75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Mace Griffin : Bounty Hunter >

Critique du Jeu Vidéo : Mace Griffin : Bounty Hunter

Avis critique rédigé par Bastien L. le mardi 22 mai 2007 à 18:15

Pour les plus courageux d'entre vous...

Version testée : PS2 En effet, il en faut du courage (et de l’envie) pour finir ce jeu qui est assez agaçant il faut l’avouer. Mais avant de revenir sur ce point je vais les présentations : Mace Griffin : Bounty Hunter est un space-opéra alternant FPS et phase de shoot dans un vaisseau développé par les Américains de Warthog (qui ont développé pas mal de jeux depuis 1997 et dans pas mal de genres). L’histoire est celle de Mace Griffin ancien agent intergalactique qui fut piégé lors d’une mission et qui sortit de prison décide de se venger en devenant d’abord chasseur de prime où il enchaîne quelques missions qui lorgnent plus du côté du mercenariat que des boulots de chasseurs de prime mais bon… Tout ça n’est que prétexte pour pulvériser tous ceux qui se dressent en travers de notre chemin, même si un ennemi bien plus fourbe se dresse face à nous : La gestion des sauvegardes.
Et bien oui, je dois me confesser : Je n’ai pas fini le jeu, je l’ai fait à 60% mais pas plus car le plus gros défaut du jeu m’a vaincu. Haaaa… Système de sauvegarde incohérent et impitoyable… Oui parce que le jeu sauvegarde quant il veut à des endroits plus ou moins logique et quand on meurt, on est renvoyé à ces points. Mais le plus amusant est quand on est renvoyé à ces points, on se retrouve avec le niveau de vie que l’on avait lors de cette sauvegarde et quand on se retrouve avec pas grande chose et qu’on arrive pas à progresser, se voir remettre à un endroit toujours avec la même vie alors que c’est le manque de cette dernière qui est responsable de notre mort… On peut toujours revenir à la sauvegarde d’avant mais bon tout se retaper… Une fois, ça passe, deux fois, ça lasse et trois fois ça casse ! Parce que soyons honnête, le jeu n’est pas un must donc ça nous donne pas envie de continuer tout ça…
Et pourtant, il y a de bonnes idées dans ce jeu, à commencer par l’alternance des genres même si au niveau des phases en vaisseau on a vu mieux. Le anti-héros est aussi assez attachant et puis je vais pas le cacher mais le potentiel de destruction du jeu est jouissif ! Certes ce n’est pas une originalité mais dans le genre c’est pas mal, vois les ennemis disparaître en gerbe de sang après une grenade bien placé et ces derniers sont d’une grande variété alternant des hommes de mains (3 espèces en tout avec des habits différents) ou vilaines bébêtes (araignées notamment). Pour les avoir on dispose d’une panoplie assez conséquente : Matraque électrique, pistolet, fusil à pompe ou de précision, mitrailleuse lourde ou à plasma, canon sonique, lance-roquettes et bien sûr les grenades normales ou adhésives et télécommandés (pour les plus vicieux d’entre vous). Tout un arsenal capable de mater la résistance nombreuse surtout que la plupart du temps vous êtes seul… Un jeu assez bourrin avec une difficulté inégale. Au niveau d’autres défauts on trouve une maniabilité assez sensible avec la visée allant un peu vite parfois. Les ennemis ne respirent pas non plus l’intelligence et sont assez facile à exterminer car (à part les snipers) ils ont tendance à se précipiter sur nous. Au niveau des graphismes ça reste honnête et la beauté des décors n’est pas ce qui reste.

55

En gros un jeu sympathique handicapé par un système de sauvegarde désespérant. Dommage.

Critique de publiée le 22 mai 2007.

Acheter Mace Griffin : Bounty Hunter en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Mace Griffin : Bounty Hunter sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !