75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Corail Sanglant
Corail Sanglant >

Critique de la Bande Dessinée : Corail Sanglant

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 21 septembre 2007 à 1732

Une histoire de flotte qui finit en eau… de boudin

Dans Corail Sanglant, Keresquin, Tittle, Dao X’Ian et Brumaire vont, suite à un naufrage, se retrouver débiteur d’un escroc de grande envergure. Propriétaire d’une pêcherie, ce dernier force nos amis à rembourser leurs « dettes » en lui fournissant des coraux, en plongeant dans une fosse au péril de leur vie. Pendant ce temps, Cybil, qui a été séparée de ses amis durant le naufrage, a été recueilli par un maquereau. Amnésique, elle travaille désormais dans un bordel flottant….
En lisant Corail Sanglant, on peut aisément deviner ce que serait devenue la série si Arleston et Mourier n’avaient pas laissé tomber le projet. Une belle ouverture sur une tempête magnifiquement mise en image, moins de plans fesses gratuits, un scénario plus touffu à double narration qui se recoupe astucieusement en son climax, une deuxième partie sous forme d’un trépidant récit d’aventure pulp… Bref, que du bon. De plus les références cinéphiliques sont nombreuses – on est en plein Waterworld et Monstre des Abysses-, l’humour se fait moins bourrin et, pour finir dans le rayon des compliments ; les personnages secondaires prennent de l’importance aux cotés d’une Cybil un peu plus « mure » (et cela même dans ses traits, passant de la fille frivole à la femme sensuelle). On retiendra plus particulièrement la mise en avant du mousse Little qui se retrouve être l’élément déclencheur des évènements.
Cependant, cependant, je serais intransigeant avec ce troisième opus qui, malgré ses qualités, se voit, par pure manoeuvre mercantile, rendu complètement inutile. En effet, sachez que le tome se termine sur une fin ouverte, appelant une suite intitulée « La Princesse sans Mémoire » et que cette suite, cela fait 8 ans que lecteur l’attend ! (autant dire que l’on peut faire une croix dessus…). Bon, ok, le monstre est tué, le vil escroc puni, mais Cybil n’est pas récupérée et nos amis ne semblent pas du tout tirés d’affaire en fuyant sur un frêle esquif un atoll artificiel en flamme. Et franchement, cette attitude méprisante vis-à-vis du client a le don de m’agacer.

La conclusion de

Corail Sanglant est, qualitativement, le meilleur opus de la série des Feux Askell. Très bien découpé, doté d’un scénario plus sympa mettant en scène des personnages mieux mis en valeur que précédemment, il est très agréable à lire. D’autant plus que la mise en couleur est toujours aussi classe. Cependant, le fait que cette histoire n’ait pas de fin nuit grandement à l’utilité de l’achat de cet opus. C’est vous qui voyez, mais je trouverais dommage que l’on encourage de tels pratiques qui ne respectent guère le lecteur.

Que faut-il en retenir ?

  • Superbes dessins, mises en couleurs de grande classe
  • Scénario intéressant
  • Personnages mieux développés

Que faut-il oublier ?

  • Œuvre inachevée= lecteur frustré

Acheter Corail Sanglant en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Corail Sanglant sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les Feux d'Askell

En savoir plus sur l'oeuvre Les Feux d'Askell