en réalité, il ne se dégage aucune passion et aucune scène n’est faite réellement pour choquer ou déstabiliser. Bref, les motivations du réalisateur me laissent perplexe et si l’on peut regarder son film sans ressentir trop d’ennui, cela n’en fait pas pour autant un film de qualité.

25

« Complexx » peut se vanter d’avoir remporté un prix – et cela malgré des moyens mis en oeuvre très modestes -, ce n’est pas pour autant qu’il va réussir à être apprécié par les fans du genre, qui trouveront le film de Robert Arthur Jansen bien trop fade et sans passion.

Critique de publiée le 10 octobre 2008.

Acheter Complexx en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Complexx sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !