75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Scary Movie 4
Scary Movie 4 >

Critique du Film : Scary Movie 4

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 4 février 2008 à 1444

Une franchise agonisante relancée?

Scary Movie 4 fait partie de la grande famille des spoof movies. C’est à dire, pour être plus explicite, c’est une comédie ayant pour principe de construire sa trame en récupérant sous forme de fil rouge le script d’un film à grand succès tout en le parodiant, souvent à grand renfort de gags relativement potaches. Dans ce dernier film, réalisé par David Zucker, après le slasher et la maison hantée des précédents volets, on a droit ici à une redite loufoque de la Guerre des Mondes. Cette recette n’est en réalité pas nouvelle puisque les premiers spoof movies apparurent dés la fin de la deuxième guerre mondiale, avec les films des Three Stooges ou d’Abbot et Costello – qui parodiaient principalement les films d’horreur et de SF de l’Universal.
En plus d’une histoire principale bâtie sur la parodie burlesque d’un film à grand succès, le spoof movie utilise aussi comme ajouts narratifs de nombreux sketches comiques, également inspirées d’œuvres cinématographiques très sérieuses, voire horrifiques, ou de faits divers ayant fait la une des journaux télévisés. Dans Scary Movie 4, on peut par conséquent y trouver des reprises loufoques de The Grudge, Saw, Le Village, Brokeback Mountain, Million Dollar Baby, et même le fameux épisode de « pétage » de plomb de Tom Cruise lors de sa visite sur le plateau de Oprah Winfrey. De nombreux éléments détournés de manière absurde qui, mis bout à bout, ont pour objectif d’offrir au spectateur un déchainement de bonne humeur et de délire. En principe, car pour autant, faut-il que la sauce prenne…


Après un assez médiocre Scary Movie 2, les frangins Wayans avaient laissé la carcasse un peu desséchée de la franchise à qui voulait bien se risquer à la récupérer. Je fus d’ailleurs tout particulièrement intéressé quand j’appris que le troisième volet allait être pris en charge par David Zucker et Pat Proft. Pat Proft, c’est quand même le gus qui a créé Police Academy et David Zucker, l’un des auteurs de Y a-t-il un pilote… ? et Y a-t-il un flic… ? Il y avait donc lieu d’être optimiste. Malheureusement, comme bon nombre de fans, j’ai été finalement déçu, le troisième volet se révélant le plus laborieux de tous, la nouvelle équipe ayant choisi (pour des raisons marketing faciles à comprendre) de conserver le style narratif des Wayans, trop vulgaire, constamment en dessous de la ceinture, et finalement redondant et chiant. Je pensais sincèrement la franchise morte et enterrée et je fus vraiment surpris d’apprendre la mise en chantier d’un quatrième épisode. L’équipe est restée la même avec, en plus, l’arrivée de Jim Abrahams, compagnon de longue date de David Zucker (la famille équipe des ZAZ !), à l’écriture. Et - surprise ! -, ils ont fini par nous offrir le meilleur volet de cette passable série (avec le premier).
Dans Scary Movie 4, le ton change enfin un peu. Bien entendu, comme l’on pourrait s’y attendre, certains gags font long feu ou, trop vulgaires, ne fonctionnent guère. Mais l’on retrouve par moment certains délires bienvenus et situations ubuesques qui ont fait la richesse des précédentes œuvres des ZAZ, de Top Secret à Hot Shots. Pour apprécier, mieux vaut, cependant, parfaitement appréhender toutes les références qui habillent cette œuvre au rythme inégal et aux personnages à l’intérêt variable (quand est-ce qu’ils vont comprendre que le personnage de Brenda n’est pas, mais alors pas du tout, drôle ?). Malgré tous ces défauts, il est rassurant de réaliser que le sourire ne quitte jamais nos lèvres, à défaut d’une hilarité permanente.

La force de ces films vient souvent des capacités d’immersion de ses comédiens, et notamment de leur volonté de pousser à fond le délire et l’autodérision. Et là, je dois dire que dans ce registre j’ADORE Anna Faris ! Cette fille est, à mon avis, l’actrice la plus rigolote de tout Hollywood (et ce depuis bien longtemps) et elle dégage une bonne humeur incroyablement communicatrice. Un mérite d’autant plus grand qu’au regard de son physique de petite blondinette, il serait plus simple pour elle de se contenter de rôles de girlfriend dans des comédies romantiques. Hors, paradoxalement, le plus gros problème de ce Scary Movie 4 vient qu’elle manque de partenaires à la hauteur et qu’elle a tendance à niveler par le bas l’efficacité comique des autres acteurs. En effet, l’excellentissime Charlie Sheen ,ayant quitté la série (au cours de l’un des sketches les plus drôles du film) au début du métrage, voit son personnage de male crétin remplacé par celui de Craig Bierko (une star du petit écran manquant d’expérience dans le domaine). Hors, si l’acteur n’est pas à proprement parlé mauvais, il se révèle par contre d’une fadeur assez gênante. Très rarement à son aise, il fait de son mieux, mais sa performance « forcée » me laisse penser qu’il n’est pas à sa place dans ce rôle (un Steve Carell, par exemple, aurait été parfait).
A coté de ces deux là, c’est un peu le défilé de guest star. Certains cameo sont justifiés (Shaquille o’Neal, Carmen Electra, Michael Madsen, etc.) mais, parfois, je m’interroge. Pourquoi ne pas avoir donné plus d’importance à Leslie Nielsen (hilarant en président George W. Bush au lendemain du 11 septembre) ou à Bill Pullman ? D’autant plus que c’est en leur présence que se produisent les gags qui fonctionnent le mieux. Dans ce domaine, je persiste à dire que David Zucker et Jim Abrahams ont raté le coche, manqué de clairvoyance et par conséquent laissé filer l’occasion de nous offrir l’un de leurs meilleurs films. Reste un film inégal, qui respire encore parfois un peu le nauséabond humour scato et foufoune des lourdingues Wayans, mais qui donne tout de même un nouveau souffle à cette franchise qui en avait bien besoin.

La conclusion de

Bien échaudé par les deux précédents opus, que je trouve particulièrement médiocres, j’ai visionné ce Scary Movie 4 avec un à priori plus que négatif. J’ai eu le plaisir de constater mon erreur. Oh, bien sûr, ce film est loin d’être parfait, respire encore un peu trop l’influence des frères Wayans, mais il y a un mieux et l’arrivée de Jim Abrahams dans l’équipe y est surement pour beaucoup. Personnellement, j’ai passé un agréable moment, j’ai beaucoup aimé les pitreries d’Anna Faris, admiré encore une fois le sens de l’autodérision de ce vieux pépé clown de Leslie Nielsen et je me suis amusé à essayer de repérer tous les gags qui se passent en fond de champ, comme au bon vieux temps des ZAZ.

Que faut-il en retenir ?

  • Un mieux dans l’écriture, moins axée sur le sexe et le pipi-caca
  • Anna Faris, géniale
  • Beaucoup de références, de bons gags
  • Casting de grand luxe, même si parfois mal exploité

Que faut-il oublier ?

  • Encore de grosses baisses de rythme
  • Bon lot de gags qui tombent à plat
  • Des personnages pas drôles du tout
  • Un Craig Bierko guère convaincant

Acheter Scary Movie 4 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Scary Movie 4 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Scary Movie

En savoir plus sur l'oeuvre Scary Movie