75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le destin n'est plus ce qu'il était >

Critique de la Bande Dessinée : Le destin n'est plus ce qu'il était

Avis critique rédigé par Richard B. le dimanche 7 janvier 2007 à 21:15

La voix de l’ego !

En l’an 227 après Ego One. Dans la ville de Egosfer. Vit parmi tant d’autres, un robot du nom de Milk Shake et son maître, est un humain du nom de Wooker, un cadre moyen de la société. Wooker via le journal Egovox connaît tout de sa vie, tout est formaté, rien d’inattendu ne peut lui arriver. La vie de Wooker est sans surprise. Dans cette société sans stress, c’est les machines qui entretiennent et accumulent les pressions pour simplifier la vie des humains.
Céka, le scénariste nous livre ici une histoire de pure science-fiction, ce qui en ravira plus d’un. Forcément plusieurs idées nous titillent. On pense parfois à des romans de Philip K Dick et Isaac Asimov ou à des séries télévisées comme ‘demain à la une’ ou encore ‘Battlestar Galactica’. Pour autant Céka ne s’est pas forcément inspiré de ses univers, mais, à cause de son approche le lecteur y pensera.


L’histoire de Céka est plutôt haletante, je regrette que certains événements soient révélés peut-être un peu trop tôt, mais qui sait ? L’auteur nous réserve-t-il d’autres surprises ? Dans tous les cas, l’histoire tourne bien et en partie grâce au personnage de Milk Shake, qui se conduit plus comme un humain excentrique qu’une machine. Inversement, son propriétaire, Wooker, semble aimer que sa vie soit programmée.
L’apport d’un dessin au trait naïf, dans l’esprit ‘Spirou’ peut sembler décaler par rapport au reste de l’intrigue assez noire et peu enjouée, mais au final, on adhère assez vite et cela apporte même de la personnalité. Yigaël est un jeune dessinateur déjà plein de promesses. Je pourrais reprocher parfois un encrage semblant trop épais, mais pour le reste le dessinateur fait déjà preuve d’habileté en particulier lors des séquences d’actions. De plus, Yigaël semble vraiment s’amuser en particulier avec le personnage de Milk Shake.

70

EgoVox est une bonne bande dessinée, prometteuse et accrocheuse, reste à voir ce que donnera la suite, car celle-ci, même en partant sur de solides bases, peut – vu son intrigue – vite aller dans le stéréotype classique de la rébellion. En tout cas une lecture très agréable pour ce tome 1 !

Critique de publiée le 7 janvier 2007.

Acheter Le destin n'est plus ce qu'il était en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le destin n'est plus ce qu'il était sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !