75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Les Portes du Temps [2007], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 5 novembre 2007 à 15h24

Une porte à condamner définitivement

Pauvre Will. Coincé avec les problèmes de son age, les difficiles relations qu’il entretient avec ses frères et un récent et douloureux emménagement en terre étrangère, on peut dire en ce moment qu’il n’est pas gâté par le sort. Et ce n’est pas tout ! La vie va devenir pour lui un cauchemar lorsqu’il va se rendre compte qu’un terrifiant Cavalier Noir est à ses trousses et qu’une bande d’excentriques l’assimile à une sorte de messie… Mais lui, finalement, tout ce qu’il cherche, c’est une copine. Et basta, nom d’un chien !
Et hop ! Encore une adaptation cinématographique de roman pour enfant ! Et quelle adaptation ! Je n’ai pas lu le livre donc je ne peux guère critiquer le travail de relecture du scénariste ; mais qu’est-ce que ce script est crétin ! Rarement assisté à un spectacle aussi peu crédible. Un spectacle dans lequel un ado de 14 ans se retrouve avec le destin du monde entre ses mains, et qui s’évertue, sous le regard amorphe d’immortels ahuris, à lutter contre un cavalier noir aussi con qu’un gag de Michael Youn et aussi charismatique que Mimi Mathy en nuisette.


En gros, dans cette histoire, Will doit retrouver six signes, répartis dans le temps, et surtout dans un rayon de 2 km² (c’est bien plus pratique). Pour cela, il possède le don de plier à sa volonté les éléments et les courbes de l’espace-temps. Donc, en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, Will se rend à l’époque médiévale et autres récupérer des artefacts qu’il glisse à sa ceinture en cuir bouilli. Représentant des forces de la Lumière, il se voit opposer un super vilain déguisé en Nazgûl dont la force se résume à un cabotinage ridicule, un piaffement de canasson et des volées de piafs en synthèse.
Donc, c’est complètement débile. Le pire c’est que ce script improbable, déjà mauvais, est enfoncé dans les profondeurs de la connerie par un découpage à peine digne d’un téléfilm pour fin de soirée. Les défis héroïques disparaissent aussi vite qu’ils sont arrivés au cours d’une narration saccadée, précipitée et quasiment chapitrée. Par exemple, le frère aîné qui succombe à la tentation de l’Obscurité (convaincu ? hypnotisé ? on n’en sait fichtre rien), puis qui cinq minutes après, suite à une bonne baffe, redevient un frangin aimant et serviable ; et puis hop, on passe à autre chose... Et que dire de ces Anciens ? Une bande d’irresponsables qui laissent un gamin à peine pubère dans une mouise pas possible, faisant preuve à de nombreuses occasions de leur totale inutilité. Bref, on évolue en plein n’importe quoi, c’est consternant.

Cerise sur le gâteau : la réalisation. Complètement à la ramasse dans son travail, le pauvre David Cunningham – qui de plus se prend totalement au sérieux - tourne n’importe comment, glisse plein de filtres colorés, joue avec ses caméras comme un enfant avec son premier jouet – avec plein de gros plans incongrus dans ses séquences - et il finit par donner à son œuvre un air de jeu vidéo bas de gamme. On croirait voir le boulot d’un fan peu doué d’Uwe Böll, c’est dire l’ampleur du désastre. Rien n’est mis en valeur, le pire étant le cadrage complètement illogique de ce fameux Cavalier Noir, déjà rendu si minable par le manque de charisme d’un Christopher Eccleston faisant dans l’alimentaire. Franchement, si ce machin est réellement l’incarnation des forces de l’Obscurité, le Monde n’a pas trop de soucis à se faire. Moi, en tout cas, j’ai perdu 90 minutes de mon temps.

La conclusion de à propos du Film : Les Portes du Temps [2007]

Nicolas L.
20

Sorte de mixage poussif du Da Vinci Code et de Harry Potter, le film de David Cunningham est un véritable navet sans queue ni tête, rempli de situations improbables filmées sans aucune logique, et encore moins de talent. Comment cautionner une bouse pareille, pur produit de tâcheron surfant sur la mode des adaptations de romans jeunesse ? Non, non, impossible, ce truc est indéfendable et n’a même pas le mérite d’être drôle par sa nullité. A oublier.

Que faut-il en retenir ?

  • Juste pour Alexander Ludwig , pauvre gosse qui fait ce qu’il peut dans le rôle de Will

Que faut-il oublier ?

  • Parfait condensé de tout ce qu’il ne faut pas faire en matière de cinéma

Acheter le Film Les Portes du Temps en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Portes du Temps sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de A l'assaut des Ténèbres

  • Voir la critique de Les Portes du Temps : Will à l’école des guerriers immortels !
    35

    Les Portes du Temps Critique du film par Richard B.

    Will à l’école des guerriers immortels ! : "Les portes du temps" c’est un peu le Harry Potter du pauvre. De la féerie sans ambition voulant juste profiter de l’engouement po…
    Temps de lecture : 2 mn 47