75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Sunshine [2007], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 25 juillet 2008 à 19h06

8 humains face à la volonté des dieux

Le Soleil est sur le point de mourir, et il entrainera dans sa violente extinction toute cette vie qu’il a fait naître. Refusant cet état de fait, les humains ont décidé d’envoyer à son chevet une équipe de scientifiques dans le but de lui infliger le plus violent des électrochocs… par le biais d’une extraordinaire bombe stellaire. C’est à partir de ce pitch un peu crétin et qui pourrait laisser ouvertement croire à la mise en place d’un actionner pétaradant et simpliste que Danny Boyle a construit son film de science-fiction. Heureusement, cet apriori est complètement injustifié (comme souvent avec les aprioris). Ce film n’a en fait rien à voir avec Armageddon et consorts, blockbusters lobotomisés et moralisateurs, et se rapproche plus du thriller claustrophobe, présentant, de plus, un imposant aspect métaphysique. En fait, Danny Boyle, avec ce film, réussit tout d’abord où Supernova avait lamentablement échoué et ensuite il nous offre un mixage intéressant d’Alien, d’Event Horizon, de Solaris et de 2001, l'odyssée de l'espace.
Le scénario est donc un peu bateau et prévisible. Soit. Cependant, le réalisateur britannique parvient tout de même à l’utiliser pour mettre en place une véritable ambiance oppressante et surtout il se penche à nous offrir de magnifiques images (comme le passage de Mercure sur fond de Soleil). Car s’il n’y avait qu’une seule chose à retenir dans Sunshine (ce qui n’est pas le cas), ce serait cette somptueuse photographie et son utilisation judicieuse, par ses variations de filtres, en fonction des situations. Avec ce choix de traitement, le Soleil et ses spasmes d’agonie deviennent les éléments principaux de l’intrigue, s’identifiant à la fois comme un personnage agressif et cruel et une divinité à qui l’on doit dévotion.


A coté de cette chaleur, l’atmosphère confinée de l’Icarus II est froide et impersonnelle, quasi clinique. Les personnages, peu approfondis, se veulent le reflet abrupt du professionnalisme et du devoir et le choix de l’esquisse reflète l’absence de profondeur dans leurs rapports sociaux. Une absence qui va même devenir, au fil des évènements, indifférence puis agressivité. Ces hommes, qui luttent pour la survie de l’humanité, ne sont finalement plus que des machines fixées sur leur mission. Ils vont même en arriver à parler froidement de supprimer un collègue afin de réduire le nombre de membres d’équipage… Cela ne sera pas nécessaire, le seul membre d’équipage encore « émotionnellement humain » se sera mis hors-jeu tout seul, victime de sa fragilité.
« Est-ce que la race humaine mérite d’être sauvée ? » C’est l’idée première qui nous vient lorsqu’on voit les agissements de ces êtres s’entredéchirant pour la survie d’une Terre qu’ils ne reverront plus. Et surtout, « peut-on aller contre la volonté de Dieu ? » C’est cette seconde question qui est mise en avant dans la deuxième partie du film. Peu importe de savoir si Pinbacker est le fruit de l’imagination de Capa – comme une incarnation violente de son double mystique - ou le survivant de l’Icarus I devenu instrument de la volonté divine, l’important est de bien comprendre que la mission d’Icarus II va à l’encontre de l’ordre cosmique des choses.
Certains regrettent que Danny Boyle ait trop estompé l’aspect divin au profit d’un thriller trop linéaire et bourré d’invraisemblances (ce qui pourrait faire apparaître la lutte finale comme un simple trip) et d’incohérences physiques. Personnellement, je trouve l’exercice intéressant, très culotté car extrêmement casse-gueule, et surtout, il s’éloigne suffisamment de la pure introspection métaphysique pour ne pas être trop comparé à 2001 ou Solaris, nettement plus riches dans le domaine. Ce que je reproche par contre au cinéaste c’est que, trop concentré sur l’aspect cosmologique et cosmogonique de son œuvre, il délaisse un peu trop l’ambiance conflictuelle pour s’égarer dans le thriller horrifique et hystérique (on a même droit au coup du compte à rebours) caméra à l’épaule et tout le toutim. Ce qui ne colle pas du tout avec le ton de la première heure.

Du coté de l’interprétation, c’est du tout bon. Danny Boyle est un excellent directeur d’acteur, très posé, et il nous le prouve encore une fois. Même Chris Evans arrive à tirer son épingle du jeu, c’est dire… Quand au rôle phare, il revient à Cillian Murphy dans la peau de Capa, le physicien responsable du lancement de la bombe. Normal vu la morphologie « elfique » du personnage et son regard céleste. Danny Boyle l’utilise d’ailleurs énormément durant le métrage, le cadrant même hors contexte, alors qu’il est assis, silencieux et l’esprit vagabondant. Un personnage quasi-mystique, une sorte de Galahad cosmique. Il ne pouvait donc que mourir il fois l’acte accompli.

La conclusion de à propos du Film : Sunshine [2007]

Nicolas L.
73

Sunshine est un film de science-fiction résultant de plusieurs influences cinéphiliques, ce qui démontre déjà la pertinence de la démarche. Puis, malgré une idée de base et un scénario un peu léger, Danny Boyle parvient à nous offrir tout de même un bon film d’ambiance, un thriller éprouvant, doté d’une exceptionnelle photographie, tout en y apportant quelques éléments métaphysiques intéressants. On peut regretter que la deuxième partie, plus horrifique, mettant en évidence des nombreux et douteux choix d’ordre physique et scénaristiques, soit nettement moins intéressante. Heureusement, grâce au talent de ce cinéaste décidemment surprenant, elle reste suffisamment accrocheuse pour que l’on apprécie encore le spectacle.

Que faut-il en retenir ?

  • Une photographie somptueuse
  • Excellente direction d’acteur
  • Ambiance angoissante bien rendue
  • Un brassage d’éléments narratif très intéressant

Que faut-il oublier ?

  • Une idée de base un peu crétine
  • Quand même beaucoup d’incohérences et de digressions physiques
  • Le coté horrifique de la deuxième partie, un peu… facile

Acheter le Film Sunshine en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Sunshine sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Sunshine

  • Voir la critique de Sunshine : Rayon de soleil mortel
    80

    Sunshine Critique du film par David Q.

    Rayon de soleil mortel : Un film de science-fiction tendu, psychologique et angoissant, reposant sur le thème classique de la survie de l’humanité entre le…
    Temps de lecture : 3 mn 3