75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Dragon Quest Monsters Joker
Dragon Quest Monsters Joker >

Critique du Jeu Vidéo : Dragon Quest Monsters Joker

Avis critique rédigé par Sylvain T. le jeudi 28 février 2008 à 0055

Un Pokémon-Like de plus !

Spin’off de la célèbre série Dragon Quest, Monsters Joker nous propose une aventure très différente des opus originaux puisque ce n’est plus un véritable RPG (même si il va garder bon nombre de points de gameplay RPG), le principal ajout est notamment la possibilité d’élever et de gérer des monstres tout droit issus de la licence, mais la formule pourtant prometteuse ne prend pas…
L’histoire commence alors que vous êtes dans un sale état, vous croupissez, salement amoché dans une prison. En effet, au lieu d’incarner un gentil méchant vous allez vous retrouver dans la peau d’un « bad guy », et figurez-vous que c’est votre propre père qui vous y a enfermé ! Un jour, votre papa vient vous libérer, mais il fixe une condition, vous devez rejoindre une organisation d’espions appelée la CELL, votre mission ? Infiltrer la très sérieuse (et célèbre) institution du Monster Scout Challenge pour faire partie des dresseurs de monstre, un scénario s’arrêtant là puisqu’il est un peu bancal il faut l’avouer, où est la profondeur chère à la série Dragon Quest ? L’institution va vous proposer un objectif assez simple rappelant par ailleurs le concept des Pokémons, puisque vous devrez parcourir le monde pour rechercher et capturer les monstres que vous rencontrerez, le but étant d’avoir le plus de monstre puissant pour participer aux championnats. Comme Pokémon, vous commencerez avec votre première créature (soit un poulet, soit une taupe ou même une chauve-souris), avec celle-ci, une bague de scout vous sera donnée pour montrer que vous êtes un véritable dresseur de monstres !
La différence avec Pokémon ce sont les graphismes, profitant d’une 3D saisissante grâce à un moteur 3D spécialement conçu pour le jeu (et qui sera utilisé pour Dragon Quest IX sur la même console). Les détails sur les personnages sont fort sympathiques, les différents protagonistes profitent de cela pour afficher leurs différences grâce à un souci du détail inégalé jusqu’à aujourd’hui sur la portable de Nintendo.


Coté gameplay, c’est le gros point noir du jeu, la navigation dans les menus est lamentable, on s’y perd, ça manque cruellement de clarté, et surtout, ça rame ! Le jeu donne la possibilité de bouger la caméra, sympathique dans les premiers moments (le tutorial) car la zone est simple, mais une fois que vous entrez dans un énorme espace rempli d’arbres, créatures etc… tout cela s’avère très vite compliqué, la caméra se coinçant à un endroit de la carte par exemple. Le principe devient vite rébarbatif, et là où la licence Pokémon a su le faire évoluer en rajoutant de nombreuses possibilités tout en gardant les fondements, Dragon Quest Monsters Joker se vautre lamentablement.
Square-Enix profite aussi du Nintendo Wifi Connection, le service online de Nintendo, ainsi, vous pourrez, en plus du mode solo rapidement lassant, faire combattre vos monstres dans des arènes contre vos amis. Même si le concept à fait ses preuves (toujours dans Pokémon), il devient vite ennuyeux car on ne fait que rentrer dans le tas de monstre se trouvant en face de nous, pas de véritable mode de jeu, en faites, vous ne ferez qu’assister à vos propres combats…

La conclusion de

Bien las qu’est le joueur s’étant aventuré dans le petit monde de Dragon Quest Monsters Joker. Profitant d’une 3D d’exception, le jeu dévoile toutes ses faiblesses lorsqu’on s’y aventure en détail, un gameplay à revoir, et un concept copier/coller sur les Pokémons de Nintendo, tout cela reste bien fade. Square-Enix ne nous avait pas habitué à ce genre de chose, espérons que Dragon Quest IX ne soit pas aussi décevant que ce spin off.

Que faut-il en retenir ?

  • Les Graphismes en 3D
  • Un mode online inédit dans l’univers Dragon Quest
  • On élève son monstre !

Que faut-il oublier ?

  • Le mode online baclé
  • Le mode solo lassant
  • Les musiques
  • L’histoire inexistante
  • La jouabilité à revoir
  • Un concept déjà-vu

Acheter Dragon Quest Monsters Joker en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Dragon Quest Monsters Joker sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Dragon Quest

En savoir plus sur l'oeuvre Dragon Quest